•  

     

                       Christian, bonjour!

                       C'est moi, Maïa.

     

    6.1. Maïa 

     

                       Euh non, ' toujours rien à voir avec l'abeille.  Moi, je suis une fille.  Oui, une fille: une fille sous pression.  Bah, tu m'étonnes avec une mère comme la mienne qui n'a qu'un mot à la bouche: perfection!  Forcément, la pression, tu la sens bien!

                               "Rien, ne fais rien, ma fille, si tu ne tends pas à la perfection!"

     

    6.1. Maïa 

     

                          Même le dessin, c'est sérieux avec ma mère.  Ah!  Ça! Si tu veux t'amuser, ne viens pas en week-end chez nous!  Toujours, elle est sur mon dos avec son histoire d'excellence et de perfection!

                             J'ai tenté de me cacher pour mes devoirs pour éviter de subir ses "digressions qui n'ont qu'un but: m'apprendre plus et mieux!  Tu parles!  

     

    6.1. Maïa

     

                              Je n'ai qu'à compter jusqu'à cinq et hop!  elle apparaît, où que je sois dans c'tte énorme baraque.

                              "Alors, c'est ici que tu cachais, petit canaille!   Ooh, tu fais tes devoirs? Bravo, Maïa.  Tu as fini?  Je peux voir?... et après nous réviserons un peu la trigonométrie..."

     

    6.1. Maïa 

     

                               "Maman, j'ai neuf ans, la trigono ne sera pas à mon programme avant cinq ans!"

     

    6.1. Maïa 

     

                                "Il n'est jamais trop tôt pour bien faire, Maïa!"

                               Ah!  Elle te dégoutterait - certes avec excellence! - des cours, de l'école, du dessin, de la natation, du violon, du jeu, ma mère.  Heureusement, que je suis une bonne nature!  Et que j'ai mon papa pour me détendre.

                                 "Hi, la puce!  Encore en train de bosser?"

     

    6.1. Maïa

     

                          "Oui, je dois terminer c' travail supplémentaire que maman puisse corriger puis elle a posé quelques algorithmes, là, qu'elle voudrait que j'étudie..."

                            "Tu n'as pas plutôt envie de me faire un câlin, ma belle?"

                            "Oh mais si, mon papa!"

     

    6.1. Maïa

     

                          Comme je le disais à mon papa, d'ailleurs, le problème, c'est que je n'ai aucun talent, moi.  Maman, elle voudrait que je sois comme elle: douée pour tout.  Mais moi, je n'ai aucun don, pour rien. 

     

    6.1. Maïa 

     

                          Et je l'ai dit à mon papa: j'espère que quand le bébé va arriver, elle va me lâcher la grappe.  

     

    6.1. Maïa 

     

                              Papa m'a super rassurée, sur le sujet:

                          "Il y a beaucoup de chance que ça se passe comme ça, en effet, ma jolie.  Quand cet enfant sera né, non seulement, il ne m'étonnerait pas qu'elle te lâche la grappe mais que tu passes carrément à la trappe comme elle l'a fait pour moi quand t'es arrivée dans sa vie..."

     

    6.1. Maïa

     

                      Papa a une petite tendance à arranger l'histoire à sa façon.  Je connais tous les détails de ce qui s'est passé.  Et papa, crois-moi, à cette époque-là, il ne s'est pas comporté comme un prince avec maman.  Mais bon, c'est du passé, tout ça; et moi, je lui pardonne à papa de ne pas être parfait.  

     

    6.1. Maïa

     

                    Contrairement à maman, je comprends que les autres puissent faire de bêtises, avoir envie de s'amuser et avoir peur.

                        Non, mais attends, je me relis et je me rends compte que tu pourrais croire que je n'aime pas ma maman, c'est tout à fait faux.  J'adore ma maman.  J'adore passer plein de temps avec elle..

     

    6.1. Maïa 

     

                                 Il n'empêche que lorsque vint le temps des contractions, j'étais comme une folle.

     

    6.1. Maïa 

     

                             Enfin, j'allais être libérée de mes chaines, ne plus être (moi et mes notes; moi et mes devoirs, moi et mon espérée perfection) l'unique préoccupation de maman.  Oh yeah!  Oui, comme une folle, j'étais!  Et je chantais à tue-tête, guettant le berceau tant espéré:

                                          "Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir?," 

     

    6.1. Maïa

     

                             Au terme d'une attente infinie, un tremblement se fit entendre depuis les entrailles de la terre.  Si, si, je te jure (c'était notre prestigieux fondateur, papily Romuald qui se retournait dans sa tombe)!...  Pourquoi?  parce que l'enfant né, cette nuit...

     

    6.1. Maïa 

     

                          ... se prénomme Bernard!  C'est un petit gars!  Je suis vraiment ravie.  Il est parfait, ce petit Bernard.

                      "Ralalala... Bernard, bienvenue à la maison.  Je suis si heureuse de te voir!  Je rêve tellement à toutes ces choses fabuleuses que vous allez réaliser ensemble, maman et toi!  Ça va être trop parfait!"

     

    6.1. Maïa

     

                             Il y en a un qui me semble un peu inquiet de la situation.

                         

    6.1. Maïa

    6.1. Maïa

     

                                  Je décide en belle-fille exemplaire que je suis d'aider mon pauvre Bernie.

                                  "Allez, crache ta valda, Bernie.  Qu'est-ce qui t'inquiète au sujet de c't enfant?  Tu as peur que maman t'aime moins, qu'elle s'occupe moins de toi... à présent que Bernard est né?"

                                      "Meuh non, pas du tout..."

     

    6.1. Maïa

     

                            Il se tait un instant puis se penche vers moi, baissant un peu la voix.

                           "Il s'appelle Bernard, ce bébé, hein, Maïa?"

                           "Oui, Bernie."

                           "Pourquoi?"

                           Les questions de Bernie sont un peu déstabilisantes mais  j'ai l'habitude.

                          "Parce que c'est le prénom que vous avez choisi pour votre fils, enfin que maman a choisi, apparemment."

                           Il se penche plus en avant:

                           "Tu es sûre que Bernard est un garçon?"

                        Je vois de la confusion dans les yeux de Bernie.  Je réprime à grande peine le fou-rire qui me menace.

                          "Mais évidemment que je suis sûre que Bernard est un garçon!"

                          "Ah et comment tu le sais?  Comment on reconnait un garçon d'une fille?"

                           Là, des tas d'explication me viennent mais au final, je choisis la plus simple pour Bernie:

                       "Je le sais parce que les bébés garçons portent tous un body vert; les filles c'est un body jaune." 

                           Et là, je vois Bernie se détendre et un petit sourire apparaît suivi d'un long "okèèèè"

     

    6.1. Maïa

     

                              Bernard n'est pas rendu avec un père comme Bernie.  Mais s'il le faut, je lui prêterai un peu le mien, ça l'aidera.  

                                 "Maïa, t'es où?  T'as fini tes devoirs?"

                                Mais qu'il me tarde qu'il pope du berceau, mon frère!

     

    6.1. Maïa

     

     

                                 Bisous, mon cher Christian.

                                 Au plaisir de te lire très vite.

    6.1. Maïa

                                 Maïa

     

     

    "Nom d'un ectoplasme à roulettes, Lola!  Il a fallu que tu poses ton choix alors que mon héritier n'était pas encore né!  Tu es fière de toi, je suppose!

     

    Très très en contrarié,

    6.1. Maïa

    Romuald"


    7 commentaires
  •  

     

                         Toutes mes condoléances, Christian.  A présent que ta grand-mère n'est plus, il va te falloir apprendre à vivre seul avec ta mère et je n'aurai donc qu'un mot : "Courage!"

                          De mon côté, il y en a eu du changement:

                          Ma maison d'abord: maman a entrepris de gros travaux.  J'ai bien cru que les ouvriers allaient finir par l'enterrer vivante, coulée dans le béton, tellement elle était pénible.

                            "Messieurs, la perfection doit être votre priorité, sans quoi je ne vois pas l'intérêt de vous lever le matin!", ne cessait-elle de répéter.

                             Enfin, le résultat n'est pas si mal, je te montre:

                             Avant:

    6.2. Maïa 

     

                            Après:

     

    6.2. Maïa

     

                        Il y a autant de différences qu'entre moi et moi,...

     

    6.2. Maïa

     

                             ... et qu'entre Bernard et Bernard: 

     

    6.2. Maïa

     

                                Si Bernard fait la tronche sur la photo, c'est parce qu'il y a des choses qui ne changent pas.

                                  "Mais qu'est-ce que tu fais là, bonhomme?"

                                   "Chuuut, tu ne m'as pas vu... je fais mes devoirs, je me cache pour pas que maman me trouve.  Tu comprends?"

                                    "Grave!"

     

    6.2. Maïa

     

                                     Et il y a Bernie qui ne change pas lui non plus.

                                     "Mais enfin, Bernie, vas-tu me dire ce qui te tracasse?"                                 

     

    6.2. Maïa 

     

                                      "Je trouve moche qu'on m'ait enlevé mon bébé."

                                       Je crois que j'aurais mieux fait de ne pas demander.

                                     "Mais enfin, Bernie, ton bébé, c'est Bernard.  Il a grandi, voilà tout."

                                      "C'est ce que je dis, mon bébé ne ressemble plus du tout à un bébé et c'est moche."

                                        Il est vraiment bizarre, Bernie.

     

    6.2. Maïa

     

                                    Avec mon anniversaire, maman a mis au point une nouvelle répartition des taches.

     

    6.2. Maïa

     

                                      En plus de ma réussite scolaire et de la vaisselle, je suis en charge de la vigueur et la bonne tenue de notre potager.

     

    6.2. Maïa

     

                                      "Comme ça", me dit ma mère, "tu auras des légumes frais pour préparer tes salades."

     

    6.2. Maïa 

     

                                               Ouiais, tu parles, c'est surtout pour gagner du temps à passer avec Bernie.  Je la connais, ma mère, hein!  On ne me l'a fait pas à moi. 

     

    6.2. Maïa

     

                                   Oui, je connais ma mère et j'aurais dû faire gaffe.  Ça faisait longtemps que la crise couvait entre elle et moi.  J'aurais dû être plus attentive, ne pas me laisser dépasser par les événements mais j'ai complètement craqué, cette nuit-là.  Tel cerbère, elle m'attendait lorsque je suis rentrée d'une petite soirée avec mes amis.  Alors, ok, j'avais un peu dépassé le couvre-feu mais la soufflante à laquelle j'ai eu droit, crois-moi, c'était ... c'était trop. Voilà quoi!

                                  "Et bien, jeune fille c'est à cette heure-ci que tu rentres!  Tu te crois où?  A l'hôtel?  Et moi, quoi?  Je suis sensée jouer au veilleur de nuit en attendant que tu ramènes tes fesses par ici?"

     

    6.2. Maïa

     

                               "Wow!  C'est bon, hein.  J'ai un peu de retard. ' va pas m'en faire toute une histoire!"

     

    6.2. Maïa 

     

                            Et là, baf!  Elle s'emporte que je n'ai aucun respect pour personne dans cette baraque, que c'est impossible de me faire confiance, que je suis privée de sortir jusqu'à nouvel ordre et que je suis priée de changer de ton et d'attitude, que les règles sont les règles et quand elle me dit de rentrer à une heure, ce n'est pas à trois heures!

                            C'est à ce moment-là, j'avoue que j'ai eu le cerveau qui a clapoté.

                             "Oh pardon, vraiment, désolée de ne pas être à la hauteur, ma chère petite maman!  Je ne comprends pas comment toi, la femme parfaite, tu n'as pas encore compris que je n'en ai rien à faire d'être la fille que tu voudrais.  Je pensais qu'avec la naissance de Bernard, tu me lâcherais la grappe mais non, t'es toujours sur mon dos.  Fais pas ci, fais pas ça.  Fais ça comme ça pas comme ci!  Et bien, il y en a marre!  Et la prochaine fois que papa me demande d'aller vivre avec lui, crois-moi bien que je dirai oui.  Parce que lui au moins, il m'aime comme je suis et n'essaye pas de faire de moi un clone!"

     

    6.2. Maïa

     

                     Après ma tirade, quand j'ai vu les traits de ma mère tenter de garder une certaine contenance, j'ai préféré filer parce que moi, j'allais fondre en larmes.  Vraiment trop injuste, elle est trop injuste.

                Elle n'avait même pas vu qu'avant de sortir avec mes potes, j'avais fait la vaisselle, m'étais occupée du potager, avais joué avec mon petit frère...

                    "Je te préviens, bonhomme, si tu racontes à quelqu'un que j'ai joué avec toi à la poupée, je te tue."

                       "Pareil, sœurette?  Tu ne diras rien non plus?"

                       "Promis, ce sera notre secret."

     

    6.2. Maïa

     

                                    "T'es cool, sœurette."

                                     "Je t'aime, frérot."

     

    6.2. Maïa

     

                                  Puis, en plus, à la soirée, il y avait papa qui s'occupait de moi...

     

    6.2. Maïa 

     

                               ...et que même quand il m'a demandé si je ne préférais pas rentrer dormir chez lui, j'ai dit non parce que je ne voulais pas que maman et Bernie s'inquiètent. 

     

    6.2. Maïa

     

                            Et c'est vrai, je n'ai pas vu le temps passer parce qu'il y avait Phil.  Et que Phil ne m'a pas quittée d'un œil, il m'a calculée toute la soirée, même quand j'étais juste avec mon père...

     

    6.2. Maïa

     

              ....et ça, c'est trop le top parce que moi, Phil, je suis trop bien quand je suis avec lui.

     

    6.2. Maïa 

     

                                   Mais ça, maman, elle s'en fiche!  Elle ne voit qu'elle et son fichu règlement à deux balles.  Et j'en ai marre.  Marre de chez marre.  

                                     Oups, je te laisse, j'ai un message de Phil...  Il faut que je lui dise que je suis interdite de sortie.

     

    6.2. Maïa 

     

                                       Gros bisous, Christian.  A tout'...

     

    6.2. Maïa

    Maïa

     

    "Ma chère Lola,

    Je ne chigne ni ne geins au sujet de mon héritière.  Néanmoins, il me semble que la moindre des courtoisies aurait été que tu patientes jusqu'à la naissance de Bernard avant de prendre une quelconque décision quant à mon héritage.

    Sache que je t'en tiens rigueur et que je te garde un chien de ma chienne pour le cas où une occasion se présenterait.

    Bien à toi, ma chère sœur, 

    Romuald.

    3.8. François


    12 commentaires
  •  

                                  Bonjour, Christian.                              

                            Comme tu t'en doutes, le lendemain de ma dispute avec maman, l'ambiance était aussi froide qu'un mois de janvier au pôle Nord.

     

    6.3. Maïa

              

                   Je ne savais pas trop comment rompre la glace alors, j'ai préféré filer sans petit déjeuner en cours.

                   Le soir, je fus particulièrement surprise de pouvoir m'installer à la table et débuter mes devoirs sans voir maman surgir de nulle part afin de me donner un énième cours  particulier.  Mais bon, je n'allais pas bouder mon plaisir.

     

    6.3. Maïa

     

                          Ce fut lorsque j'entendis résonner la sonnette de la porte d'entrée et que j'ai reconnu la silhouette de papa derrière que j'ai commencé à sentir l'oignon.

     

    6.3. Maïa

     

                              "Ta mère m'a convoqué à 18h45 précisément.  Je suis un peu en avance...", baragouina papa, franchement gêné.

                                  Mon ventre s'est tout tordu:

                                  "Je te jure, papa, j'ai rien fait de mal..."

     

    6.3. Maïa

     

                                  "La ferme, Maïa.  Asseyez-vous tous les deux."

                                   Gloups...

                                  "Mais maman..."

     

    6.3. Maïa

     

                               Et voilà maman qui d'un seul homme lâcha à papa.

                               "Alors, comme ça, Glen-Maël delarocheauxpinguins, j'apprends que tu proposes à notre fille, Maïa, de venir vivre sous ton toit?"

                                Papa se mit à se tortiller d'une fesse sur l'autre, a tripoter ses ongles.

                                "Hé! Hé!  C'est possible..."

     

    6.3. Maïa

     

                                   "Ah!  Tu vois, maman, je ne t'ai pas menti..."

                                    "La ferme, Maïa!"

     

    6.3. Maïa 

     

                                Et là, je vis papa blêmir.  Pauvre papa...

                           "Pourquoi tu me dis ça?  Tu veux que Maïa vienne vivre avec moi?  Tu sais que je suis souvent absent et que... enfin, il y a un peu de passage chez moi, si tu vois ce que je veux dire... et il y a aussi que j'ai besoin de calme pour écrire et comme tu le dis si bien, je sais à peine m'occuper de moi, alors d'une ado, tu penses...puis, Maïa est l'héritière, elle doit vivre ici, non?"

                               Le dernier argument est asséné d'une voix aussi tremblante que le gazouillis d'un canari en pleine mue.

                                Et là, je tombai des nues en entendant maman s'exclamer:

                            "Oh mais pas de souci, moi, je ne suis plus l'héritière, je peux vous laisser la maison à tous les deux.  Bernie, Bernard et moi, nous débrouillerons très bien ailleurs."

                             "Mais maman, tu ne parles pas sérieusement?"

                              "Ah mais si..."

     

    6.3. Maïa

     

                                    "En revanche, je ne suis pas certaine que toutes les personnes réunies ici te parlent aussi franchement que moi."

                                      Il n'y avait qu'à suivre son regard pour voir de qui parlait maman.  Comme si je ne le savais pas!

     

    6.3. Maïa

                                 

                                   Et là, je vis mon pauvre papa fondre comme neige au soleil, se décomposer totalement. Papa, il aime bien raconter des histoires, je savais très bien que lorsqu'il me demandait de venir vivre avec lui, c'était parce qu'il trouvait que ça faisait joli entre nous; et si j'avais lancé ça à maman, c'était juste parce que j'étais en colère.  

                                               Papa aurait sans doute voulu trouver quelque chose à me dire mais il est resté là à me regarder et je l'ai regardé aussi.  Papa et moi, nous n'avons pas besoin de nous parler pour nous comprendre.

     

    6.3. Maïa

     

                                      Papa a fini par se lever, maman a minaudé l'air de rien:

                                      "Tu ne restes pas manger avec nous, Maël?"

                                      Il n'a pas répondu, il se sauvait comme un voleur, mon papounet.  Ah!  ça, ma mère, c'est du grand art quand elle veut humilier quelqu'un!  'y a pas: la perfection, elle la tient bien dans ce domaine-là aussi. 

     

    6.3. Maïa 

     

                          Maman nous a donné une bonne leçon à papa et moi.  Pour sûr, nous ne sommes pas prêts, ni l'un ni l'autre, à évoquer ne serait-ce qu'en pensée ou  pour faire joli ou par méchanceté ma possible fuite du carcan de ma mère.

                                "On s'appelle, papa?"

                                 "On s'appelle, ma puce."

     

    6.3. Maïa

     

                                            Après le départ de papa, j'ai encore eu droit à un long monologue sur le sens des responsabilités, sur l'obligation dans la vie de ne jamais se contenter des paroles et des promesses des autres, sur la valeur des règles et des actes.

                                             Je sais qu'il aurait suffi pour qu'elle se taise, que je demande pardon à maman pour les fautes dont elle m'accusait et lui dire qu'elle avait raison; là, j'aurais peut-être eu une rémission totale de mes péchés avec amnistie et autorisation recupérée de voir mes amis et pouvoir sortir... mais ça, ça m'aurait trop écorché la tronche.  Alors, je suis restée silencieuse.  

     

    6.3. Maïa

     

                                 Et j'ai repris ma vie d'esclave. 

     

    6.3. Maïa 

     

                                             Pourtant, il y en avait un qui en avait ras le bonnet de m'avoir sans arrêt dans les pattes.

                                              "Hé, Bernard, 'y a encore ta frangine qui nous zieute, là."

     

    6.3. Maïa 

     

                                               "Oh! Maïa l''abeille t'as pas aut' chose à faire que de jouer les gardes-corps?

                                              "Pardon, Bernard,  je suis dans vot' soleil, là?  Allez, les gars, soyez sympas, une p'tite part avec vous?  juste une?  Je suis sur le point de mourir d'ennui, là."

                                               "Trouve-toi quelqu'un de ton âge, Maïa..."

     

    6.3. Maïa

     

                                Ralalala... quelqu'un de mon âge?  Il y en avait un qui me manquait plus que tout.  Mon Phil.

     

    6.3. Maïa

     

                                Et vint enfin ce coup de fil de Phil (hiiiiiiii) que je n'attendais pas.

                                "Maïa?  T'as le droit de sortir dans ton jardin?"

                                 "Euh oui, pourquoi?..."

                                  "Parce que j'y suis..."

                        Heureusement que je suis jeune parce que je crois que je serais morte d'une crise cardiaque quand j'ai entendu ça! 

     

    6.3. Maïa

     

                                "Tu me manquais trop, Maïa."

                                "Oh toi aussi, Phil."

     

    6.3. Maïa 

     

                                    Et là, j'ai entendu la voix de cerbère-maman qui criait:

                                  "Fais donc entrer ton ami, Maïa, tu n'as pas terminé ton bol de haricots aux saucisses."

                                   Oh c'tte gêne et ce n'était encore rien.

                       "Dites-moi, Philippe Dubois, quelle est votre moyenne au lycée?  Quelles sont vos aptitudes?"

     

    6.3. Maïa

     

                                  Non, rien ne me sera épargné.  Vraiment rien.

                                  "Qu'est-ce que tu lui trouves à ma frangine?  C'est du sérieux entre vous?"

                                   "Bernard, mêle-toi de tes pieds, please..."

                                  "Ouiais, il faut savoir que quand ma soeur commence à parler anglais, c'est comme les ordi, c'est qu'elle disjoncte.  On parle entre hommes, Phil et moi, termine ton bol de haricots, Maïa."

     

    6.3. Maïa

     

                       Après cette soirée, j'étais vraiment au bout de ma vie.  Je me demandais comment Phil pourrait encore avoir envie de me voir.

     

    6.3. Maïa

     

                                    En fait, cette soirée que j'avais trouvé désastreuse sonnait l'heure d'un nouveau départ, sous l'impulsion, je dois l'avouer, et contre toute attente, de Bernie, le mari de maman, je l'appris plus tard.

                                           "Tu sais à quel point je t'aime, Simi.  Tu es le soleil de ma vie et tous les jours de m'éveiller à tes côtés, je crois au miracle.  Tu me fais de mon existence un rêve éveillé."

                                                "Mais...?"

     

    6.3. Maïa

      

                                     "Mais je crois qu'il y a une jeune fille dans cette maison qui mérite de recouvrer un peu de liberté... et ta confiance."

     

    6.3. Maïa

     

                              "Je ne te dis pas ça, Simi, absolument pas parce que j'ai surpris Bernard en train de discuter avec son ami, Fred, de la façon la plus subtile d'enterrer vivante ta fille dans le potager si elle ne leur fichait pas un peu la paix... non, non, absolument pas."

                                      Je me demande si l'idée de Bernard n'a pas semblé un instant attrayante à maman, à moins que ça ne soit mon ancêtre et illustre Romuald qui ait soufflé quelque chose à maman, à ce moment-là.  Mais sans doute, n'est-ce là qu'une impression?  Cela ne peut être qu'une impression, bien sûr!

     

    6.3. Maïa

     

                                    Bref, quoi qu'il en soit, maman est venue me trouver alors que ma tête était proche de l'implosion pour cause de surchauffe mathématique. 

     

    6.3. Maïa

     

                                    Et au lieu de me filer un cours particulier, elle m'a annoncé qu'elle était prête à passer l'éponge sur ce qui s'était passé, que j'avais le droit à nouveau de sortir voir mes amis pourvu que je promette de respecter le couvre-feu.

                                              Tu penses bien, j'ai promis!  J'ai même dit merci (bravo, Maïa)

     

    6.3. Maïa

     

                               Mais lorsque Bernard m'a interrogée, pas plus tard que ce matin.

                               "Alors, l'abeille, tu comptes faire quoi de ton week-end de liberté?  Tu vas voir ton Phil?"

                                "..."

                                "Ah non, n'y pense même pas: non, tu ne m'accompagnes pas au  parc avec mes potes.  J'ai besoin d'air, de souffler, moi.  Je t'ai trop vue, frangine.  Il faut que tu te débrouilles un peu sans moi. Tu comprends ça?"

     

    6.3. Maïa

     

                                          "Bof, je n'sais pas... ' sont sympas, tes potes, Bernard, quand même..."

     

    6.3. Maïa

     

     

                                Non, mais évidemment que ça me plairait de passer le week-end avec Phil mais il ne m'a plus appelée depuis cette soirée chez moi et je trouve que ça ne se fait pas que je l'appelle.  Même si mon frère ne cesse de répéter :

                                     "Hé!  Arrête, Maïa, on est au vingt et unième siècle, là!"

     

    6.3. Maïa

     

                                       Oui, et bien même au vingt et unième siècle, une nana peut avoir peur d'appeler un mec.  Surtout si elle a peur de se manger un râteau.      

                                         "Hey!  T'as encore ramené, ta frangine, Bernard?"

                                          "T'inquiètes, Agnès, elle ne nous dérangera pas longtemps...  je m'en suis occupé."

                                   

    6.3. Maïa 

     

                                       Il faut que j'y aille. Bye, Chris!

     

     

    6.3. Maïa

    Maïa

     

                                          

     

    "Ma chère Lola,

    gna gna gna... Qui rira bien.. rira bien...

     

    Romuald." 

     

    3.8. François

     


    5 commentaires
  •  

     

                            Christian,

                         Est-ce de l'amour ou de la passion ou une simple attirance que tu ressens pour Lily-Rose?  Je ne peux, au risque de doucher ton enthousiasme, que me poser la question.

                          Dans cette lettre que je t'écris, il y aura un grand absent.  Mon père.  Depuis la convocation par ma mère, je n'ai plus eu de ses nouvelles.  Tu m'étonnes!  Il doit être en train de cuver son amertume dans les bras de l'une ou de l'autre.  

                        Bref, la dernière fois, je te quittais sur mon après-midi au parc.  J'y accompagnais mon frère et celui-ci, petit filou, en avait profité pour faire venir Phil.  Oooh Phil ♥!

                         J'en ai profité pour mettre les choses au clair directement - à bas, la dignité :

                        "J'ai cru que tu ne voulais plus me voir et ça, je n'ai pas aimé du tout du tout.  Je te préviens, on est ami mais si tu me refais ce coup-là une fois, encore une fois, une seule, je... je..."

     

    6.4. Maïa

     

                                       Je ... Je ... je rien, en fait.  Il faut bien le dire, je n'ai pas la détermination de ma mère, c'est une évidence.  Je rien si lui rien.  Voilà, quoi.  Ce n'était pas très clair et je pense qu'il n'a pas dû tout comprendre.  Alors pour passer outre le malaise qui me prenait, je me suis glissée dans ses bras.  Au moins, quand j'ai le cœur qui bat à tout rompre qui résonne dans mes oreilles et me vrille la colonne vertébrale, je me tais et c'est mieux pour tout le monde.

     

    6.4. Maïa

     

                                De toute façon, il m'a expliqué qu'il avait eu un problème de portable et qu'il en était tout gêné.  Qu'est-ce qu'il est mignon quand il est gêné, mon Phil. 

     

    6.4. Maïa

     

                             Du coup, un peu comme toi, j'ai "buggé" et je me suis jetée à son cou, sans réfléchir.  Ouiep, parce que si j'avais réfléchi, je ne l'aurais sûrement pas fait, j'en serais encore à espérer un diner aux chandelles, une jolie robe, lui au dessert qui pose le genou par terre, me prend la main et me demande si je veux être sa petite amie.  Je crois que je regarde trop de films. 

     

    6.4. Maïa

     

                              Comme le baiser avait l'air de l'avoir franchement surpris et que moi, j'étais prête à mourir de honte, j'ai fait le gugusse pour détendre l'atmosphère et tenter de sauver ce qui pouvait encore l'être de ma dignité.

                                      "Yo, beau blond, tu t'en dis quoi qu'on sorte ensemble?" 

     

    6.4. Maïa 

     

                               Je suis sûre que dans vingt ans, j'en rirai de ce moment-là.  Dire que moi, je n'ai même pas l'excuse de l'alcool.  Que veux-tu?  Phil m’enivre, voilà.  C'est ça, la vérité!  Quand je le vois, je ne sais plus qui je suis et c'est hyper flippant parce que je suis vraiment capable de faire et de dire n'importe quoi!  La preuve!

                                 Heureusement, ma honte ne fut que de très courte durée, une voix s'est mise à hurler dans ma tête : "Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii", quand il a répondu à ma bravade:

                                    "Tu es tellement... tellement merveilleuse, Maïa." 

     

    6.4. Maïa

                               

                                        "C'est toi qui es merveilleux, Phil."

     

    6.4. Maïa

     

                                    "Non, c'est toi..."

     

    6.4. Maïa

     

                                    "Puisque je te dis que c'est toi..."

     

    6.4. Maïa

     

                                     "Alors, c'est toi plus..."

     

    6.4. Maïa

     

                                      "Non, c'est toi plus..."

     

    6.4. Maïa 

     

                              Notre première dispute, c'était magique.  Je m'en souviendrai toute ma vie, tellement c'était merveilleux.

     

    6.4. Maïa

     

                                  Dommage qu'il y ait eu comme un bruit de fond qui cassait un peu l'ambiance romantique du moment.

                                            "T'as vu, Agnès, je t'avais dit qu'elle nous embêterait pas, ma frangine, cette fois-ci."

     

    6.4. Maïa 

     

                                             "Non, mais regarde, c'est berk berk dégueu...  Ils mettent la langue ou quoi? Non, regarde pas!  Regarde pas, je te dis!  Oh berk berk dégueu... passe-moi un sac, Bernard, il faut que je vomisse!"

                                               Quand l'heure est arrivée de rentrer, je n'avais tellement pas envie de quitter mon amoureux que je lui ai proposé de venir manger chez nous, le soir même.  Je pensais qu'il passerait inaperçu parmi la bande des amis de mon frère qui devait dormir chez nous.  Je redoutais quelque peu d'annoncer à ma mère que je m'étais fiancée l'après-midi, sans attendre son consentement.

     

    6.4. Maïa

     

                               Au final, ça s'est vraiment bien passé.  Je n'ai même pas eu besoin de lui raconter, Agnès s'en est chargée.

                               "Oh, madame Lol, 'z auriez dû être là, au parc, cet après-midi.  Maïa et Philippe sont restés collés l'un à l'autre tout le temps, on aurait dit deux poissons nettoyeurs, les lèvres collées.  Vous voyez ce que je veux dire?  des plécos, ça s'appelle, je crois."

     

    6.4. Maïa

     

                                 Il y a eu quand même, comme un petit froid, suivi du regard assassin de ma mère avec un :

                                   "Je vois, Agnès, je vois... Tu peux m'épargner les détails, merci." 

     

    6.4. Maïa 

     

                                  Bah, au final, maman ne se plaint pas trop de la situation.  Surtout qu'à son plus grand plaisir, elle a trouvé une nouvelle personne à torturer.

                                   "L'excellence, Philippe, rechercher toujours l'excellence.  Laissez-moi vous instruire.  Déjà, pour débuter une partie d'échec..."

     

    6.4. Maïa

      

                                             "Bien, Maïa, lorsque tu auras fini ceci, tu me laisseras un peu avec ton ami.  Il me semble, en effet, Philippe, sans vous manquer de respect, que vous êtes carrément faiblard en statistiques et ça, c'est carrément inadmissible."

     

    6.4. Maïa

     

                            Heureusement, Philippe résiste et lorsqu'on se retrouve tous les deux, hors de la maison, on en rit.  

                              "L'excellence, Maïa!  Il n'y a que l'excellence qui compte"

                               Il imite trop bien, ma mère, Philippe.

     

    6.4. Maïa

     

                                    Alors, peut-être qu'il est nul en stat' et en plein d'autres choses, mais c'est mon homme.  Il me fait rêver et me sentir belle.  Lorsqu'il est là, rien ne compte que lui.  Il me fait trop fondre d'amour.

     

    6.4. Maïa 

     

                             Et il me tarde, oh oui, il me tarde: dans quelques jours, je fête mon anniversaire.  Je vais pouvoir envoyer balader l'école, les leçons, les devoirs.  Je vais pouvoir passer tout mon temps à chouchouter mon amoureux, à préparer notre mariage et nous faire plein des bébés.   

                              Bon, il reste à l'annoncer à ma mère... Ça ne va pas être commode de lui faire accepter que je n'ai aucune ambition, aucune envie de bosser comme une malade et que bien loin de moi l'idée d'honorer le nom des Lol en laissant une trace dans l'Histoire...  Ou alors, je laisse Agnès, la copine de mon frère, le lui annoncer...

     

                               Bisous, cousin éloigné de contrées lointaines.

     

    6.4. Maïa

     Maïa

     

    "Ma chère Lola,

    Je me demande si je ne devrais pas partir en vacances quelque temps, le temps que Simi se remette de cette annonce.  Ça va être l'apocalypse ici.

    Il n'empêche que moi, en tant que fondateur, je ne peux que me réjouir de voir Maïa mettre tant de cœur à remplir sa mission de donner héritiers à notre lignée.  Avec un peu de chance, j'aurai un gamin, cette fois!

    Sans me vanter, il me semble qu'une fois de plus, je prends la tête de notre legacy.  Hé!  Hé!

    Avec tendresse aussi,

    Romuald." 

    3.8. François

     


    6 commentaires
  •  

                           Christian,

     

                           Je me réjouissais, tu dois t'en souvenir de fêter mon anniversaire.  Ce que j'avais complètement zappé, c'est que mon doudou, mon Phil ♥, était sensé vieillir un jour plus tôt que moi.  C'tt-euh loos-euh!  Fini, les bisous-bisous comme tu dis...  Trop râlant, cette règle à deux balles de détournement de mineur.  Je t'en donnerais, moi, des détournements de mineur: dans ta tronche, ouiais!

     

    6.5. Maïa

     

                             La vie est déjà suffisamment compliquée comme ça si en plus, on m'enlève mon doudou.

                             "Allons, ma chérie, un petit jour à tenir et ..."

                             "Aaarff... je me doutais que ce serait moins dur pour toi.  Tu vois que tu aimais moins nos câlins que moi.  Bah, c'est normal, je t'aime beaucoup plus que toi ne m'aimes.  Voilà..."

                             "Mais pas du tout...  Allez, Maïa, fais-moi un sourire." 

     

    6.5. Maïa

                                                  

                                 "Moi, c'est un bisou que je veux!"

     

    6.5. Maïa 

     

                                     "Et t'as intérêt, beau blond, à te souvenir que ce merveilleux petit lot, là - moi! -te promet des nuits torrides dès demain soir jusqu'à la fin de ta vie!" 

     

    6.5. Maïa

     

                                "Hey!  Mais qu'est-ce que tu fais, Phil?  Je te parle, là, je te signale!"

     

    6.5. Maïa

     

                              "Je vérifiais l'heure... on a encore quelques minutes avant le fatal soufflage de gâteau... le magnifique petit lot que je vois là pourrait peut-être me donner une avance... parce que bon, des promesses, des promesses, c'est bien beau, les promesses, mais..." 

     

    6.5. Maïa

     

                                       Et zou.. ♫♪♫"Faisons l'amour comme si c'était la dernière fois...  Toi et moi... puisque l'âge s'en va..."♫♪♫ 

     

    6.5. Maïa

     

                                        Je n'ai jamais autant détesté une fête d'anniversaire que celle-là. 

     

    6.5. Maïa

     

                          Même si le temps n'a pas de prise sur le physique de mon homme qui reste toujours aussi beau.  Ce n'est pas comme Bernie qui quelques jours plus tôt s'était pris un sacré coup de vieux, lui. 

     

    6.5. Maïa

     

                           Papa, aussi, a pris un sacré coup de vieux.

     

    6.5. Maïa

     

                           Maman ne devrait plus trop tarder, elle aussi, à prendre son coup du vieux.  Du coup, je me suis dit que peut-être, je pourrais attendre qu'elle meure, faire comme si jusque là : prendre un boulot, bosser (ooh berk).  Ce n'est peut-être pas la peine de lui dire tout ce que j'ai à lui dire, rapport à mon manque d'ambition...  Oui, quand il le faut, je peux être rusée moi aussi...

     

    6.5. Maïa

     

                             ... parce que bon, je suis courageuse mais pas téméraire.  Surtout que maman n'a pas attendu deux heures pour convoquer Phil.  Il paraît évident qu'elle ne compte pas nous lâcher la grappe.  Non, mais c'est hallucinant quand même; même papa était de la partie.

                                   "Alors, mon cher Phil, quelles sont vos intentions vis à vis de notre fille?"

                                    "Et bien, Monsieur, j'aime votre fille, comme vous le savez et..."

                                    "Et quels sont vos projets, professionnellement parlant?"

     

    6.5. Maïa

     

                                   "Et bien, Madame, j'ai pensé qu'une carrière dans les affaires pourrait ..."

     

    6.5. Maïa

     

                                   "Ah oui, une carrière dans les affaires, quelle belle idée!  Justement cela manquait à notre famille... mais dites-moi, Phil, sans doute êtes-vous dans la confidence?  Quelle carrière compte donc embrasser ma fille?"

                                        Heureusement, ma fripouille de petit frère adoré a fichu le feu, manquant de brûler vif l'un de ses amis et l'incendie a interrompu le malaise que mon pauvre Phil sentait poindre. 

     

    6.5. Maïa 

     

                             Je ne manquai pas de remercier chaleureusement le petit chenapan dès le lendemain.

                             "A ton service , sœurette."

                            

    6.5. Maïa

     

                                          "Et bon anniversaire en avance... je sais pas si je pourrais assister, j'ai pris un peu de retard dans le travail supplémentaire que maman m'a donné."

                                             "Je sais ce que c'est... courage, frérot."

     

    6.5. Maïa 

     

                               "Et merci..."

                        J'étais tout excitée, moi!  Oui parce que, après vingt-quatre heures d'une terrible et douloureuse abstinence d'amour, je vais enfin, fêter mon anniversaire et retrouver les bras de mon homme!  

                 "Oui, bonjour-bonjour, papa.  Bonjour, Bernie.  Non, non, on n'attend pas maman, tu rigoles?!  Elle est capable de me faire faire mes devoirs, juste pour la beauté du geste... Bon, où est-ce qu'il est ce fichu gâteau?"

     

    6.5. Maïa

     

                                               "Ah te voilà, toi!  T'as pas intérêt à me louper... sinon... sinon...On verra, allez, zou et que ça pétille et que ça scintille!' 

     

    6.5. Maïa

     

                                       Oula, ça fait tournicotis tournicota...  yeah!  Je ne suis plus une ado.  Je pourrais presque me la péter, tellement je me sens femme!

     

    6.5. Maïa

     

                                              "Doudou, ça y est..."

                                               Où qu'il est doudou?  

                                               "Ah... Doudou...  "

     

    6.5. Maïa

     

                                Et il était là et il me regardait... J'ai cru un instant qu'il ne m'avait pas reconnue ou que j'avais attrapé un troisième œil...

                                  "Je ne te plais plus?"

     

    6.5. Maïa 

     

                                  Oh si!  ...  apparemment, moi aussi, je lui avais manqué, ces dernières heures!  Et mes bisous aussi!  Yes! 

     

    6.5. Maïa

     

                                     Bon, mon cher Christian, je te laisse: mon Phil et moi, nous avons des heures et des heures d'amour à rattraper! 

     

    6.5. Maïa

     

                                   A bientôt,

     

    6.5. Maïa

    Maïa

     

     

    "Ma chère Lola,

    Il me semble que cette génération a bien chaud, autant de mon côté que du tien... :D

    Il va y avoir du poupon sous peu...  Enfin, chez moi, c'est une certitude. Hé!  Hé!

    Bisous,

    Romuald." 

    3.8. François

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique