•  

     

          Le regard de mon double, ma jumelle, lourd et pesant, ne me quitte pas depuis l'annonce de ma nomination  Il est chargé plus encore d'inconnues, dirais-je, depuis que, dans un bel ensemble, nous avons, tous deux, quitté l'adolescence.

     

    3.1.  François

    3.1.  François

     

                     Sait-elle ce que je ne sais pas?  Elle me serre contre elle, elle veut veiller sur moi comme elle l'a toujours fait; et comme je l'ai toujours fait, je réponds à son étreinte.

     

    3.1.  François

     

         Les règles de cet héritage, Jade, imposent-elles qu'Audrey me quitte?  

         Nous ne le souhaitons pour l'instant, ni l'un ni l'autre, même s'il est évident que nous laissons peu de place à un tiers le souhaitant.  Je devrai, pourtant, fonder famille, très prochainement, et je souhaite bien sûr qu'elle en fasse autant.  Devrons-nous renoncer l'un à l'autre pour ce faire?  Le temps file à une telle allure... Vois, mes père et mère qui déjà entrent de plein pied dans la vieillesse, inéluctable et cruelle. 

     

    3.1.  François

    3.1.  François

     

                 Et finalement, ils vieillissent tous deux comme ils ont vécu, le nez sur leur ordinateur, indifférents au monde qui les entoure, fuyant le quotidien et nous aussi.

     

    3.1.  François

     

                    J'ai de telles ambitions depuis si longtemps!  

     

    3.1.  François

     

             J'ai tant travaillé pour accéder à l'excellence!  

     

    3.1.  François

     

            Prendrais-je lorsque viendra le moment le temps de voir l'étincelle chez l'autre, d'apprendre à un autre que moi?

     

    3.1.  François

     

              Sont-ce là, des questions essentielles?  Vraiment?  Je le pense!  Et j'ose espérer que mes sœurs aînées avant d'enfanter y ont réfléchi.  Oui, Annie et Charline n'ont pas attendu longtemps avant d'écouter leur horloge biologique.  C'est ce que nous avons découvert lorsqu'elles nous ont invités à leur pendaison de crémaillère. 

     

    3.1.  François

     

                   S'il ne fait aucun doute sur l'identité du géniteur de l'enfant de ma sœur, Charline.

     

    3.1.  François 

     

                En revanche, en ce qui concerne Annie, les choses sont plus troubles.

     

    3.1.  François

     

                       La rumeur court d'ailleurs que ces deux enfants auraient le même père puisque Jérôme est le seul homme qui ait emménagé avec elles.

     

    3.1.  François

     

                  Quoi qu'il en soit, les deux jumelles inséparables, continuent à être ce qu'elle ont toujours été l'une pour l'autre: l'autre part de l'une.  C'est toujours compliqué d'expliquer à des profanes ce qu'est le lien jumelaire, je m'en rends compte.  Mais sache, Jade, que me priver de ma jumelle me serait sans doute moins insupportable qu'à Annie ou Charline, mais resterait malgré tout une souffrance difficile à gérer.

     

    3.1.  François

     

     

                Des souffrances difficiles à gérer, il est aussi les peines de cœur qui peuvent surgir à tout moment de notre existence.  J'ai deux exemples concrets à te livrer pour illustrer ma théorie.  

             Le premier : j'avais surpris la langueur qui soudain avait saisi Manu, mon frère.

     

    3.1.  François 

     

         Je n'en compris la raison qu'en croisant la jeune diablotine qui faisait battre, pour sûr, le cœur de mon frère.

     

    3.1.  François

    3.1.  François

    3.1.  François

     

         Espérons que l'adolescence ne renforce point l'emprise qu'a cette jeune fille sur l'humeur de mon petit artiste;...

     

    3.1.  François

    3.1.  François

     

           ...même si je doute et ai entrevu le regard qu'elle me jeta un soir comme un autre et ne laissait aucun doute sur les idées qui lui traversaient l'esprit.  Que Manu soit rassuré, je n'ai nulle inclination pour elle.  Et quand bien même, il serait extravagant d'imaginer qu'une jeune fille me préfère à mon frère.   

     

    3.1.  François

     

              Ce n'était là que jeu et comme il m'est habituel, je jouai l'indifférent afin de stopper toute velléité de séduction.  Il est parfois utile de passer pour un parfait abruti au moins la galerie peut s'en amuser.

     

    3.1.  François

     

                Mais je m'égare, pardon, Jade.  Le deuxième exemple pour illustrer que les peines de cœur peuvent frapper à tout âge concerne mon oncle Estéban.  Sa pauvre épouse faillit ne jamais se remettre de son décès...

     

    3.1.  François 

    3.1.  François

     

       ....qui eut lieu quelques jours avant notre anniversaire à Audrey et moi et quelques heures avant l'anniversaire de leurs jumelles, Claire et Clara (à mon tour, je te renvoie à notre arbre généalogique)

     

    3.1.  François

     

                     Heureusement, dans notre monde, la mort n'est qu'un passage et les fantômes légion, la peine ne peut qu'en être atténuée et le manque passager.

     

    3.1.  François

     

                    Chère Jade, afin de ne point te lasser, jeunesse a son impatience que je ne voudrais contrarier, je ne m'étendrai pas plus sur ma famille, et oublie volontairement de te parler encore de mon cousin, Grégoire qui vit paisiblement auprès de sa compagne...

     

    3.1.  François

     

                   ....et de ses deux enfants, ....

     

    3.1.  François

     

     

                  ....entouré de ses nombreux amis.

     

    3.1.  François 

     

                       Il se fait tard, demain, je me lève tôt pour entamer le début de ma nouvelle vie: comme tu t'en doutes, je viens d'être engagé à l'hôpital d'Oasis et il me tarde d'y faire mes preuves.

     

                          Bien à toi,

     

     

                               François 

    3.1.  François

     

     

    PS: Message de mon grand-père, Romuald, à ta grand-mère, Lola.

    "Il est des douleurs, ma chère Lola, que les mots ne peuvent exprimer.  J'ai perdu mon fils, Estéban, l'éternité à ses revers que rien ne console.  Si seulement, je pouvais une fois encore le serrer contre moi.

    3.1.  François

     Si seulement je n'étais pas condamné à ne hanter que notre demeure...  Le revoir une fois, une fois seulement et lui dire combien je suis fier de tout ce qu'il a accompli, de l'homme qu'il était...

    Avec toute ma tendresse,

    Romuald"

    3.1.  François

     

     

     

    Le magazine d'Oasis:

     

     

     

     

    Récapitulatif :

     

    3.1.  François

     

     


    14 commentaires
  •  

                      Chère Jade,

                 Comme de bien entendu, ma nouvelle vie a débuté telle que je l'espérais.  Très vite, je me suis fait à mon nouvel environnement et c'est avec motivation et concentration, les deux mamelles de la réussite, que je me suis lancé à corps perdu dans mon travail.

     

    3.2. François

     

             Alliant le corps et l'esprit, je mis rapidement au point une nouvelle thérapie, basée sur la musique, avec des résultats plus que probants: une vraie réussite!

     

    3.2. François 

     

                   Le temps passait si vite à l'hôpital, un vrai régal, je m'y sentais comme un poisson dans l'eau.  Je profitais de tous les instants et il me fallait toujours un certain temps avant de me décider à rentrer à la maison.

     

    3.2. François 

     

                 Pourtant, à la maison, tout roulait.  Les parents...

     

    3.2. François

    3.2. François

     

                 ...et surtout Audrey s'occupaient de l'intendance.

     

    3.2. François 

     

              Manu vivait son rôle de fils cadet à la perfection, assidu aux études,...

     

    3.2. François

     

            ...il n'en oubliait pas pour autant sa rousse qui ne cessait de lui souffler le chaud et le froid mais auquel il s'accrochait comme une moule à son rocher. 

     

    3.2. François

    3.2. François

    3.2. François

    3.2. François 

     

             Moi, je profitais de mon temps libre, si rare, et le partageait entre mes amis...

     

    3.2. François

     

            ...et mes frère et sœurs.

     

    3.2. François

    3.2. François

    3.2. François

    3.2. François

    3.2. François

     

            La tête dans le guidon, pris par ma volonté indéfectible de poursuivre mes objectifs, j'allais bon train, quelque peu insouciant de la vie des autres et surtout incapable d'imaginer ce qui allait arriver si tôt, trop tôt.

     

    3.2. François

     

                    Ce soir-là, Audrey m'interpella, elle devait me parler.

     

    3.2. François 

     

           Et elle me parla.  Elle me parla de Bertrand, ce petit gars qu'elle voyait depuis un temps certain et qui rêvait avec elle d'un nid d'amour où fonder leur propre famille.  

     

    3.2. François

     

               Tous les deux s'étaient rapprochés et Audrey m'avoua avoir des sentiments pour lui; ce qui, je ne te le cache pas, me remplit de joie.  Elle me dit :

                     "J'ai besoin de ton accord, François,..."

                      Je ne la laissai pas finir:

                      "Mais bien-sûr, ma sœur.  Ne t'inquiète pas pour moi ..."

     

    3.2. François

     

                      "Tu sais que je m'inquiète quand même, François,... tu n'as pas quelque chose à me dire, ne voudrais-tu faire valoir une cause majeure et faire revoir le vote de l'élu?"

     

    3.2. François

     

                     Elle semblait hésiter, chercher ses mots.

     

    3.2. François 

     

                    Audrey se doutait, sans oser le dire, j'en suis sûr, depuis longtemps, avant moi sans doute, de l'ampleur du secret qui était le mien; pourtant, que n'avais-je été discret...

     

    3.2. François 

     

               Audrey l'avait pressenti bien avant moi, c'est sûr.  Je me souviens qu'elle avait écrit avoir peur pour moi si j'étais désigné "héritier", elle en avait parlé dans l'addendum du choix; mais elle n'avait pu identifier le pourquoi de cette peur. J'en avais été troublé et je m'en étais posé des questions avant de succomber...

     

    3.2. François

    3.2. François 

     

             Qu'importait, de toute façon, elle avait raison et cela ne changeait rien à mon histoire qui était de toute façon vouée à l'échec.  Je n'en avais rien caché Seb' mais peu nous importait: le temps que cela durerait serait peut-être le temps que nous nous aimerions.  Je voulais tellement le croire, tellement croire que nos sentiments et notre envie d'être ensemble peu à peu s'éteindraient, doucement, comme un feu qui s'étouffe.

     

    3.2. François

     

                       "Audrey, Bertrand a l'air d'un gars bien, ne le laisse pas filer juste parce que tu t'inquiètes pour moi, ce serait vraiment trop bête.  Je gère, t'inquiète...  J'assumerai mes responsabilités, tu le sais.  Tu me fais confiance, n'est-ce pas, sœurette?"

     

    3.2. François 

     

                     Je mis à un terme à cette discussion et ses objections de la plus simple façon.

     

    3.2. François 

     

                     Et tandis qu'Audrey, n'ayant sans doute pas le courage d'ouvrir plus avant le débat se réfugiait dans les bras de son aimé et était sur le point de lui annoncer la bonne nouvelle, le drame se  produisit...

     

    3.2. François 

     

                     ...mon père et ma mère, en même temps, à la seconde près rendaient l'âme.

     

    3.2. François

     

                    J'étais auprès de ma mère lorsqu'elle expira et Audrey auprès de mon père.

     

    3.2. François

    3.2. François

    3.2. François

     

                          Au moins, ni l'un ni l'autre, n'aurait à souffrir l'absence de leur compagnon de toujours.

     

    3.2. François 

     

                       Cette double perte donna lieu à une décision qui de prime abord me sembla sensée.  Le conseil de famille se réunit dès le lendemain; l'ordre du jour: notre avenir.  

     

    3.2. François 

     

                Sous la présidence de Charline et de son double Annie, il fut décrété que je n'étais pas capable avec mon boulot de faire face aux factures qui tombaient chaque semaine et que je n'étais pas plus capable de veiller sur Manu, encore adolescent;...

     

    3.2. François

     

                ...tout comme mes sœurs aînées ne pouvaient le prendre en charge, alors que toutes deux étaient déjà bien occupées par leur fille respective et leur travail.  

     

    3.2. François

    3.2. François 

     

            Leur cadre et mode de vie ne pouvaient convenir à un jeune homme, surtout au vu des rumeurs qui couraient sur le compte des jumelles et notamment celle de la présumée paternité d'Ella que la naissance n'avait pu réduire au silence.  Le doute subsistait: Jérôme était-il à la fois le père d'Ella et celui de Cassie, les filles de mes sœurs, Charline et Annie?

     

    3.2. François 

     

              Audrey fut donc sacrifiée.  Elle devrait me seconder dans la vie de tous les jours, l'intendance de la maison et l'éducation de Manu pendant une durée indéterminée; ses projets avec Romain relégués au second plan.  Il fut mis au courant le soir même.

     

    3.2. François 

     

                       Les premiers temps, je m'intéressai fort peu à cette situation.  Mais les mariages se succédant, ...

     

    Lou et Grégoire, mon cousin 

    3.2. François

     

    Clara, ma cousine et Marc

    3.2. François

     

    Charline, ma soeur et Jérôme

    3.2. François 

     

                      ...l'annonce des deux nouvelles grossesses de mes sœurs, Charline et Annie...

     

    3.2. François 

     

            ... la naissance d'Yvan, le fils de ma cousine, Claire, qui se passa dans la douleur.

     

    3.2. François

     

               Le père refusant d'assumer son rôle fut jeté hors du domaine manu militari par ma tante, Ludivine, qui a beau avoir plus de cent ans au compteur lui fila une sacrée dérouillée au gredin.  On en parle encore dans toute la ville (mais ceci est une autre histoire)...

     

    3.2. François

    3.2. François

     

              ...Bref, il me revint comme une lointaine ritournelle, la réminiscence de la discussion que nous avions eue, tous deux, Audrey et moi, le soir du décès de nos parents.

               Et je vis Audrey comme un papillon emprisonné derrière le murs du manoir, se cognant aux fenêtres et ces coups répétés frôlaient ma conscience, provoquant un malaise que j'aurais pu, note bien, continuer à ignorer.

     

    3.2. François

     

                  Je discutai un long moment avec mon ami, Sébastien, cela me brisa le cœur et le sien aussi;...

     

    3.2. François

    3.2. François

     

               ...mais je pris la seule décision qui puisse convenir à mon statut d'héritier et accessoirement de frère aimant et attentif à sa jumelle.  Je demandai à Juliette d'emménager avec moi puisque, parait-il, je lui plaisais assez.

                   "François, promets-moi que c'est par amour de moi que tu me demandes de vivre avec toi."

     

    3.2. François

     

                             "Bien sûr, bien sûr..."

     

    3.2. François

     

                             "Ô François, j'attendais cet instant depuis si longtemps..."

               Mais il doit être écrit quelque part que rien ne se passe jamais dans cette famille comme on l'avait prévu. Au lieu de profiter de l'aubaine, Audrey décréta, après s'être entretenue avec Juliette, qu'il devait y avoir une période de transition pendant laquelle elle devrait veiller à ce que Juliette ait toutes les compétences nécessaires à me seconder.  Ce à quoi, Juliette répondit:

           "T'es vraiment la plus bizarre du groupe, toi.  Mais bon, si ça te fait plaisir..."

     

    3.2. François

     

              Il me parut évident que ma sœur, au final, refusait de me lâcher; point barre et ce malgré toutes mes objections et l'intervention de nos sœurs aînées.

     

    3.2. François

     

                   Aujourd'hui, je me dis que Manu ne va plus tarder à devenir jeune adulte, que lui aussi quittera notre foyer et que sans doute, avec lui, Audrey partira, finalement convaincue qu'elle s'était trompée quant à ma nature et que j'étais capable d'être heureux sans elle, avec Juliette.

     

    3.2. François 

     

               Je me réfugie dans le travail, je fuis la discussion que je refuse d'avoir concernant mes amours, je suis certain que mon choix est le bon et que la route aux côtés de Juliette pourra m'apporter beaucoup de joies, malgré tout.  

     

    3.2. François

     

           L'absence de mon ami, Sébastien, je ne veux pas y penser et refuse systématiquement de le voir.  

           Je fonce vers mon objectif premier qui est et restera toujours d'améliorer les conditions de soins de patients, gravir les échelons, devenir celui que j'ai toujours voulu être: un médecin reconnu pour ses qualités humaines.  Je n'oublie pas cependant les espoirs de ceux qui ont cru en moi: je serai aussi un héritier, un des maillons de notre lignée dont nos aïeux et descendants pourront être fiers.  Oui, j'ai dit "descendant" et tu le sais, la suite de notre lignée ne peut être que de notre sang. 

                    Bien à toi, Jade.

     

    François

    3.2. François

                                        

     

     PS : Message de mon grand-père, Romuald, à ta grand-mère, Lola, je cite : 

    "Ma chère Lola, 

    ... ma pudeur et ma morale m'empêchent de dire ce que je pense à cet instant précis de ce maudit challenge et de ces règles à deux balles ...

    Mieux vaut attendre que le soufflé retombe.

    Romuald."

    3.2. François

     

     ---------

    Les autres Lol

     

     

    --------------

     Récapitulatif :

     

    3.2. François

                      

     

     


    11 commentaires
  •  

     

                       Jade,

     

                       Je fus vraiment inspiré de demander à Juliette d'emménager avec moi.  Plus j'apprenais à la connaître, plus je l'appréciais, Juliette.

     

    3.3. François

     

                     Ce n'était pas pour rien que nous nous fréquentions depuis toutes ces années.  Et apprendre à la connaître, finalement, m'ouvrait de nouveaux horizons sur la nature humaine.

                      Juliette est une jeune femme simple, tranquille, qui se pose peu de questions, qui profite de l'instant et de la vie sans se faire des nœuds au cerveau.  C'est vraiment reposant de l'avoir dans sa vie.  Et je dois dire que je prends beaucoup de plaisir à passer du temps avec elle.

     

    3.3. François 

     

                           Juliette est entrée avec simplicité dans la famille et elle a conquis tout le monde.  Juliette avait déjà sa place dans notre famille, bien avant son emménagement et je l'ignorais.

     

    3.3. François 

     

                           Juliette a même réussi le tour de force de séduire Audrey qui alla jusqu'à l'intégrer à nos petites séances de sport.  Si ce n'est pas remarquable, cela!

     

    3.3. François

     

                               Au travail, je m'épanouissais, je me sentais comme un poisson dans l'eau.

     

    3.3. François

     

     Et même le sabotage du matériel par certaines de mes collègues...

     

    3.3. François

     

                ...ne me contrariait en rien.  

     

    3.3. François

     

            Je continuais à peaufiner mes recherches de thérapie  par la musique.

     

    3.3. François

     

               Ne déviant jamais de mon but ultime, je mis en place un service de soins au plus démunis.  S'ils n'avaient point les moyens de venir à l'hôpital, l'hôpital viendrait à eux.  Et je partageais donc mes journées entre l'hôpital et mes visites à domicile pour les plus démunis.  

     

    3.3. François

    3.3. François 

     

                    Vraiment, tout roulait pour moi et j'aurais pu me vanter d'avoir une vie rêvée s'il n'y avait ses questions embarrassantes qui ne cessaient de m'être posées.

                     "Ne serait-il pas temps que toi et Juliette passiez aux choses sérieuses?"

     

    3.3. François

     

                     "Juliette ne s'inquiète pas de ne pas encore avoir vu le loup?"

     

    3.3. François

     

                      "Qu'attends-tu pour donner héritier à la lignée, mon p'tit?  Ne me dis pas qu' t'as piscine tous les soirs, Fils?"

     

    3.3. François

     

                      Et les ricanements de ma mère:

                      "Je savais que j'aurais dû insister pour te faire désigner héritier.  N'est pas sur le point d'arriver le jour où des petits bras te serreront très fort ou joueront avec toi, ma pauvre Nounouille.  T'avais qu'à te battre un peu aussiiii, c'est facile de jouer les martyrs après..."

     

    3.3. François

     

                       Personne, en effet, à la maison, n'ignorait que Juliette dormait seule toutes les nuits...

     

    3.3. François

     

                     ...et moi aussi.

     

    3.3. François

     

                         Parce que s'il est vrai que ma tête me poussait dans les bras de Juliette, mon corps lui pleurait encore la perte de Sébastien.  J'évitais toujours de le croiser.  Je savais qu'il passait beaucoup de temps chez Claire.  

    3.3. François

     

                 Tous les deux étaient très amis depuis le lycée.  J'évitais consciencieusement la maison de mes cousines sauf lorsque je craquais.

     

    3.3. François 

     

     De façon incontrôlée, mon cœur me menait à lui et mes bras appelaient les siens.  

     

    3.3. François

     

             Je me maudissais lorsque cela arrivait mais j'en avais tellement besoin.  Je ne parvenais pas à vivre sans lui.  Il était ma dose, et comme un drogué je revenais sans cesse à lui. 

                 Et lorsque le hasard nous faisait nous rencontrer, je me coulais sans m'en rendre compte tout contre lui, oubliant tout, m’enivrant de son parfum, de sa présence.

     

    3.3. François 

     

                                  Evidemment, je savais que je devais arrêter de jouer à ce petit jeu: ne serait-ce que pour permettre à Seb' d'aller de l'avant.  Je ne pouvais pas continuer ainsi à être égoïste.  Sans compter que je devais tenir compte de Juliette aussi, qui, malgré elle, faisait partie de l'équation puisque je l'avais voulu.

                                        L'anniversaire de Manu arriva finalement très vite.

     

    3.3. François

     

                Le gamin en profita bien sûr pour faire sa demande, à genoux, sans tarder à sa belle, sous le regard avide de Juliette.

     

    3.3. François

     

                                       Sous le même regard d'envie de Juliette, Audrey finit par dire oui à son bel amour qui n'en pouvait plus de l'attendre.

     

    3.3. François

     

                   Et Manu, le jour même, vit avec autant de surprise que de bonheur sa belle lui glisser la bague au doigt.

     

    3.3. François

     

                          Il était temps pour ces deux couples de prendre leur envol.  Ce qu'ils firent, chacun dans des demeures qui leur ressemblaient.

     

    3.3. François 

     

                         En revanche, je ne m'attendais pas en rentrant quelques jours plus tard à découvrir que :

                         "Juliette est partie, mon gars.  Je ne sais pas où mais... je crois vraiment que tu devrais la laisser en paix, maintenant, François.  Juliette mérite quelqu'un qui l'aime vraiment et prenne soin d'elle.  Laisse tomber, tu as fait ce que tu as pu, c'est bon comme ça."

     

    3.3. François

     

                       Cela me fit l'effet d'un coup de hache dans mon abdomen.  J'avais trop traîné, à force de la faire poireauter, de la mener en bateau avec mes histoires, je l'avais perdue.  Je courus toute la nuit à sa recherche, non pas pour une histoire d'apparence ou d'héritage mais véritablement parce que j'étais angoissé à la seule idée qu'il lui arrive quelque chose, à la seule idée que j'avais pu faire souffrir cet être si doux et si innocent qu'est Juliette.  Le regard qu'elle m'avait jeté la veille me poursuivait.

     

    3.3. François

     

                         Au matin, j'ai fini par reprendre mes esprits.  Juliette était simple, douce et innocente.  Je lui envoyai un texto, lui demandant où elle se trouvait et ce qu'elle foutait, bon sang!  Elle me répondit immédiatement et simplement.

                                "Je suis au lac. Je réfléchis à ma vie."

     

    3.3. François

    3.3. François

     

                                 Et effectivement, ce fut là que je la trouvai.

     

    3.3. François 

     

                             J'étais si heureux de la retrouver que je la serrai à l'étouffer sans prononcer une seule parole et l'embrassai sans réfléchir. 

     

    3.3. François

     

                               "Alors, c'est vrai, tu tiens un petit peu à moi?"

     

    3.3. François 

     

                                "Énormément, Juliette.  Tu le sais, non?"

     

    3.3. François

                               

                           "Non, je ne le savais pas .. mais alors ça change tout..."

     

    3.3. François

                               

                              Elle me sauta dans les bras...

     

    3.3. François

                   

                         ...et j'oubliai tout et me laissai guider.  

     

    3.3. François 

     

                  J'avais tellement eu peur de la perdre!  

                   Le miracle de la vie ne se fit pas attendre.

     

    3.3. François

     

     

                   Nous décidâmes de fêter cette grande nouvelle comme il se doit, en réunissant ma fratrie.  L'enfant tant attendu allait naître, les Lol allaient perdurer.  

     

    3.3. François

     

                   Cependant comme j'aurais dû le savoir: rien dans cette baraque ne se passe jamais comme on l'avait prévu.  Dès le lendemain de cette fête, ce ne furent pas les glouglous d'alcool qui se mirent à gigoter dans mes entrailles: j'étais enceint!

     

    3.3. François 

                      

                   Peut-être avais-je été trop prompt à imaginer que je n'avais pas d'autre choix possible que celui de briser le cœur de Sébastien et de profiter de l'amour qu'une femme, aveuglément, me portait pour accomplir la tâche qui me revenait.  J'avais bêtement oublié que la vie est taquine et aime à faire des pieds de nez, à ceux qui comme moi, veulent être maître de leur destin.   

                         Incertain quant à l'avenir mais toujours déterminé, je te salue, Jade.

     

     François

    3.3. François

     

     

    PS :  Message de mon grand-père, Romuald, à ta grand-mère, Lola:

              "Et bien ça alors...!

                C'est fort, très fort!"

    3.3. François

     

     ------

     

    Récapitulatif

     

    3.3. François

     

     Des nouvelles des autres Lol

     

                                       


    9 commentaires
  •  

     

                        Si l'annonce de ma grossesse ne parut pas déstabiliser la douce Juliette qui ne me posa aucune question sur le comment du pourquoi.

             "C'est juste merveilleux.  Viens là petit bonhomme ou petite bonhommette, dis bonjours à ta maman Juliette."  

     

    3.4. François 

     

                        ...il en fut tout autrement lorsque je réunis le conseil de famille, lorsque j'évoquai les événements qui, me semble-t-il,  avaient abouti à cette conception: la lumière qui m'avait attiré,...

     

    3.4. François

     

                       ...mon incapacité à me souvenir de quoi que ce soit jusqu'à mon retour sur le perron de la maison, ...

     

    3.4. François

     

                         ...ils se mirent à parler tous, dans tous les sens.

     

    3.4. François 

     

                  Charline: "Ne jamais suivre la lumière, enfin!  François... T'es médecin quand même: la lumière, ce n'est jamais bon!"

                        Annie : "Bon sang, François!  Que tu aies la tête dans les étoiles, c'est une chose mais garder les pieds sur terre, c'était vraiment trop te demander?

                        Audrey : "Mais arrêtez, les filles, ce n'est pas de sa faute, il s'est fait enlever, François!  Ça aurait pu arriver à tout le monde."

                      Charline dans sa barbe : "A tout le monde, je ne crois pas, non..."

                  Pendant que Manu s'enthousiasmait : "WWWoooh, les aliens sont parmi nous, si c'est pôs incroyable ça!"

                       Audrey: "Oh misère, François, si Manu a raison, on est foutu."

                       Manu : "C'est sûr, ils vont faire de nous leur quatre heure.  On n'aura aucune chance."

                    Et de conclure: "Dès qu'il naît, tu t'en débarrasses, François.  Juliette est enceinte, tu l'as, ton héritier.  Un alien, un vrai, dans la famille, c'est prendre trop de risque."

                       Je les regardais tous décider de mon enfant comme ils décidaient toujours de tout.  Je me sentais bête, déconnecté.  Je les regardais et je me sentais juste vide.

     

    3.4. François 

     

                       Aucun d'eux ne m'avait demandé comme je m'en sentais, moi, médecin face à l'inexplicable.  Un homme n'est pas programmé physiologique, anatomiquement pour modeler la vie.  Et je souffrais de ne pas comprendre comment c'était possible... tout autant, depuis que je leur avais parlé, que des douleurs physiques que je ressentais, comme si mes entrailles allaient exploser.  Était-ce normal d'avoir si mal ou était-ce le signe qu'ils avaient raison et que cet être qui poussait en moi était le malin en personne qui nous dévorerait tous, moi le premier?  N'était-il pas déjà en train de me bouffer de l'intérieur, ce bébé?

     

    3.4. François

     

                               Je ne peux pas dire que je vécus ma grossesse de façon sereine. 

     

    3.4. François

     

                        Je finis par en discuter avec Juliette: la réunion de famille, me débarrasser de l'enfant à la naissance avant qu'il nous extermine tous, mes entrailles que le bougre dévorait.  Elle était tout autant concernée que moi par l'arrivée de ce monstre sur terre et de ce que je comptais faire pour y remédier.

     

    3.4. François

     

                          Juliette répondit simplement:

                          "T'es sot!"

     

    3.4. François

     

                   Et d'ajouter:

                        "N'écoutez pas papa, les enfants.  Ce sont ses hormones qui le travaillent."

                   Je m'emportai:

                     "Mes hormones, mes hormones... mais tu n'en sais rien, Juliette!  Ils ont peut-être raison.  Je dois te protéger et notre enfant aussi."

     

    3.4. François

     

                           "Tu es vraiment adorable, mon cœur.  Mais c'est de tes frère et sœurs que tu devrais nous protéger, les enfants, toi et moi.  

                            S'il est vrai que je ne sais pas si c'est un malheur ce qui nous arrive, eux ne le savent pas non plus et toi non plus.  

                         Ce que je sais en revanche, c'est qu'avant de leur avoir parlé, ton instinct ne t'a averti d'aucun danger vis à vis de ce bébé et que ma foi, pour quelqu'un qui se fait manger de l'intérieur, tu as plutôt bonne mine et tu gardes l'appétit.  Quand l'appétit va, tout va.  Alors arrête de faire des nœuds au cerveau.  On verra quand le moment sera venu.  

                          Mange, ça va être froid.  Et dis aux enfants que tu regrettes, ils te pardonneront si tu es sincère."

                             J'avais rarement entendu Juliette parler autant en si peu de temps.  J'en restai comme deux ronds de flan, les yeux écarquillés.

     

    3.4. François

     

                       Et le grand jour arriva; à quelques heures d'intervalle, Juliette et moi donnions la vie.  Nous avions décidé d'accoucher à domicile tous les deux, afin d'éviter que mon cas n'entre dans les annales de l'hôpital.  Je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre, il faut dire.  Mais bon sang, qu'est-ce que ça fait mal! 

     

    3.4. François

     

                               Lorsque j'ai découvert cette petite chose qui se tortillait dans les airs en me regardant...

     

    3.4. François

     

                           J'ai ressenti la même curiosité et le même allégresse que lorsque, quelques heures plus tôt, j'avais serré contre moi ma fille, Emilie, pour la première fois.

     

    3.4. François 

     

                      Et j'ai dit simplement à Juliette qui assistait à la naissance:

                       "On le garde."

     

    3.4. François

     

                 Elle s'est approchée, l'a serré contre elle et murmuré:

               "Bienvenue à la maison, petit bonhomme.  Le chemin fut long, ça n'a pas été facile pour toi mais je crois que tu seras heureux ici."

     

    3.4. François

     

                                  Il me fut facile de cacher à tous que j'avais, contre toute raison et leurs avis, décidé de garder mon enfant.  J'inventai que je n'avais jamais été enceint mais avais été victime du syndrome de couvade du jeune père et que Juliette avait accouché de jumeaux.  Depuis, j'avais dégonflé et ne présentais plus aucune symptômes de grossesse. Je me moquai de moi-même et tous me crurent : la gémellité est affaire de famille et tous savent comme je peux être sensible.  

                        J'ai toujours été très fort pour inventer des histoires et au téléphone, c'est encore plus simple.

     

    3.4. François

     

                                   Ce qui ne m'empêchait pas malgré tout de m'inquiéter un peu de l'avenir, même si je faisais d'énormes efforts pour suivre le conseil de Juliette "ne pas me faire des nœuds au cerveau, on verrait le jour venu".  Si je parvenais à tenir éloigné ma fratrie - les grossesses d'Audrey et de Zora, la rouquine de mon frère, m'y aidèrent -...

     

    3.4. François 

     

                 ....  des berceaux, en anticipant les visites des uns et des autres, qu'en serait-il le jour où ....Raphaël, mon fils, petit bonhomme bleu aux oreilles pointues se mettrait à courir dans les rues?

     

    3.4. François

     

          Je ne pouvais quand même pas le tenir enfermé et au secret toute sa vie, mon fils.  Ce fut lui-même qui d'instinct résolut le problème.  

     

    3.4. François

     

                 Ainsi,Raphaël ressemblait à tous les petits garçons du monde.  Quel finaud, mon fils!  

                Je me félicitai une fois de plus d'avoir menti à ma fratrie.  S'ils avaient eu vent des capacités de camouflage de mon fils, cela les aurait confortés dans leur théorie du complot intergalactique.

                 Et lorsque je les voyais ainsi, ensemble, mon fils et ma fille, j'étais certain que personne ne mettrait en doute qu'ils soient jumeaux.

     

    3.4. François

     

                        Je retrouvai enfin ma sérénité et me rendis compte que cela faisait belle lurette, même, avec tous ces événements que je n'avais plus pensé avec regret ou remord à Sébastien, me laissant dériver dans ma vie, comme un homme heureux.

                           Lorsque je le vis débarquer le lendemain soir de notre anniversaire à Juliette et moi,...

     

    3.4. François 

     

                        ...ce fut même la surprise qui prévalut à tout autre sentiment.  C'était comme si toute notre histoire appartenait à un autre que moi.

     

    3.4. François 

     

                          Je me sentais apaisé. 

                         J'aurais dû me douter pourtant :  rien ne se passe jamais comme je l'avais imaginé dans cette fichue baraque!

                          A l'heure de conclure cette lettre, j'hésite à rentrer à la maison.

                  Je tente d'oublier ce que trois patients viennent de me dire sur le ton badin de la conversation.

                          - ... Je viens de croiser votre charmante compagne.

     

    3.4. François

     

                          - ... Elle était en compagnie d'un jeune homme blond, au nez d'aigle, vous voyez?

     

    3.4. François

     

                  - ... Mais si, vous savez, Sébastien Lacour.  Bref, votre compagne semblait vraiment accablée par la conversation.  

     

    3.4. François 

     

                              "Affirmer ses regrets avec sincérité suffit à obtenir le pardon", dit Juliette.  Je pense que cette fois, cela risque de ne pas suffire.

                                  Vais-je de retour à la maison trouver mes enfants en pleur, Juliette en fuite?  Je ne peux m'empêcher de penser à Ève, l'épouse de mon grand-père qui du jour au lendemain a quitté le foyer sans laisser ni lettre ni explication.  Finalement, ce serait sans doute plus confortable ainsi que de devoir fournir des explications... Je n'en sais rien, je suis perdu.

                       La gorge serrée, l'estomac en vrac, je conclus ici cette lettre que je ne parviens pas à achever. 

    François 

    3.4. François     

     

     PS : Message de mon grand-père à ta grand-mère 

    "Ma chère Lola,

    On ne récolte que ce que l'on sème, n'est-ce pas?

    Rien n'est pire qu'une femme trompée. Ah si, pardon: il n'est pas pire furie en enfer qu'une femme éconduite.  Je

    lui fais confiance au petit, avec sa chance, il risque de le découvrir aussi.

    A bientôt,

    Romuald."

    3.4. François

     

    Récapitulatif

     

    3.4. François


    9 commentaires
  •  

     

     

            Lorsque je suis rentré, inquiet, suant, peinant à respirer, j'ai trouvé Juliette à l'arrière de la maison.

              "Que fais-tu?"

     

    3.5. François 

     

              "Je construis une fusée, ça ne se voit pas?"

              "Une fusée?  Mais pourquoi?"

              "C'est pour Raph'."

           J'avoue, j'étais déstabilisé.  Je m'attendais à trouver la maison sens dessus dessous et rien, mis à part cette histoire de fusée.

               "Juliette, tu veux bien arrêter de frapper sur cet engin, je dois te parler."

             Elle a finalement lâché son marteau à contre-coeur, c'était évident.

               "Il paraît que tu as rencontré Seb' en ville, aujourd'hui."

     

    3.5. François

               

                 "Cette rencontre n'est pas le meilleur moment de ma journée, je préfère ne pas en parler."

                 "Et si moi, je veux en parler?"

                 "Je ne pense pas que ce soit une bonne idée."

                 "Je te demande pardon, Juliette..."

                 "Tss... ce n'est pas à moi que tu dois demander pardon."

                  Et comme rarement, mais comme à chaque situation de crise, une nuée de mots ont coulé de ses lèvres comme la lave du volcan.

     

    3.5. François

     

                 "Cette histoire entre Seb et toi n'est rien!  

              Ce qui m'embarrasse le plus, ce sont tes mensonges que j'apprends aujourd'hui de la bouche de ce pauvre garçon que tu as laissé tomber comme une vieille chaussette sale, François Lol! 

             Je n'aime pas me mêler de tes histoires et de tes histoires de famille, tu racontes bien ce que tu veux à tes frère et sœurs et au monde entier, mais je refuse de rester sans broncher alors que c'est de ton fils et à propos de lui que tu mens!                                                                                                            Il serait de moi cet enfant, aussi ordinaire que notre fille, surgi de mes entrailles comme elle?!

                Mais te rends-tu compte du poids que tu fais peser sur lui?  

            Non, bien sûr que non, tu es bien trop occupé à fignoler tes mensonges, à vivre dans les histoires que tu inventes au fur et à mesure.      

               Lorsque les autres gamins jouent à faire semblant, à être un autre, ton fils joue à être lui!  Et ça, c'est de ta faute.  Et je suis vraiment fâchée contre toi, François.

            Rooooh, laisse tomber, tais-toi et surtout, ne réponds rien.  Je dois me calmer, je ne suis pas capable d'avoir une pensée constructive quand je suis dans cet état-là."

              Et elle s'est éloignée.  

             Finalement, cela n'était pas si mal passé que cela, même si je trouvais rude plus que surprenant de constater que mon infidélité avec Seb' était passée comme une lettre à la poste.  

             Je n'étais plus certain soudain de n'abriter sous mon toit qu'un seul extra-terrestre.

     

    3.5. François

     

                        En la regardant dormir, cette nuit-là, je m'interrogeais.  Juliette avait-elle vu juste?  Étais-je comme mon père?  Est-ce que je fuyais la vie et ses responsabilités comme l'avait fait mon père avant moi, se réfugiant derrière l'écran de son ordinateur, comme moi, je me cachais derrière mes histoires?  Un malaise me prit.  Je me sentais oppressé et la culpabilité m'envahit.

     

    3.5. François

     

                        "Ecoute, papa, c'est super gentil, mais je préfère ne pas me débarrasser de mon costume d'humain.  Je suis trop embarrassé quand on découvre que je ne suis pas comme tout le monde."

     

    3.5. François

     

                "Voilà, je le savais, les enfants: j'avais raison!  Allez le dire à maman, les enfants.  Vite, allez lui dire!"

     

    3.5. François 

     

                              J'exultais et ne manquai pas de frimer auprès de Juliette.

                             "Alors, c'est qui le papa?  Qui qu'avait raison?"

                             "Ne la ramène pas trop, François, il y a une différence entre "ne pas dire" et "mentir".

     

    3.5. François

     

                        Je l'admets, ce n'était pas encore gagné pour rentrer dans les grâces de Juliette; mais bon, moi qui attendais des excuses en bonne et due forme, j'en fus pour mes frais.

                       Je ne m'avouai pas pour autant vaincu, ne renonçai pas.  Je décidai de frapper plus fort et en plus de  mes harassantes journées de boulot, du soin que je portais à mes enfants,...

     

    3.5. François

                     

                      ...je l'aidai dans son projet de construction de fusée. 

     

    3.5. François 

     

              On ne peut pas dire que je ne faisais pas d'effort et n'y mettais pas de la bonne volonté.

            J'emmenai même ma famille en week-end découverte de nos vertes collines.  

     

    3.5. François 

     

           Et ouf, enfin, le climat entre Juliette et moi se réchauffa quelque peu; même si nous étions encore loin des galipettes sous la couette et à nous échanger des murmures suaves capables de titiller la curiosité du plus impudique des satyres.

     

    3.5. François

     

                       Profitant de cette complicité recouvrée, je me hasardai:

                         "Juliette, je peux te poser une question?"

                          "Oui."

                     "Si j'apprenais que tu avais eu une histoire avec un autre que moi, je crois que je me sentirais ... enfin, je veux dire que toi... tu n'as rien dit et je ne comprends pas... enfin, si et tant mieux et merci; mais moi, enfin, tu vois ce que je veux dire..."

                         J'étais pathétique.  Elle sourit doucement:

                        "Je suis peut-être moins imbue de moi-même que toi tu ne l'es."

     

    3.5. François 

     

                         Imbu de moi-même?  Était-ce pour cela que moi, je me sentirais mourir si elle me trompait, que je me serais senti mourir si Sébastien à une époque m'avait trompé?  A nouveau, j'étais perdu, je ne comprenais pas Juliette.

     

    3.5. François 

     

                  Le week-end se termina sans que j'obtienne une réponse qui m'apaise.  Alors, je saisis mon violon et me forçai à ne plus y penser.

     

    3.5. François 

     

                     A notre retour, une autre surprise attendait Juliette et les enfants.  Puisque je ne pouvais plus changer les personnages à ma guise et les modeler à ma façon, j'avais décidé de modifier le décor de notre histoire.

     

    3.5. François

     

                     C'était, je le pensais, l'apogée de mon mea culpa, la preuve ultime que j'avais compris la leçon et voulais repartir sur des meilleures bases. Cela signifiait: faisons table rase du passé, allons de l'avant, tous les quatre, comme une vraie famille avec ses défauts et ses qualités mais ensemble, toujours ensemble. 

                       J'observais Juliette du coin de l’œil, tentant de découvrir si elle avait ou non compris mon message.

     

    3.5. François

     

                            Ce n'était pas gagné.  Lorsque Juliette se pensait seule, sans les enfants, ni moi, elle avait l'air encore si triste.  J'en avais le cœur brisé et ne savais plus que faire ou qu'imaginer pour apaiser son chagrin.

     

    3.5. François

     

                    Les enfants, eux, étaient la joie incarnée.  Et j'adorais les écouter rire, s'amuser et se chamailler.

                 "Ma nounouille, elle raconte des histoires bien plus drôles que les tiennes.  Tu râles, hé Mimi!"

                 "Tu rêves, gamin, moi, ma nounouille, elle les raconte bien mieux que la tienne, les histoires."

     

    3.5. François

     

                               "Hey, look, look, Raphé, mes étincelles, elles vont plus haut que les tiennes."

                        "Dans tes rêves, moi, mes étincelles, ce sont des vraies étincelles d'artificier!  Tu vois la différence?"

     

    3.5. François

     

                   "Hey, Raphé, regarde-moi, regarde-moi.  Je peux être une meilleure extra-terrestre que toi."

     

    3.5. François

     

                                          "N'importe quoi, Mimi.  A la limite, tu pourrais tromper un vieux pépé qui n'y voit plus goutte et encore..."

     

    3.5. François

     

                  Après une séance de zen entrainement peut-être un peu trop intense,...

                 

    3.5. François

     

                    ...je pris le taureau par les cornes. 

                   "Dis-moi, ce qui te rend encore si triste, Juliette.  Je ne sais plus que faire."

     

    3.5. François

     

                   "Je voudrais que tu sois honnête avec Sébastien.  Il m'a fait tellement de peine, l'autre fois.  C'est un homme bien, tu sais, il le mérite."

                   Et bien voilà, il suffisait de demander, en fait.

     

    3.5. François

     

                   Je convoquai Audrey, ma jumelle, pour une séance de coaching.  Je l'informai du problème : Juliette était au courant de ma liaison avec Sébastien.  Non, je ne l'avais plus revu depuis la naissance des enfants. Juliette voulait que j'aie une conversation avec lui.  Et cette conversation aurait lieu au parc dès le lendemain. Que devais-je lui dire?  Comment me comporter?...  

     

    3.5. François

     

                       "Où est le problème?  Juliette est au courant de tout, tu as ton héritier ou ton héritière, fonce, va voir Seb et dis-lui qu'il n'y a plus d'obstacle à votre amour."

                     "C'est Juliette que j'aime, Audrey.  C'est avec elle que je veux vivre et elle que je veux rendre heureuse.  Tu n'as rien écouté ou quoi?"

                         "Qu'est-ce que tu dis?  J'ai toujours su que c'étaient les hommes que tu aimais, François.  Arrête ton cinéma."

                          "Mais non, je n'aime pas les hommes, Audrey.  C'était Sébastien que j'aimais mais c'est fini, l'amour est parti.  Et ce ne sont pas les femmes que j'aime, c'est Juliette que j'aime. C'est tout à fait différent." 

                                     

    3.5. François

     

                                 "Je ne sais pas si tu l'aimes, ta Juliette.  En tout cas, tu commences à parler comme elle.  Et je ne comprends rien à ce que tu racontes."

     

    3.5. François

     

                        L'entretien avec ma sœur avait été un fiasco et j’espérai m'en sortir mieux avec Sébastien.

                        Le ventre dans les talons et trois boulets à chaque pied, je me rendis pour cette petite sortie en famille au parc en cette fin d'après-midi.  Objectif: rencontrer mon ex amant.

                         "Allez, les garçons, je vous laisse.  Vous avez sûrement plein de choses à vous dire."

                         Je pris l'air dégagé mais je n'en menais pas large. 

     

    3.5. François

     

                         Plein de choses à nous dire?  En fait, Sébastien et moi nous sommes vite rendus compte que nous n'avions pas grand 'chose à nous dire ou partager.  Il nous restait juste le silence. Un silence froid et étranger.  Nos corps et nos cœurs ne se parlaient plus, eux non plus.  Notre aventure avait été belle.  Voilà, c'était fini, c'était évident et Sébastien le comprit, lui aussi.

     

    3.5. François 

     

                         Nous nous sommes quittés pour de vrai, cette fois.  J'ai demandé pardon pour tout le mal que je lui avais fait.  Et contre toute attente, il en fit autant.  

     

    3.5. François

     

                   Je rejoignis ma famille.  Ma famille, oui, sûrement imparfaite, mais c'était au milieu d'eux que je me sentais heureux.  Même le silence, lorsqu'il naissait entre nous, était chaud, chaleureux et doux. Un vrai paradis, une bulle de plaisir.  Pour aucun trésor, je n'aurais souhaité être ailleurs qu'avec eux. 

     

    3.5. François

     

                               Ce fut ce soir-là que nous mîmes un dernier coup de marteau à notre fusée, encore imparfaite, elle aussi, mais quand même, c'était une belle victoire.

     

    3.5. François

     

                         De la voir si gaie, sous la lune, mon cœur manqua dix battements, au moins, puis s'emballa.

     

    3.5. François

     

                                Je ne pouvais continuer sans savoir et, comme elle me l'avait demandé le jour de son emménagement avec moi, je m'entendis l'implorer:

                                "Promets-moi que c'est par amour de moi, Juliette, que tu ne m'as pas quitté, que tu vis encore avec moi aujourd'hui."

                              "Bien sûr, bien sûr...", me répondit-elle, comme je l'avais fait, ce soir-là; mais ses yeux étaient rieurs.  

                              Je n'étais capable d'aucune auto-dérision ni d'aucun second degré.  Aussi, j'insistai: 

                      "Promets-moi que c'est par amour de moi que tu as pardonné mon infidélité, mes mensonges et que tu vis encore avec moi, Juliette.  Dis-moi que tu m'aimes autant que je t'aime."

     

    3.5. François 

     

                            "Bien plus, François.  Je t'aime bien plus."  

     

    3.5. François

     

                    Et ses lèvres me le promirent de la plus passionnée des façons. Enfin! Et mon cœur manqua flancher une fois de plus.  Et encore ce n'était rien au regard de la nuit qui m'attendait et de celles qui suivirent.

     

    3.5. François

     

                      C'est un homme heureux et comblé qui termine cette lettre à toi adressée, ma chère Jade.  Ma vie, finalement, est bien plus belle que toutes celles que j'aurais pu inventer.  Et ça, comme tu le dirais, c'est trop d' la balle. 

                       Je t'embrasse et me réjouis de recevoir de tes nouvelles, de celles de ta famille et du maestro bien sûr. 

     

    3.5. François

    François.

     

     

    PS : Message de Romuald, mon grand-père à Lola, ta grand-mère.

     " Ah ma chère Lola,

    C'est sans doute l'amour qui me manque le plus. 

    Amitiés,

    3.5. François

    Romuald."

     

     

     


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique