• Oriane

    Oriane Oriane Oriane

    ***

    Oriane

    Oriane

    ***

    Oriane

  •  

     

                                  Hi, Alice!  Bonjour! 

                          Je me présente, je m'appelle Oriane Lol.  C'est moi qui ai hérité de la statue de la famille. C'est un chevalier, le chevalier Lol: et ouiiii,  ça pète, hein?!   Lui et moi, on va faire un bout de chemin ensemble.  Et si j'ai bien compris, je dois te raconter, à toi que je ne connais pas, ma vie, mes amis, ma famille, mes soucis, mes peines et mes joies. Et bien, moi, je dis "pourquoi pas?", ça pourrait être sympa.

     

    4.1. Oriane

     

                         J'habite une chouette baraque avec ma mère, Jade, et mes sœurs.

                          Mon papa, lui, il est mort.  

               Maman et lui étaient partis se reposer quelques jours dans les montagnes et papa a eu "un malencontreux accident de pêche".  Bah oui, ça arrive.  Il faut faire gaffe avec le hameçon quand tu le lances vers l'avant, il faut éviter de te l'enfoncer dans l’artère de ton cou parce que si tu tires, t'es foutu. C'est ce qui est arrivé à papa.  Moi, je fais toujours gaffe depuis, quand je vais pêcher.  J'ai mis au point une technique cent pour cent sécurité.

     

    4.1. Oriane

    4.1. Oriane 

     

                               Ah ben oui, au début quand maman est rentrée avec papa en cendres dans une urne, ça a été dur, tu penses bien. 

     

    4.1. Oriane

     

                                    Maman a démissionné de la police, elle s'est habillée tout en noir.  Elle se traînait dans la maison, comme une âme en peine.  Elle avait tout le temps mal au ventre, comme si elle avait un poids sur l'estomac.

     

    4.1. Oriane

    4.1. Oriane

     

                            "Moi si j'ai mal au ventre, c'est qu'j'ai faim.  Tu devrais manger, maman!"

     

    4.1. Oriane

     

                             "Merci, mon poussin.  Je vais essayer."

     

    4.1. Oriane

     

                               Et bien, c'était pôs gagné.

     

    4.1. Oriane

     

                              J'étais à deux doigts de lui dire: 

                               "Allez, c'est bon, laisse tout ça là, je vais débarrasser.  Va jouer."

                              Puis non, je me suis souvenue de toutes ces assiettes que je devais, moi, terminer avant d'aller jouer et je me suis tue.

                             Mes sœurs, Vénus et Aphrodite, je ne t'en parle pas, elles sont complètement zinzins, toutes les deux. 

     

    4.1. Oriane 

     

                                 Elles sont zinzins et elles nous rendent, maman et moi, complètement zinzins aussi.

     

    4.1. Oriane

     

                             Elles ont dû souscrire un abonnement à "1.2.3 je fais flamber la maison".

     

    4.1. Oriane

    4.1. Oriane

     

                     Je rêve souvent de les emmener à la pêche, moi, ces deux-là, si tu vois ce que je veux dire.

     

    4.1. Oriane

     

                               A la maison, j'ai un périmètre de sécurité que je ne franchis jamais et une règle très précise: ne jamais m'approcher à moins de dix pas de ces fichues tables "petit chimiste".   De toute façon, ce que j'aime c'est la table "petit artiste".  Parce que oui, Alice, je suis une artiste!  Et ce que j'aime le plus, c'est faire des compositions vivantes avec des nouilles partout.  La courbe subtile de la nouille s'accorde on ne peut mieux avec la finesse de mes œuvres.

     

    4.1. Oriane 

     

                             Et comme toutes les artistes, je suis une artiste incomprise!  Dès que je m'installe devant mon dessin, il y a un fantôme qui se rapplique.  C'est le fantôme de mon arrière-grand-mère, Lola Lol.  Il paraît qu'avant, Mamy Lol était un peintre reconnu.  Mouais... j'ai comme un doute, tu vois.

                              "Qu'est-ce donc là que ces manières de barbares, jeune fille?

                                Non, non et non, mademoiselle, sous prétexte d'art,  on ne joue pas avec la nourriture!"

     

    4.1. Oriane

     

                        Encore une que j'emmènerais bien à la pêche, moi, si elle n'était pas déjà morte.

     

    4.1. Oriane 

     

                           Je m'en fiche!  Je fais ce que je veux, quand même!  Je suis chez moi, ici.  Alors dès que Mamy Lol a le dos tourné, je jette tous les dessins où elle a mis son grain de sel et j'affiche mes préférés.  Avec des NOUILLES, comme j'aime.  na!  Et c'ui qui n'aime pas, il a qu'à pas regarder!

     

    4.1. Oriane

     

                             J'ai d'ailleurs composé une oeuvre magnifique pour mon papa.  Je l'ai accrochée juste derrière son urne.  C'est maman et moi.  On nous reconnaît bien, hein?! 

     

    4.1. Oriane

     

                        C'est la nuit du jour où j'ai accroché mon dessin que je l'ai croisé en allant faire pipi.  Qui?  Mais papa, bien sûr!

     

    4.1. Oriane

     

                         J'étais trop contente!  Et c'était moi qu'il était venu voir.  

     

    4.1. Oriane 

     

                        On a discuté un peu de tout, de mes infernales frangines, de l'école qui me barbe, du fantôme de mamy qui me fait la misère.  Il a été génial, mon papa.  Il me comprend trop.

     

    4.1. Oriane

     

                         J'ai été un peu gênée quand même parce qu'il m'a demandé de ne rien dire à maman, de ne pas lui raconter que son âme était toujours dans l'urne et que c'était pour ça qu'il avait pu venir me voir.  Et oui, c'était mon dessin, bien sûr, je m'en doutais, qui l'avait éveillé de sa torpeur.

                            De toute façon, je n'aurais probablement rien dit parce qu'il fallait éviter les émotions fortes à maman.  Nous avions enfin compris pourquoi elle avait si mal au ventre depuis son retour des montagnes.  La sotte, elle avait complètement oublié que papa et elle, avant qu'il ne meure, avaient commandé un nouveau bébé.

     

    4.1. Oriane

     

                                 Quand maman me l'a annoncé, après trente secondes de surprise (mais comment on peut oublier un truc comme ça?), ...

     

    4.1. Oriane

     

                                  ... j'étais folle de joie.

                                  -"Super, je voudrais un petit mâle. Un blond."

     

    4.1. Oriane

     

                                A partir de là, maman était déjà plus à la fête.

     

    4.1. Oriane

     

                                Et moi, j'avais l'esprit plus libre.  Je sentais que la joie revenait dans cette maison et ça, ça fait du bien.

     

    4.1. Oriane 

     

                                  Maman a même repris  le rituel de la lecture que j'aime trop.  

     

    4.1. Oriane 

     

                                 Si je ne fais pas peintre, je ferai écrivain comme papa et moi aussi, comme lui, je ferai rêver les enfants avec mes histoires ou j'écrirai des livres que les mamans adoreront lire pendant que leurs petites filles chéries vont à la pêche par exemple.

     

    4.1. Oriane

     

                           Papa est revenu, tu sais.  Je lui ai dit qu'il allait avoir un nouvel enfant.  Il m'a promis qu'il continuerait à m'aimer pareil et que je serai toujours sa fille préférée...

     

    4.1. Oriane

     

                   ...mais il m'a prévenue aussi que quand le bébé serait là, maman n'irait plus à la pêche avec moi, qu'elle ne jouerait plus à la maison de poupées avec moi non plus,...

     

    4.1. Oriane

     

                             ...qu'elle ne viendrait plus nager avec moi dans la piscine...

     

    4.1. Oriane 

     

                         ...qu'elle allait m'oublier et ne s'occuper que du bébé, qu'elle m'aimerait moins pour aimer plus le bébé.

                            Tout ça m'a fait réfléchir un petit peu.  

     

    4.1. Oriane 

     

                           Puis maman est allée à l'hôpital avec sa sœur Estelle, pour accoucher.  Je préférais qu'il y ait des médecins autour d'elle, tu vois.  C'est plus sécurisé qu'avoir son bébé à la maison.  On ne sait jamais ce qui peut arriver.  Parfois même tu vas à la pêche et tu ne reviens jamais.  Alors, faire sortir un bébé de son ventre...

     

    4.1. Oriane

     

                         Tout s'est bien passé.  Enfin... presque : elle est revenue avec une femelle, dis donc.  J'avais une chance sur deux, ce n'est pas de bol.  On l'a appelée Vanille, en espérant qu'elle soit blonde, au moins.

     

    4.1. Oriane

     

                                C'est en l'observant que j'ai compris - bah ouiais, ce n'est pas parce que je n'ai pas A de moyenne que je ne suis pas capable de comprendre par moi-même certaines choses! - que oui, probablement, maman allait devoir beaucoup s'en occuper de Vanille et qu'elle aurait moins de temps pour moi, pour aller à la pêche ou jouer à la poupée ou dans la piscine avec moi.  Bah oui, tu penses bien: Vanille, elle ne sait même pas encore aller aux toilettes toute seule et elle sait même pas parler pour dire qu'elle a faim, ou aller jusqu'au frigo se chercher de quoi becter.

     

    4.1. Oriane

     

                       Alors, pour l'instant, j'ai décidé de ne pas la détester, Vanille, et de laisser à maman le temps de s'adapter.  Puis, bon, j'avoue: j'adore être devenue la grande sœur de quelqu'un.

     

    4.1. Oriane 

     

                                 Je lui ai même composé une petite chanson à Vanille.  Il paraît que tu aimes la musique, je suis sûre que ma chanson te plairait.

                          "Ooooh tooooiii, le frère, que j'aurais tant vouluuuu..."

     

    4.1. Oriane

     

                           Et si je devais regretter un jour que Vanille soit née, et bien, j'aurais toujours l'option de l'emmener à la pêche.

     

    4.1. Oriane

     

     

                              Bisous, Alice.  

     

    4.1. Oriane

    Oriane

     

      


    10 commentaires
  •  

                          Hi, Alice (ou qui que tu sois)!  Bonjour, quoi! 

                         Tu vas être contente : j'ai tout fait comme tu m'as dit.

                       "Bon, ok, les filles.  Dites-moi c'est quoi le problème avec moi?  Pourquoi on ne s'entend pas comme sœurs?"

                       "T'es lente.  T'es nulle.  Tu ne révises jamais. On a la honte à l'école à cause de toi.  T'es toujours à la traîne. T''as pas d'amis.  Tu ne parles que de nouilles et de pêche.  On en marre de toi.  On ne te supporte plus. Oublie-nous.  Ne nous parle plus.  Disparais."

     

    4.2. Oriane

     

                      Non, même avec un sourire s'entendre dire ÇA, ce n'est pas très agréable. 

                        "Oui ben c'est celui qui dit qui est... Et puis...' même pas vrai, c'est vous qui êtes nulles.  Avec vos gros cerveaux, vous n'êtes même pas capables de voir au-delà de ce qui est... et si les fées existaient hein.  Hein? Hein!  Bref, je me comprends."

                               

    4.2. Oriane 

     

                     "Et bien c'est ça, le problème, Oriane, il n'y a que toi qui te comprennes.  Retourne à tes nouilles..."

     

    4.2. Oriane

     

                       Tu l'auras compris, mes grandes sœurs et moi, on n'est toujours pas potes.

                       Et qu'elles soient devenues ados, ...

     

    4.2. Oriane

    4.2. Oriane

     

                      ...ne change rien à notre relation.  Forcément, puisque moi, je n'ai pas changé; et comme tu dis que c'est moi le problème; ça ne risque pas de s’améliorer.

                       "Oh pitié, la nouille, dégage... Tu ne vois pas qu'on t'ignore, là.  Il faut vraiment tout t'expliquer.  Baah quelle nulle!" 

     

    4.2. Oriane 

     

                       Elles se prennent vraiment pour des déesses, ces deux-là.

                       Il n'empêche qu'elles avaient quand même plus fière allure quand elles étaient jeunes.

     

    4.2. Oriane

     

             Je m'en fiche, moi, j'ai maman, ...

     

    4.2. Oriane

     

                 ...j'ai mes nouilles,...

     

    4.2. Oriane

     

                 ... j'ai ma pistache...

     

    4.2. Oriane

     

               ... et j'ai ma Vanille, ...

     

    4.2. Oriane

     

              ....ma petite sœur, qui elle est tellement exceptionnelle qu'elle aurait dû être l'héritière à ma place.  Voilà ce que je pense et encore plus depuis qu'elle a grandi!  C'est une guerrière, ma sœur, qui vaut cent fois plus qu'une blonde!  Ah, ça, elle, elle ne se laisse pas faire.  Elle n'a pas besoin de rêver à un accident de pêche dont serait victime les autres pour s'embellir la vie.

     

    4.2. Oriane 

     

                               Parce que tu ne le sais pas, mais ces derniers temps, c'était bingo pour moi, niveau surprises.  Et vas-y prends-toi ça dans ta tronche, Oriane!

                                     D'abord, il y a eu le vieux pote que maman a retrouvé.

     

    4.2. Oriane

     

                              Un pote, tu parles.  Je l'ai retrouvé dans mon jacuzzi, le pote ...

     

    4.2. Oriane

     

                           J'ai été obligée de définir clairement les limites de mon territoire.  

     

    4.2. Oriane

     

                            La dame, là, c'est ma maman à moi.

     

    4.2. Oriane

     

                          ...et bien, j'ai compris que j'allais devoir composer quand même avec lui lorsque maman a  fait mine de jouer aux échecs -maman aux échecs.... eh mais WTF?? -  avec.  

     

    4.2. Oriane

     

                        Alors, je ne suis peut-être pas une flèche mais je vois bien quand 'y du monde qui va envahir mon espace.  Mais bon, j'ai décidé de ne pas le détester le gars, Seamus, il s'appelle.  Parce que depuis que Seamus traîne par chez nous, maman sourit à nouveau pour de vrai.  Et ça, ça compte pour moi.

     

    4.2. Oriane 

     

                                   Et Seamus, même si j'essaye, comme tu me l'as dit, de ne pas me fier à ce que je vois,  a l'air vraiment gentil.  Il dit même que mes dessins sont très beaux.  

     

    4.2. Oriane 

     

                                  Ça, c'est vraiment gentil, non?

     

    4.2. Oriane

     

                               Puis il n'est pas arrivé seul, le gars.    Il a ramené son fils un soir.  Je l'aime bien, il s'appelle Willem et il ressemble à un corbeau.

                                   "Alors, c'est toi la petite nouille à couettes qui rend chèvre les profs depuis la maternelle et met la honte à Vénus et Aphrodite, les stars du lycée?"

                                   "Je m'appelle Oriane, en vrai."

     

    4.2. Oriane

     

                                   "Tu connais mes sœurs?"

                                   "Je les connais  peu.  Ce n'est pas le genre de nanas que j'apprécie top-top, tu vois."

                                 "Ah ben, ça, je comprends.  Puis de toute façon, elles préfèrent les beaux gars, elles. Tu vois comme Charles et Louis, là, je les vois tellement, ces deux-là, que j'ai l'impression d'être leur invitée chez moi.  C'est un peu comme ton père." 

                          "Tu n'as pas ta langue dans ta poche, hein toi, Couette-couette."

     

    4.2. Oriane

     

                                Le deuxième coup dans la tronche, ça a été d'apprendre que mon père, malgré toutes ses belles paroles, s'il ne passait plus me voir, c'était parce qu'il ne venait plus que pour Vanille.  Bah, tu penses, bien, une "warrior" comme elle, on a qu'une envie, c'est la connaître.

     

    4.2. Oriane

     

                               Le souci, c'est que maman lui est tombé dessus...

                                 "N'essaye pas de pourrir l'esprit de nos enfants avec tes théories à deux balles!  Même être un bon père, c'est trop dur pour toi!!! J'ai tout entendu, ne nie pas!  Te donner une chance, c'était déjà te donner une chance de trop!  Ne touche pas à mes gosses!!!"

                                  Elle était hystérique et criait après lui comme s'il avait la peste, en plus grave.

     

    4.2. Oriane 

     

                                 Et  Vanille s'est mise à crier, elle aussi, à menacer notre père des pires tortures parce qu'elle avait bien vu qu'il avait rendu les coups à maman.

     

    4.2. Oriane

     

                                   Réveillée par la bagarre, j'ai tout vu par la fenêtre.

     

    4.2. Oriane

     

                                 Bref, cet incident nous a valu une réunion en urgence.

     

    4.2. Oriane 

     

                            Je ne suis pas certaine d'avoir tout compris.  C'est allé un peu vite pour moi.  Mais d'après maman - et je pense qu'elle peut être considérée comme une source fiable - papa aurait été un vilain pas beau dans une histoire de manipulation de gens.  Maman aurait tout découvert quand elle était dans la police... et maintenant que papa était fantôme, il semblait évident à maman - qui ne manque pas de logique même si c'est une nulle aux échecs - que papa était toujours dangereux et surtout pour nous.

                                  Et là, je ne sais pas ce qui s'est passé mais les jumelles ont causé avec leur cerveau, Vanille avec ses petits poings et tout le monde s'est levé.

                                     "Hé, les filles, attendez-moi... On ne pourrait pas juste essayer de voir au-delà du réel ce qui se cache derrière le problème papa... et s'il était blond, en fait? parce que bon, les fées, ça existe peut-être?"

     

    4.2. Oriane

     

                                        Je suis arrivée sur le fil, encore un peu, je loupais tout.  Comme d'hab', quoi.

                                   "Cette fois, ce n'est pas à maman de s'en charger.  C'est à moi de la faire", dit Vanille. "Au revoir, papa."

     

    4.2. Oriane

     

                                    Et pouf... tu es poussière et tu retourneras poussière ou quelque chose comme ça. 

                               J'ai regardé Vénus et j'ai pensé très fort : "Et ouiii, Vénus,  personne n'est immortel.  prends-en de la graine, petite déesse de pacotille."

                      

    4.2. Oriane

    4.2. Oriane 

     

                      J'ai regardé maman.  Elle semblait avoir encore peur de voir surgir quelque chose de l'urne.  Elle avait vraiment eu peur de papa, dis donc, et de ce qu'il aurait pu nous faire.  Bof, avec Vanille dans la maison, il n'y avait pas grand' chose à craindre.  D'ailleurs, celle-ci était déjà occupée à remonter le moral de Vénus:

                     "Oooh, ne va pas nous faire un malaise, Vénus.  Il était déjà mort, je te signale."                 

     

    4.2. Oriane

     

                         Oh lalala... ce que j'aimerais être comme Vanille!

                            J'ai attendu que tout le monde ait eu sa tournée de bisous...

     

    4.2. Oriane

     

                     ... puis quand ce fut à mon tour, j'ai demandé:

                     " Alors, si j'ai bien compris, papa n'est pas mort d'un accident de pêche ?"

     

    4.2. Oriane 

     

                                     "Non, mon poussin, ce n'était pas un accident."

     

    4.2. Oriane 

     

                           Et maman a ajouté, en me serrant très fort:

                           "Je suis désolée, pardon pardon, mon poussin."

                          B'en 'faut pas être désolée.  Je comprends.  J'aurais fait pareil.  Ce qui m'ennuyait un peu, c'est que je n'avais plus trop d'idée, moi, d'accident qui me débarrasserait des boulets que compte ma vie puisque la pêche, c'était mort.

                            J'ai déniché un bouquin dans la bibliothèque de papa qui recensait les causes de mortalité.  Et bien, tu ne me croiras pas mais le plus haut pourcentage de morts est la mort par vieillesse.

     

    4.2. Oriane

     

                                Imagine alors comme j'ai balisé devant mon gâteau, le jour de mon anniversaire!  Je n'avais pas - mais vraiment pas envie - de les souffler, ces bougies-là.  J'avais l'impression que je poserais un pied dans ma tombe, moi, si je m'exécutais.

     

    4.2. Oriane

     

                           Non, mais trop vrai quoi: un mauvais crachat au mauvais moment sur ces fichues bougies et bam, je me retrouvais en phase senior, aussi vieille que Tata Estelle sans avoir pu profiter de ma jeunesse.

     

    4.2. Oriane

     

                    J'ai fait durer le moment un maximum.  Quitte à passer pour une "toujours à la traîne", je méritais bien quelques minutes de vie en plus.  Tout est bon à prendre, je me suis fabriquée quelques bons souvenirs de plus, et alors?  Je fais ce que je veux quand même! 

     

    4.2. Oriane

     

                        Et enfin...

     

    4.2. Oriane

     

                       Voilà, quoi!  Des seins, des hanches, un mètre de plus, bon, je n'avais pas loupé la phase ado.  Ouf!

     

    4.2. Oriane 

     

                        "Alors, quoi, t'en penses quoi, Will?  Je n'ai pas trop changé?"

                        "Des fesses, des hanches, un mètre de plus... tu ne t'es pas loupée, miss couette-couette."

                         On est vraiment trop sur la même longueur d'onde, Will et moi.

     

    4.2. Oriane

     

                     On s'éclate tous les deux.  On ne s'ennuie jamais quand on est ensemble.  Et j'aime trop son rire.  On dirait un rire de petit garçon.

     

    4.2. Oriane

     

                     Le gros défaut de Will, c'est sa copine.  

                     Elle m'énerve, celle-là.  Si je ne savais pas que Will en serait très peiné, je lui préparerais un gâteau pipé à c'tte greluche et je lui ferais souffler les bougies trois fois de suite sans reprendre son souffle.

                      "Hé!  T'arrêtes de reluquer mon mec comme ça."

     

    4.2. Oriane

     

                       "M'enfin, je ne reluque pas ton mec, Cassandra..."

     

    4.2. Oriane

     

                       C'est clair, elle ne m'aime pas, Cassandra.  J'ai l'habitude qu'on ne m'aime pas mais elle, ça m'embête vraiment.  On pourrait être super potes, tous les trois.  Comme dans les films, si elle y mettait un peu sien.  Pfft!

                     Je conclus sans te demander aucun conseil; ceux que tu m'avais donnés étaient tous foireux.  Demain, j'ai école.

                           Bye, Alice, si tu es Alice et sinon.. et bien bye tout court.

     

    4.2. Oriane

    Oriane

     

    4.2. Oriane

    "Mon cher Romuald,

    Un doute m'étreint.  Une angoisse, soudain...Je me demande si nous ne nous sommes pas complètement plantés dans le choix de nos héritiers, sur ce coup-là.

    Bisous,

    Lola"


    5 commentaires
  •  

                       

                    Je l'ai dit à maman quand elle m'a débusquée en planque derrière les plans de travail de la cuisine.  A quoi bon tergiverser et faire semblant?

              "Tu sais, maman, je crois que je ne vais pas m'en sortir... les cours, les devoirs tout ça.  Je n'y suis allée qu'une seule journée au lycée et je suis complètement à la ramasse. La voiture balai me talonne déjà.  

                 Moi, ce que je veux, c'est peindre."

     

    4.3. Oriane 

                             

                         "Je te comprends, mon poussin, je détestais l'école aussi, moi." 

                    Et voilà : fin de la discussion.  Hé mais t'es ma mère, t'es sensée me trouver une solution!

                    Je te jure, on n'est pas aidé, dans c'tte baraque.

                   Alors, toi, Alice, tu cherches tes fées et tes princes et moi, je veux juste trouver une machine à remonter le temps et lui ficher un coup de couteau, juste avant qu'il ne se penche sur ces satanés triangles rectangles, dans le rab', à ce satané Pythagore qui me pourrit ma jeunesse.  Chacun ses priorités.  

                 Et oui, juste en passant, moi, je les garde, mes couettes.  Je n'ai pas envie qu'on sache que j'ai changé, je veux juste qu'on me reconnaisse. 

                         

    4.3. Oriane

     

                Allez, une p'tite glace, ça me remontera le moral.  On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, c'est moi qui te le dis.  Ouch, j'ai un don, moi.  C'est trop bon.

     

    4.3. Oriane

     

                          Puis l'inspiration de génie vient en mangeant, c'est connu.

                    "Salut, Solange... euh oui, Ariane, c'est pareil...  Dis, t'as fini ton devoir de math?...  Tu me l'envoies?... oui, évidemment que je lui ai parlé de toi à Willem.  Il est tout fou à l'idée de te rencontrer, tu penses bien...  Ok, cool, t'es un ange... On en parle demain, d'ac'?... bisous, Amandine... euh oui, Ariane, c'est pareil." 

     

    4.3. Oriane

                        

              Et v'là, tranquilou, l'Oriane.  Affaire promptement menée, nous en conviendrons.  Et wiiichhh: peinture maintenant.  Il faudra quand même un de ces jours que je prévienne Will qu'une certaine Amandoria ou je ne sais quoi risque de lui tomber dessus, qu'il ne fasse pas son étonné.

     

    4.3. Oriane

     

                  Raah, Willem, comment autant de filles pouvaient-elles avoir envie d'être avec lui?  Ça doit être le côté bad boy qu'il dégage.  Pourtant, il est tout roudoudou, comme gars.

                   J'ai encore essayé, sais-tu de devenir pote avec sa meuf.  Ce n'est vraiment pas évident.  Dès qu'elle débarque, elle se met à fulminer comme une vieille vache.

                       "Je savais que si tu ne répondais pas à mes messages, c'est que t'étais encore chez cette morue, Will. J'en ai ma claque de m'inquiéter pour toi..."

                   "Eh détends-toi du string, Cassandra! puisque tu savais où il était, ce n'était pas la peine de t'inquiéter.  Puis, en vrai, je m'appelle Oriane.  Morue, c'est n'importe quoi, c'est pôs un prénom, ça, m'enfin!"

     

    4.3. Oriane

     

                         Ma petite arnaque aux devoirs (et quelques autres ruses de plus) aurait pu passer comme lettre à la poste.  Malheureusement, c'était sans compter que tout se sait dans c'tte p'tite bourgade.

     

    4.3. Oriane

     

                        "Maman, c'est la honte!  Oriane triche.  On est la risée de tout le lycée!  Elle s'est tapée de la retenue, on lui a confisqué son portable, si c'était possible, elle aurait Z de moyenne.  Tu dois intervenir!  Vénus et moi, on n'en peut plus d'elle!"

                        "Allons, les filles, vous tournez tout au dramatique.  Je vais lui parler, elle va relever sa moyenne.  Je suis sûre qu'Oriane peut y arriver."

     

    4.3. Oriane

     

                          "Maman, on parle d'Oriane, là, ta fille, qui a un QI d'huître..."

                          "Ce n'est pas faux..."

     

    4.3. Oriane

     

                          Heureusement, Vanille veille.

                          "Maman, moi, j'ai une idée pour Oriane."

     

    4.3. Oriane

     

                          "Ah oui?"

                          "Oui!  Vas-y demande-moi!"

                          "Ok... Dis-moi, mon petit loup, quelle est ton idée pour aider Oriane à remonter sa moyenne?"

                          "Simple comme bonjour: pour qu'Oriane bosse et réussisse, il lui faut une motivation.  Et moi, j'ai trouvé quelle pouvait être la motivation qui la pousserait à se bouger."

     

    4.3. Oriane

     

                 "Hé mais tu sais que tu es géniale, toi!" 

                   "Oui, je sais...  Ce n'est pas simple tous les jours d'être un tel génie avec un physique de rêve comme le mien,..."

     

    4.3. Oriane

     

                        "Ah ça!  Je sais que c'est, mon bouchon."

     

    4.3. Oriane

     

                         Ainsi, je me retrouvai à la place de la punition - que j'aurais bien méritée - avec une équation à deux inconnues, au degré cube de difficulté: maman me promettait une galerie de peinture pour exposer et vendre mes tableaux à condition - ben ouiais, rien n'est jamais pour rien dans cette baraque - que j'arrête de "me faire remarquer" à l'école négativement et que je parvienne à convaincre Mamie Lola de mon talent.  Et bien, je n'étais pas sortie de l'auberge, me disais-je, surtout qu'avoir ma propre galerie d'art - bon sang de bois qui pète - ça m'intéressait drôlement!

                       "Ce n'est pas une blague, hein.  Si je fais tout ça, j'aurai vraiment ma galerie à moi?"

     

    4.3. Oriane

     

                    "Promis, alors.  Je vais convaincre Mamie Lola, même si je ne sais pas encore comment.  Je vais arrêter de tricher, de me faire remarquer par les profs et les concours de rots au cours de musique."

                          Vu leur tête, à toutes les deux, je n'étais pas certaine qu'elles étaient au courant pour les concours de rots.  Bah, pas grave: faute avouée, faute avouée.  

     

    4.3. Oriane

     

                          Le plus compliqué restait de convaincre Mamie Lola qui franchement était loin d'adorer ma peinture et critiquait beaucoup ma technique.

                                En m'endormant, ce soir-là, l'idée fusa.  Qu'est-ce qui caractérisait les femmes Lol depuis Lola Lol?  Quel était leur petit péché mignon?  rrroooh c'était trop simple et il me tarda soudain que vint le jour.

     

    4.3. Oriane

     

                     Dès la fin des cours, je sautai sur mon chevalet.  Ce qui caractérisait les femmes Lol, c'était... c'était... leur Égocentrisme, leur Narcissisme!!!  Et bam! 

                    "OOooh Oriane, me peindre?  mais quelle idée...?!"

                   "Evidemment, Mamie Lola, je ne connais aucun modèle qui puisse me permettre de progresser mieux." 

     

    4.3. Oriane

    4.3. Oriane

     

                   Et voilà le travail, emballé, pesé!

                      "Mamie m'a dit que tu avais drôlement bien progressé en peinture.  A l'école, même si ta moyenne n'est pas top, il y a un mieux, plus de tricherie.  Alors j'ai négocié un local pour toi.  Ce sera ta galerie.  Je m'en occuperai pendant que tu seras au cours.  Voilà les clés, tu peux aller le visiter." 

                  "Oooh trop bien, ma petite maman.  Merci beaucoup!"

     

    4.3. Oriane

     

                   J'entendis à peine maman me prévenir que si mes soeurs ou mes professeurs se plaignaient encore moi, cela en serait fini de ma galerie, j'étais trop pressée de découvrir ce fameux lieu.  Et qui de mieux pour m'accompagner dans cette découverte?  Will, bien sûr.  Mon frère, mon poteau, mon cama', mon ami. 

                  "Bon!  Alors?  T'es prêt à découvrir The galery d'art?"

                    "Je n'ai jamais été aussi prêt de ma vie, Couette-couette."

     

    4.3. Oriane

     

                   "Bon!  Il faut que je me calme!  Au pire, si je n'aime pas du tout ou si personne n'aime ce que je fais, je recommence mes concours de rots et maman me débarrasse de c'tte galerie.  Hein, Will?"

                   "Tout à fait, Couette-couette."

                    "Ouch, je t'admire, Will.  T'es toujours tellement calme, comme mec."

                    "Oui, mais bon, bouge-toi ou je te fais entrer dans cette galerie à coups de pieds aux fesses."

                    "Okay okay... On y va.  Calme ta monture, preux chevalier."

     

    4.3. Oriane

     

                  "Alors, t'en penses quoi, Will?"

                  "Bah, minimaliste, vide, blanc... une galerie lambda, quoi."

     

    4.3. Oriane

     

                        "Bref, tu trouves ça nul, c'est ça?"

     

    4.3. Oriane

     

                         "Disons que ce qui compte, c'est surtout ce que tu vas y exposer... mais bon, ça ne donne pas envie d'entrer, tu vois."

                           "Moi, je sais ce qui me donnerait envie d'entrer..."

                          Et sans réfléchir, je me suis mise à peindre, pendant que Will me décrivait ce qu'il verrait advenir de ma galerie.

     

    4.3. Oriane

     

                             "Hé... mais tu fais quoi?  Tu essayes de flatter mon égocentrisme et mon narcissisme?"

     

    4.3. Oriane

     

                              "Tout à fait, monsieur le corbeau.  J'aimerais beaucoup que tu t'occupes de la déco de ma galerie.  Et je me dis qu'à te voir si beau en ce tableau, tu ne pourras rien me refuser."

     

    4.3. Oriane

     

                       "De toute façon, Couette-couette, tu sais que je ne pourrai jamais rien te refuser.

     

    4.3. Oriane

     

                    Cela faisait belle lurette que c'était déjà le cas pour moi.  Il peut tout me demander, Will, je ne pourrai jamais rien lui refuser.  J'étais haute comme trois pommes, je le savais déjà.  

                      Il m'a serrée très fort contre lui: 

                       "Je t'aime, Oriane, très fort."

                       "Moi aussi, Will.  Toi et moi, nous sommes meilleurs amis..."

                       "... pour le meilleur et pour le pire jusqu'à..."

                       "... ce que la mort - c'tte fichue pourrie-... nous...

                       "... sépare."

     

    4.3. Oriane

     

                    Roooh, le boulot qu'il a abattu, Will!!!  C'était trop beau, j'aurais bien voulu que tu voies ça, Alice.  La galerie des horreurs avait vu le jour et ça, c'est trop le top du top.  

     

    4.3. Oriane 

     

                         Non seulement, il y a eu un monde de fou au vernissage...

     

    4.3. Oriane

     

                        ... mais en plus, j'ai conclu mes premières ventes!  

     

    4.3. Oriane

     

                                       J'ai remercié Will, chaleureusement.

     

    4.3. Oriane

     

                                            J'ai remercié sa meuf, Cassandra, chaleureusement aussi.

                                           "Merci de m'avoir prêté ton mec, Cass'."

                                            "En même temps, ce n'est pas comme si j'avais eu le choix."

                                            "J'avoue..."

     

    4.3. Oriane

     

                                J'ai remercié Vanille.

                               "Merci, ma petite Vanille, chérie.  C'est grâce à toi, tout ça."

                              "De rien, frangine.  J'espère que tu sauras t'en souvenir au bon moment."

                                         

    4.3. Oriane

     

                              Et j'aurais bien voulu remercier maman, mais elle a été un brin occupée toute la soirée.

     

    4.3. Oriane

     

                              A très bientôt, ma chère Alice, il me tarde de savoir si l'engouement créé par mon vernissage va persister au travers des prochains jours.  D'ici là, envoie-moi de tes nouvelles.  J'aimerais beaucoup savoir où tu en es de ta quête.

                                 Gros bisous,

     

    4.3. Oriane

    Oriane.

     

     

     "Mon cher frère, mon cher Romuald,

    J'ai pour ta princesse et héritière un petit cadeau... pour le cas où..., cela pourrait lui servir.

     

    4.3. Oriane

     

    wooouaaarrrfff waouuuuaarrrf! (= rire diabolique)

    Lola."

     

                               


    6 commentaires
  •  

     

     

          Oooh Alice, je suis très triste pour tes parents.  J'imagine la peine que tu as dû ressentir.  Ils avaient l'air plutôt sympa, tes vieux.

           De mon côté, c'est un peu le rififi à tous les étages.  Je patauge dans le n'importe quoi, je ne comprends rien à ce qui se passe.  En ce moment, j'ai comme qui dirait la tête de travers.

     

    4.4. Oriane

     

                    Et tout ça, c'est la faute de Cassandra!  Je rêve de plus en plus souvent qu'elle meure dans d'atroces souffrances, celle-la.

               Un jour, elle m'envoie bouler au parc.

               "Et dis, Lol, tu vas encore nous taper l'incruste longtemps?  Il faut toujours que tu rappliques quand on est que tous les deux."

     

    4.4. Oriane

     

               "Oooh!  c'est bon, Cass'.  Cool la vie.  On mange, là.  Couette-couette ne dérange pas."

     

    4.4. Oriane

     

                   Puis après, elle débarque à la maison pour me raconter qu'elle s'inquiète pour Willem et elle, qu'elle le trouve bizarre, qu'elle pense qu'il a une autre nana qu'elle dans sa vie.  Qu'est-ce que j'en ai à battre, franchement?  La nouvelle nana de Will pourrait difficilement être aussi antipathique que Cass'.  Et là, paf: étincelle de joie et d'espoir dans mon petit cœur.

               

    4.4. Oriane 

     

                     "Mais pourquoi c'est à moi que tu viens raconter ça, Cass'?"

                     

    4.4. Oriane

     

                     "Ben... je ne voudrais pas que quelqu'un que j'aime et qui m'aime me voie dans cet état-là pour une histoire de mec.  J'ai une réputation, moi." 

                      Ah ouiais, évidemment.  Encore une preuve s'il était besoin, que j'ai vraiment le cerveau lent, moi: imaginer que la Cassandra finalement, sous ses airs de pimbêche, me kiffait, c'était bien une idée à la noix.

     

    4.4. Oriane 

     

                     "Bon, c'est OK, Cass'.  Je vais parler à Willem mais tu sais, ça m'étonnerait que le problème ce soit une autre nana.  A mon avis, c'est toi, le problème."

     

    4.4. Oriane

     

                  Chose promise, chose promise.  Je profite d'une soirée au parc où je fais la baby sit' avec Willem pour Vanille, histoire que maman puisse roucouler avec son jules, sans nous l'avoir dans les pattes.

                         "Dis, Will, je peux te poser une question?"

                   "Bien sûr." 

     

    4.4. Oriane

     

    "C'est à propos de Cassandra.  Tout le monde se demande: qu'est-ce que tu lui trouves?  D'où elle sort?  Et est-ce que ça va entre vous?" 

     

    4.4. Oriane 

     

                           "Ça ne te regarde pas, Couette-couette."                    

                           "Hééé...'  me parle pas comme ça!   C'est Cass' qui..."

     

    4.4. Oriane 

     

                   "Je ne veux pas parler de Cassandra avec toi, Oriane.  Et si Cassandra veut savoir comment notre relation va, elle n'a qu'à me poser la question elle-même."

     

    4.4. Oriane

     

                 "Mais ce n'est jamais facile, Will, de demander ces choses-là quand on a peur de perdre la personne à qui on les pose, ces questions-là.  Enfin, tu vois ce que je veux dire?..."

     

    4.4. Oriane 

     

                     Et là, paf! Sans prévenir, il m'attire contre lui, je sens son souffle au creux de mon cou.  Il me serre de toutes ses forces.  Jamais de toujours qu'il m'en souvienne, personne ne m'a jamais enlacée comme ça.  Et l'horreur : les frissons partout, le ventre en papillote, le cœur qui s'emballe, une sueur froide puis chaude tout le long de mon échine dorsale qui s'en vient éclater dans ma tête et me la faire tourner, ma bouche qui s'assèche.

     

    4.4. Oriane

     

                      "Oh non, Will.  Ne me serre pas comme ça: tu me provoques une crise de ménopause précoce!"

     

    4.4. Oriane

     

                    "Heink?"

                  "Mais oui, regarde: "Elles s'accompagnent de sueurs excessives, de vertiges, fourmillements, palpitations,..."  c'est écrit ici.  Je le sais, j'ai travaillé c't après-m' sur mon exposé que je dois présenter la semaine prochaine en bio.  Oh misère, comment je vais annoncer ça à ma mère?  C'est une cata'!"'

     

    4.4. Oriane

     

                        "Olalalala... J'ai les jambes qui tremblent en plus.  Il faut absolument que je rentre à la maison, je suis dans le caca boudin, là.  Bisous, Willem... de loin, de très loin.  Je me sauve.  C'est où chez moi, encore?  C'est par là, non? chez moi?  Enfin, Will, réponds..."

     

    4.4. Oriane

     

                    Je ne te raconte pas, Alice, dans quel état déplorable, je me trouvais à ce moment-là.  Moi, l'héritière des Lol, sensée apporter ma pierre à l'édifice et mettre au monde le prochain héritier, j'étais victime de la pire des injustices qui portait pour nom: ménopause précoce.  J'étais au bout du rouleau et je n'osais imaginer la déception de maman si je le lui annonçais.  J'ai donc décidé d'en parler d'abord avec l'un des cerveaux de la maison. Le premier qui fut disponible fut celui de Vénus.

                     "Tu n'as pas le choix, Ori, si tu veux inverser le processus, tu dois embrasser Will."

                     "Embrasser, Will, t'es sûre?  Je n'ai pas lu ça quand je travaillais sur le sujet."

     

    4.4. Oriane 

     

                     "Ah bon?  Tu as travaillé, toi, Ori?  Bravo!"

                   Si j'avais su qu'elle se moquait de moi, je lui aurais enfoncé le premier couteau de cuisine venu dans le bide, jusqu'au manche.

                      "Tu voulais me voir, Couette-couette, excuse-moi, mais j'ai dû bosser tard et je n'ai pas pu me libérer plus tôt."

     

    4.4. Oriane 

     

                       "Ecoute, Will, ou plutôt non, je préfère ne rien dire."

     

    4.4. Oriane 

     

                      Et là, j'ai fait comme Vénus m'a dit, je l'ai embrassé.  Et "banzaïii", Alice.  C'était le sucre dans les veines, les mains qui tremblent, le plaisir, le frisson sur chaque centimètre carré de mon corps, dedans et dehors, mon cœur fou semblait vouloir se précipiter hors de ma poitrine.

     

    4.4. Oriane

     

               Et j'ai remis ça, je ne pouvais plus m'arrêter, j'avais envie de le couvrir de baisers, de la tête au pied, de sentir ses propres frissons sous mes lèvres.  Sa respiration s'était accélérée, ses mains tentaient autant de me repousser que de m'attirer plus près de lui.  J'étais ailleurs, en absurdie, dans un pays de volupté et de désir.  Je désirais Will de toute la force de mon âme, mon corps partant à l'assaut de celui de Will.  Je n'étais plus moi, je ne pensais plus, seul comptait Will, son parfum, le goût de sa peau, la douceur de son grain, l'envie folle de le dévorer.

     

    4.4. Oriane

     

                    C'étaient les minutes les plus exquises de mon existence.

                    "Doucement, Oriane, s'il te plait.  Un minute, je te demande une minute."

                     Sa voix était douce, éraillée, comme s'il se battait contre lui-même.  Je me suis éloignée un peu, il m'a laissé garder ses mains dans les miennes, un long, très long moment, une infinité de temps, le regard doux, si doux, Alice.  Il attendait que je retrouve mon calme, que j'ouvre les yeux.

     

    4.4. Oriane

     

                    Je crois que j'ai dit:

                    "Ce n'était pas une crise de ménopause précoce.  C'est toi qui me fais cet effet-là, Will.  Je crois que..."

                   Mais je ne m'en souviens pas bien et ça n'a pas d'importance puisque de toute façon, il m'a coupée.

                     "Je suis désolé, Oriane, c'est moi qui la dernière fois ai provoqué ça. Je suis désolé mais tu vois, il y a Cassandra et je ne sais pas... Tout semble toujours simple quand je suis avec toi mais quand tu n'es plus là, tout se complique.  Tu mérites mieux que moi, Oriane.  Je n'ai pas le droit de te faire ça.  Je te demande pardon mais..."

     

    4.4. Oriane

     

                 Là, j'ai compris ce que voulait dire la terreur, couper le lien avec la réalité, se séparer de soi-même, tomber à l'intérieur de soi comme si quelqu'un de malveillant tirait le tapis sur lequel vous vous tenez.  En trente secondes, tout mon monde s'écroulait et je sombrais dans une dimension inconnue et si douloureuse.  Si douloureuse, Alice!

                  Alors, tu n'as pas le choix.  Tu te drapes dans ta dignité et tu noues ton orgueil en noeud de cravate.

                    "Ne t'inquiète pas, Will.  C'était juste pour voir ce que ça faisait d'embrasser un garçon.  Hé! Tu me connais...  On se voit demain au lycée, OK?"

     

    4.4. Oriane 

     

                              "Oriane, attends, s'il te plait..." 

                      Mais je me suis sauvée, très vite, pour ne pas éclater en sanglot, pour ne plus le voir, consciente que ces baisers-là m'avaient enlevé Will définitivement.  Je ne venais pas seulement de perdre celui qui faisait battre mon cœur comme un fou mais mon meilleur ami.

     

    4.4. Oriane 

     

                      J'éructais de rage en courant vers la maison.  Saleté de Cassandra.  Tout ça, c'était à cause d'elle.  Ah!  Elle m'avait bien eue en m'appelant à l'aide: la meilleure façon de m'évacuer de la vie de son mec, oui!  C'est une dangereuse, cette nana-là, capable de casser tout ce qu'elle touche!

                           "Oooh, Vanille, tu n'es pas couchée, toi?"

                           "Non, je t'espionnais.  Viens là, viens me faire un câlin, frangine.  Ca va aller, tu sais."   

                        

    4.4. Oriane

     

                             Et elle m'a serrée très fort contre elle, ma Vanille.  Ma peine m'a semblé plus légère.  Mais pour combien de temps?  Parce que là, tu vois,  c'est  le rififi à tous les étages.  Je patauge dans le n'importe quoi, je ne comprends rien à ce qui se passe, au comment j'en suis arrivée là et comment survivre.  J'ai comme qui dirait la tête de travers et le cœur en miettes.  Aimer la mauvaise personne, ça fait trop mal.  Qu'on t'en dispense, c'est mon souhait du jour.

                                Meilleures pensées, Alice.

     

     

    4.4. Oriane

    Oriane

     

     

     

    "Oooh, Romuald.  Quel dommage: je l'aime bien, moi, ce petit jeune homme.

    Bisous,

    4.4. Oriane

    Lola."

     


    25 commentaires
  •  

     

     

     

                  Quand tu as perdu le seul ami que tu avais, et bien, tu fais de la peinture seule, tu fais tes devoirs seule, tu traînes ta mine de six pieds longs seule et tu t'emmènes à la pêche, seule.

     

    4.5. Oriane

    4.5. Oriane 

     

                   Seule, toujours seule.  Et c'est très bien comme ça!

     

    4.5. Oriane

     

                    Et ce qui est bien quand t'es seule, avec le cœur tout ramolo, c'est que tu es drôlement productive, artistiquement parlant.  Forcément, t'as le temps et des émotions à l'envolée à faire passer   Résultat: t'as un monde de gueux qui se précipitent pour acheter tes toiles.  Ils y comprennent rien à l'art, mais ils achètent, ces imbéciles.

     

    4.5. Oriane

     

                   "Arrête de chouiner, Frangine.  Ce qui compte, c'est le succès.   Et t'en as pas mal; mais il en faut plus pour faire grimper ta cote.  

                   Alors, dis-moi, merci, on a été contacté par la revue "Art et peinture" et j'ai obtenu un entretien exclusif avec le dirlo en chef qui se propose dans un premier temps d'écrire un article comparant ton art à celui de notre ancêtre, Lola Lol.  C'est génial.  Je suis géniale!"

     

    4.5. Oriane

     

                    "Juste un petit détail, vraiment, lors de l'entretien, laisse-moi parler.  On dira que je suis ton attachée de presse. D'ac o d'ac?"

                  Et ce fut exactement ce qui se passa.  Vanille donna l'interview exclusive pendant que je jouais la potiche. 

     

    4.5. Oriane

     

                    Je fais super bien la potiche et le livre qui parle aussi.

                    "Willem, ce n'est pas qu'Oriane ne veut pas te parler.  C'est qu'Oriane est très occupée."

     

    4.5. Oriane

     

                    Et c'était vrai, ce soir-là, par exemple, j'avais rendez-vous avec Ambroise Holls, le directeur et propriétaire de la revue "Art et Peinture" qui avait sollicité auprès de ma sœur un second reportage exclusif sur moi.  Il était sensé me suivre pendant une semaine entière et faire un article - ça, c'était l'idée de ma sœur - relatant ma vie genre "magazine réalité", si tu vois ce que je veux dire.  C'était, disait Vanille, une idée à dépoter les ringards qui attirerait de nouveaux lecteurs et me donnerait une certaine notoriété.  

     

    4.5. Oriane 

     

                  Vanille trouvait aussi le titre de la revue complètement nul et cherchait quelques pistes pour rajeunir le lectorat mais cette idée rendait Monsieur Holls bien mélancolique.  Je le rassurai comme je pus et d'autant plus que Willem était dans mon dos et qu'il était bel et bien question de le rendre un peu jaloux quand même.  Il n'y avait pas de raison que je sois la seule à souffrir, bon sang!

     

    4.5. Oriane

    4.5. Oriane

     

                    Oh ben dis donc, c'est chaud, c'est doux, ça sent bon: l'Ambroise.  C'est plutôt agréable, dis donc encore.

                        Et cette semaine où Ambroise ne me quittait pas d'une semelle, il y en eut des événements.

    Tout d'abord, l'anniversaire de mes sœurs aînées.

     

    4.5. Oriane 

     

                     Toujours la même stratégie d'évitement de Willem, qui à toute occasion était invité puisqu'il était aussi le fils de l'amoureux de ma mère.

     

    4.5. Oriane

     

                             "Oriane, je peux te parler?"

                             "Une autre fois, Willem.  Une autre fois."

     

    4.5. Oriane

     

                           Le bougre était vraiment persévérant.  Ça, je ne peux pas le lui reprocher!

                           "Oriane, tu vas passer le reste de ton existence à m'éviter?  Nondidiou, je dois te parler!"

     

    4.5. Oriane

     

                            Puis, il était observateur aussi et pour sûr, il commençait à la trouver mauvaise que j'aie mis la main sur un nouveau meilleur ami!

                            "Tu n'as pas le temps, tu n'as pas le temps et pourtant, tu trouves le temps pour faire des photos avec ton vieux-là, l'Ambroise de mes deux!"

     

    4.5. Oriane 

     

                            Je dus mettre en place une autre stratégie.                       

                           "Qui me parle?  Qui me parle?  Mamie Lola, est-ce toi?"

     

    4.5. Oriane

     

                       Je sais que Willem était allé se plaindre à mon attachée de presse, Vanille.

                       "Je vois bien quel est ton problème, mon grand.  Mais bon, il n'y a  pas pire sur terre qu'une Lol éconduite.  Et franchement, tu t'es conduit comme un mufle avec ma frangine.  Appelons un chat un chat."

    4.5. Oriane

     

                        "J'ajouterais même, si je n'avais pas peur d'éventer un secret de famille que finalement, tu ne t'en sors pas si mal que ça.  Le dernier gars qui a trahi la confiance d'une Lol s'est retrouvé dans une urne. Pffiou: décédé, le gars!  Tu vois, mon grand, tu as dans la chance dans ton malheur."

     

    4.5. Oriane

     

               Le gars décédé dont parlait Vanille, c'est mon père.  Je suppose que tu l'auras deviné, ma chère Alice.

                 Dans les événements marquants de cette semaine-là, il y eut aussi la demande en mariage dont maman fut l'heureuse destinataire.

                 "Jade, mon amour, le temps file et c'est à tes côtés que je voudrais passer le reste de ma vie.  acceptes-tu de m'épouser?"

                     "OOOOh Seamus...." (= comprendre ouiiiiiii!)

     

    4.5. Oriane 

     

                  Cela ne m'embarrassa pas autant que la décision de maman de prendre Willem comme employé à la galerie.  

                    "Hé mais non, maman... tu aurais pu me demander mon avis quand même."

     

    4.5. Oriane

     

                     Et Vanille de répliquer:

                     "C'est mon idée.  Le gars, il attire les filles comme les abeilles le sont par un pot de confiture.  C'est nickel pour la galerie, ça!  Puis il lui faut un boulot s'il veut s'installer avec Cassandra, le gars.  Willem et Cassandra... emménager ensemble... hou hou, Ori, tu m'écoutes?"

     

    4.5. Oriane

     

                       J'ai compris plus tard que Vanille, avec sa délicatesse habituelle, venait de m'annoncer que Willem s'en allait vivre avec Cassandra.  Ouf, il n'emménagerait pas chez nous avec son père après le mariage de nos parents.  Ça, ça m'arrangeait drôlement!

                         Mais avant le mariage de maman et Seamus,...

     

    4.5. Oriane

    4.5. Oriane

     

                        ... il y eut bien sûr, l'anniversaire de ma Vanille, ma petite sœur et accessoirement, mon attachée de presse.

     

    4.5. Oriane

     

                          Oooh qu'elle est belle, Vanille.  Quand je disais que c'était elle qui aurait dû être nommée héritière, j'avais raison.

     

    4.5. Oriane 

     

                           Et dans la foulée de son anniversaire, elle officialisa sa liaison avec Bartolomé, son amoureux de maternelle.

                                   "Donc, Bartounet, on est d'accord.  Dès que je suis grande, je t'embrasse sur la bouche et on se fiance!"

     

    4.5. Oriane

     

                            Ils sont trop beaux tous les deux. 

     

    4.5. Oriane 

    4.5. Oriane

    4.5. Oriane

     

                         Oui, je sais, Alice, tu penses que j'aurais dû écouter Will, voire lui donner une seconde chance, qui sait?  L'avenir, pourtant, me confirma à quel point j'avais raison, à quel point Willem était attaché à cette Cassandra par un lien que nul autre que lui n'aurait pu briser.

                            En effet, le jour de mon anniversaire m'attendait un sacré cadeau: Will débarqua avec Cassandra.  Cassandra enceinte!  Et bien bravo!  

     

    4.5. Oriane

     

                          Et même si cela n'avait pas l'air de l'enchanter, ...

                  "Oh, mon fils!  C'est ta maman qui serait heureuse!  Si seulement, elle était encore parmi nous! Voir son fils avec la fille de sa meilleure amie! ... Et cet enfant que vous attendez, elle en a tant parlé!  Elle en a tellement rêvé avant que la maladie ne l'emporte!  Oooh!  C'est merveilleux."

                       "Je ne sais pas, papa.  Je ne sais pas. Je voudrais être heureux mais je n'y arrive pas."

                        "C'est l'émotion, ça,fils...  Allons, reprends-toi, tu es un homme, voyons."

     

    4.5. Oriane

     

                    ...cela eut vraiment le mérite de casser en moi le dernier petit doute qui me taraudait encore quant à nous, Willem et moi.

                       Et dès mon gâteau soufflé,...

     

    4.5. Oriane

     

                      ...je me débarrassai de mes couettes.  Définitivement, miss Couette-couette avait disparu.  Et ce  n'était pas plus mal comme ça, me semble-t-il.

     

    4.5. Oriane

     

                      Et encore, attends: le meilleur reste à venir, ma chère Alice.

                      J'étais, vois-tu, au musée, cherchant l'inspiration, lorsque je reçus un appel d'Ambroise.

     

    4.5. Oriane

     

                     "Vous me feriez grand honneur, ma très chère Oriane, d'accepter de dîner ce soir avec moi."

                Ambroise voulait fêter avec moi la sortie de l'article me concernant et le doublement des ventes de son magazine.  

                      "Quelle charmante attention, Ambroise.  J'accepte avec plaisir."

     

    4.5. Oriane

     

               Nous nous sommes donc retrouvés, Ambroise et moi, au bar à cocktail dont le nom m'échappe...

     

    4.5. Oriane

     

                      ....pour deviser joyeusement avant le repas.  

     

    4.5. Oriane

     

                       Comme à son habitude, Ambroise était particulièrement élégant. C'est un homme classieux, savant, réservé, de bonne famille, Ambroise.  Célibataire depuis quelques mois.  Très célibataire, sans petite amie, quoi.  Et là: le flash:

                       "Dites-moi, Ambroise.  Ce dîner, tous les deux, est-ce un rencart?"

     

    4.5. Oriane

     

                       "Est-ce que cela vous plairait, ma chère Oriane?"                 

                        "Disons que cela ne serait pas pour me déplaire, Ambroise."

     

    4.5. Oriane

     

                                       "Vous me comblez, ma chère."

     

    4.5. Oriane 

     

                             "Oriane, il faut que je vous dise : dès que mes mes yeux ont croisé vos premières peintures, je me suis senti transcendé par la sensibilité qui irradiait de vos toiles, j'ai été touché comme jamais par votre univers qui pulsait au travers de vos œuvres et me foudroyait littéralement.  Je n'avais dès lors plus qu'un seul souhait: rencontrer celle qui avait été capable d'un tel prodige.  Que n'ai-je été surpris par votre jeunesse et que n'ai-je tenté de résister!  Les cieux m'en sont témoins, j'ai tant essayé!

                      Votre seule présence, ma chère Oriane, rend ma misérable existence si pétillante.  Votre rire, ma mie, est pour moi une cascade de lave qui s'écoule en mes veines.  Et il n'est plus à présent de jour ou de nuit, d'heure ou de minute où je ne pense pas à vous."

     

    4.5. Oriane

     

                        Et là, soudain, il bondit et se met à gesticuler comme au beau diable.

                    "Mais sans doute, est-ce folie, ma chère Oriane.  Vous êtes si jeune, si belle,si talentueuse.  Que feriez-vous d'un homme aussi fade que moi, sans talent, sans couleur...?  Non, sans doute, il vaut mieux que je m'en retourne.  Mon amour pour vous est aussi improbable qu'impossible."

     

    4.5. Oriane

     

                        Bon, il était temps que je le fasse taire, le bel Ambroise, qui parle comme un livre.

     

    4.5. Oriane

     

                           "Oooh, ma chère, mais..."

                            "Chhhhuuut..."

     

    4.5. Oriane

     

                         "WWWWWwaaaaaaouwwww!  Ambroise, t'embrasses comme un dieu!  Je me sens toute chose, là."

     

    4.5. Oriane

     

                         "Plait-il?"

                    "Chut, j'ai dit!"

     

    4.5. Oriane

    4.5. Oriane

     

                         "Ambroise, je passerais bien le reste de la nuit à t'embrasser."

                          "Ce serait tout à fait inconvenant."

                          "Bien sûr, mais si bon, non?"

                           "J'en conviens."

     

    4.5. Oriane 

     

                              Lorsque survint le terme de cette charmante, surprenant, excitante, merveilleuse soirée, je me sentis bien triste de devoir le quitter, celui que j'appelle dorénavant mon Ambroise.

                            "J'ai si peur de vous quitter, chère Oriane, et découvrir au petit matin que tout ceci n'était qu'un rêve."

     

    4.5. Oriane 

     

                         "Oooh, Ambroise, tu es si... enfin...  comment dire?... Et si tu me faisais confiance pour voir? " 

                      Je l'embrassai doucement, cette fois, espérant qu'il entende tous les mots que je ne parvenais pas encore à prononcer.

     

    4.5. Oriane

     

     

                       Ma nuit fut la plus douce de toutes les nuits que j'aie pu dormir jusqu'alors.

                       Et ce matin, je m'éveille la joie et le désir chevillés au corps par un même espoir pour ce jour nouveau qui se lève avec moi.  Je pense que je suis amoureuse.  Très amoureuse.  Et ouch!  Que c'est bon!  Que c'est bon d'aimer!

     

    4.5. Oriane 

     

                                 Amitiés,

     

     

     

    4.5. Oriane

    Oriane

     

     

    "Et bien voilà, mon cher frère, elles sont au coude à coude, nos héritières.  

    Ça te rabaisse le caquet, ça, hein, grand dadais!

     

    Bisous tout aussi fanfarons,

    4.5. Oriane

    Lola.

     


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique