• Almérya

    Almérya

     

    Almérya

  •  

     

                       

                        Hi, Simi!

                        Je me présente: Almérya, mais tout le monde m'appelle Alma.

     

    5.1. Almérya 

     

                        J'ai comme tu le sais deux petites sœurs: Patience et Hélène.

     

    5.1. Almérya 

     

                                J'ai eu une enfance heureuse.  Surtout que j'ai eu la chance de rencontrer très tôt ma meilleure amie pour la vie, Anna.  

     

    5.1. Almérya 

     

                               Maman était toujours occupée à travailler pour sa galerie alors, c'étaient Mamie Jade...

     

    5.1. Almérya

     

                           ...et papa qui s'occupaient de moi.  

     

    5.1. Almérya

                       

                  Papa, c'était un roi et il était sapé comme un roi et il parlait comme un roi.  Je l'adorais trop. 

                  Son décès, encore plus que celui de Mamie Jade, a été un moment très douloureux de ma vie.

                

    5.1. Almérya

     

                             ... et je pensais que ma mère ne s'en remettrait jamais.    

     

    5.1. Almérya 

     

                            Tu parles, Charles!  'l a été vite remplacé, le daron!

     

     

                      Ce n'est pas que ça m'dérange.  Ça pourrait même m'inspirer.  

     

     

     

                           Mais à peine, j'ai eu le temps de sécher mes larmes, de me prendre une tarte de mon chéri dans la tronche,...

     

    5.1. Almérya 

     

                  ... de  raconter à ma BFF, Anna, que définitivement les hommes, il y a deux races: les mauvais et les tout mauvais... - la preuve! -, 

     

    5.1. Almérya 

     

                     ... de gagner mes premiers sous en tant que traiteur (bon ok, c'était un dîner organisé par ma mère, mais ça compte quand même!),

     

    5.1. Almérya

     

                     ... de souffler mes bougies...

     

    5.1. Almérya 

     

                    ... qu'il était dans la place, le Will.

     

    5.1. Almérya 

     

                     Et pas qu'un peu!  Oh misère, rien ne me sera épargné, dans c'tte baraque.  Couvrez donc ces seins et ce zizi que je ne saurais voir!  Et non, je ne suis pas bien tendre à la tentation mais sujette aux nausées, plutôt, je dirais.  Berrcckkk!...

     

    5.1. Almérya

     

               Alors, tu penses bien que je n'ai pas tergiversé longtemps à lui préparer le gâteau des vainqueurs, en même temps que celui d'Hélène, quand j'ai appris que c'était son anniversaire à lui aussi, le Will, le même jour!  Devine quel gâteau était le sien... Hé!  Hé!

     

    5.1. Almérya

    5.1. Almérya

    5.1. Almérya

     

                            Ce n'est pas qu'il me dérange, le Will.  Au contraire, je l'aime bien.  C'est le père de ma meilleure amie, Anna, dont je t'ai parlé plus haut.  Mais bon, C'EST Le père de ma meilleure amie, Anna, aussi - SURTOUT - dirais-je!  

     

    5.1. Almérya

     

                    Et il a largué, comme une vieille chaussette sale, la mère d'Anna pour bivouaquer à poil chez moi, au bord de ma piscine.  Ah! Les hommes, vraiment tous des goujats!

                        "Mais si, Chérie, t'es magnifique avec ton nouveau look.  Tu vas tous les mettre à tes pieds, ces salopiauds!  Et ton père, ne t'inquiète pas, il aura son retour de manivelle un jour!  Le temps, le temps, c'est lui qui joue en notre faveur, crois-moi."

     

    5.1. Almérya 

     

                               " Ça a y est, Anna.  Il est devenu un vieux croûton, ton père."

                               "..."

                           "Ah?  Ta mère aussi, pas de bol.  La mienne est fraîche comme un gardon... désolée, et apparemment, malgré les rides et les peaux qui tombent, ils ont toujours le feu au slip.  Ben ouiais, je comprends que tu n'aies plus trop envie de traîner par ici.  't'inquiète...  Moi-même si je pouvais... enfin, tu vois, quoi."

                                

    5.1. Almérya

     

                           Et il y en a deux, ici, qui s’entraînent à courir vite, très vite, très loin, dès qu'elles seront arrivées à maturité.  Ce sont mes deux sœurs, Patience et Hélène.

     

    5.1. Almérya 

     

                              Que je les comprends!  Moi, je suis le hamster de la famille Lol, condamnée à revenir toujours à mon point de départ, dans ma jolie cage dorée, jusqu'à ce que mort s'ensuive.

     

    5.1. Almérya

     

                                   Ce qui ne m'empêchera pas de profiter de la vie et de ses petits plaisirs d'ici là!  

     

    5.1. Almérya

     

                                   Allez, à la santé des Lol!  A not' santé, Simi!

     

    5.1. Almérya

     

                                  Bye!

     

    5.1. Almérya

                Almérya

     

     

     "Mon cher Romuald,

    Cette génération en herbe promet.  Je ne sais pas ce qu'elle promet mais elle promet.

    A suivre, donc.

    Bises,

     

    Lola."

    3.4. Jade

     


    4 commentaires
  •  

     

                                 Quant tu es convoquée par ta mère "dans un lieu neutre" parce qu'elle et son compagnon doivent te "parler sérieusement" et bien, tu as beau avoir, Simi, l'âge de bosser et d'être indépendante, tu balises quand même.  Et c'est avec des pieds de plomb que tu te ramènes sur le lieu de rendez-vous.  Un retour en adolescence, tu te fais.  Et pas le meilleur moment, crois-moi.  Celui où tu sens que personne ne va rien comprendre à ta life et toi non plus.

     

    5.3. Almérya

     

                             Mais bon, tu n'es pas une poule mouillée, alors t'y vas quand même parce que tu n'as pas le choix.  Et t'attends, en te promettant que s'ils te parlent de leur futur mariage, tu tailles ta route sans une parole; au moins, on ne pourra pas te reprocher de ne pas être venue et de ne pas avoir écouté.

                                     Et t'attends...

                                     "Bon, alors, c'est toi qui lui dis, m'amour, ou c'est moi?"

     

    5.3. Almérya 

     

                                    Et t'attends...

                                    "Bah, je ne sais pas, moi.  Je suppose que ça serait mieux dit si c'était toi.  Tu parles si bien.  Je pourrais t'écouter des heures."

                                     "Tu es sûre, ma chérie?  Parce que vraiment, si tu préfères, ..."

     

    5.3. Almérya 

     

                                    Et t'attends, donc.

                                 "Allons, tu m'embarrasses, mon cœur.  C'est vrai, c'est moi sa mère, mais je pense quand même que ..."

                                       "C'est toi qui vois, ma mie, je ne voudrais pas..."

                                    Puis, tu craques:

                                    "Bon, les gars, il faut vous décider, là, c'est que j'ai de la route, moi."

                                     "De la route?"

                                     "Façon de parler.  Laisse tomber, maman.  Allez, zou, je dis Will..." 

     

    5.3. Almérya

     

                                     Et là, Will se met à parler et je mesure l'ampleur de la catastrophe.  La petite Patience, ma sœur, qui n'a jamais eu de patience que le prénom, s'est amusée à demander son copain, Geoffrey, en mariage, le jour même de son anniversaire.

     

    5.3. Almérya

    5.3. Almérya

    5.3. Almérya

     

                                        Du coup, les vieux ont balisé et ont voulu "mieux connaître" Rodrigue, mon officiel petit ami.  Pas de bol.  J'avais pourtant mis beaucoup d'énergie à éviter qu'ils se croisent, ma mère et lui, seule à seul.  A cent contre un, il ne leur a pas plu.  Forcément, je ne vois pas comment mon mec peut plaire à une autre que moi.  Moi, je le connais depuis toujours, j'ai l'habitude.  Mais pour un non-initié, tu tombes de haut dès qu'il ouvre la bouche et pour peu qu'il serre ses petits poings, là, tu te mets à hyper-ventiler. Parole!  Il peut vraiment faire peur sous ses allures de gringalet.

     

    5.3. Almérya

     

                                         Bon, la meilleure défense, c'est l'attaque, et c'est encore mieux sur le ton d'une vierge outragée:

                                         "Hé!  Mais j'hallucine, là.  Vous n'avez pas à vous mêler de ma vie privée!  Je vois et fréquente qui je veux.  Je suis majeure et vaccinée.  Je n'ai pas besoin de votre aval pour fricoter avec qui j'ai envie!  Non, mais franchement, on est où là?  Vous vous prenez pour qui?  Vous m'avez demandé mon avis, vous peut-être, avant de ..." 

     

    5.3. Almérya

     

                                                  "Ne détourne pas la conversation, Almérya-Lola-Justine-Jade-Oriane-Ghislaine Lol!  Je suis ta mère et je te dis ce que je veux!  Parce que je suis ta mère ...  Will et Rodrigue, ça n'a rien à voir.  Tu es ridicule."

                                                      "Lalalalalère, je ne t'écoute pas.  Je n'ai pas à t'écouter."

                                           "Oh!  Les filles, on se calme!  Et si on essayait de parler en adultes? Hum?  Oriane, c'est valable pour toi aussi!"

     

    5.3. Almérya 

     

                                      "Tout le monde respire un grand coup!  Alma, oui, c'est vrai : qui tu fréquentes ne nous regarde pas.  Mais nous nous inquiétons, ta mère et moi.  Nous craignons que Rodrigue te fasse souffrir."

                                           "Souffrir?  Mais pourquoi donc?   Comment pouvez-vous le juger ainsi?  Vous ne le connaissez pas!  Moi, je le connais depuis des années.   Rodrigue d'abord, c'est un gentil garçon."

     

    5.3. Almérya 

     

                                                Euh, non, en fait, il n'est pas gentil, Rodrigue.  Il serait même plutôt méchant, il faut bien l'avouer.

                                                  "Et puis ensuite, il m'adore!"

                                                Euh, un peu trop en vérité.  Il m'étouffe.  Il crie sans arrêt dès que je tourne les yeux.  Je le soupçonne même d'être jaloux de la chaise où je m'assois.  

                                                  "Et enfin, il fera un merveilleux papa."

                                 Surtout si les enfants sont adeptes des cris, des grincements de dents, des réprimandes, des quolibets et des tartes qui volent, en fait. 

     

    5.3. Almérya

     

                                                    "Oh ça va, maman!  Ne me regarde pas comme ça!  Ce n'est pas comme si je voulais l'épouser, Rodrigue."

                                                   "Ah et bien, ça va alors.  Hein, Chouchou?  Si elle ne veut pas l'épouser, on est soulagé, là.  Non?  On peut lui faire confiance hein? hein?!  Elle le connait mieux que nous, hein?!"

                                                  Oh mais je rêve:  Will me fait le coup "du gars qui regarde jusqu'au fond de toi pour voir si oui ou non, il peut te faire confiance".  Arf!  Quelle loose!  Ils ont oublié tous les deux que c'est Mamie Jade qui m'a élevée.  On jouait souvent toutes les deux à "Je te fixe, vas-y, baisse les yeux et reconnais-moi comme ton maître".  J'ai même failli gagner une fois ou deux.

     

    5.3. Almérya

     

                                     "D'accord, on te fait confiance, Alma.  "

     

    5.3. Almérya

     

                                              "Super!"

     

    5.3. Almérya 

     

                            "Aubergiste, tournée de "ration d'inspiration", l'addition est pour moi!"

     

    5.3. Almérya

     

                                  Très vite, Will et ma mère m'oublient.

     

    5.3. Almérya

     

                               Cette fois, vois-tu, Simi, je ne leur en veux pas et leurs rires et leurs chamailleries autour du baby foot m'enveloppent d'un lourd manteau de douceur.  Ma gorge se serre et un poids nouveau enserre  ma poitrine.   Est-ce de l'envie?

     

    5.3. Almérya

     

                                          Bien sûr, de cet entretien, j'aurais pu me contenter d'apprendre que je pouvais mentir comme un arracheur de dents et rouler dans la farine ma mère et son compagnon en trois coups de cuiller à pot.  Mais non, en fait, ce que j'apprends cet après-midi-là, c'est que si je quitte Rodrigue, ce n'est ni parce qu'il est méchant, ni parce qu'il est jaloux, ni parce qu'il est violent...  Si je quitte un jour Rodrigue, c'est parce que moi, jamais, je ne le regarde comme Will regarde ma mère. 

     

    5.3. Almérya

     

                                Oui, je comprends à présent pourquoi Will a quitté la mère d'Anna, pourquoi il vit sous notre toit aujourd'hui.

                                 Je crois que je vais lui laisser une chance, finalement, .

                                Et comme Will l'a fait, je pense que très bientôt, je m'accorderai une chance à moi aussi d'être heureuse un jour, d'être aimée et d'aimer comme Will et ma mère s'aiment.  Qu'est-ce que je risque de toute façon?...  Finir seule?  Vieille fille? Sans enfant?  Mettre ainsi un point final à tout ce que mes aïeux ont construit?

                                          Oui, bon, ça fait un peu flipper quand même...

                     Bises, Simi!  Il me tarde d'avoir de tes nouvelles et de celles de Monsieur Larocheauxpingouins.

     

     

    5.3. Almérya

     Almérya

     

    "Romuald,

    Je constate que l'éternité ne t'a rendu ni plus délicat, ni plus patient.  Elles ont encore le temps de briller, nos héritières.  Il n'y a pas le feu au lac.

     

    Bises, 

    Lola."

    3.4. Jade

     

     


    11 commentaires
  •  

                                        Le plan était simple:

    1. Je voyais Rodrigue et je l'envoyais paître.
    2.  Je ratissais Willow
    3. Je trouvais l'amour
    4. Je me mariais
    5. Je faisais un enfant

                     C'était simple, net, efficace et ne me semblait pas totalement hors de portée.  Alors pourquoi  ça n'a pas fonctionné?

                   Ben, peut-être parce que je suis une poule mouillée?  ou que je suis trop sensible?  ou que je suis née sous une mauvaise étoile?  ou que je n'ai pas de bol?

     

    5.3. Almérya

     

                                Pourtant, tout avait bien débuté:                

             "Rodrigue, je dois te parler.   Tu es quelqu'un de bien, tu es drôle, intelligent, merveilleux.  Vraiment, le problème ne vient pas de toi mais...  Tu mérites quelqu'un de bien et moi, je ne suis pas prête à... Enfin, tu vois quoi... Je préfère qu'on reste ami."

     

    5.3. Almérya 

     

                        "Bien sûr que tu es faite pour moi, Alma.  Allez, zou, n'en parlons plus!"

                         "Non, je t'assure, Rodrigue, j'ai beaucoup réfléchi et..."

     

    5.3. Almérya 

     

                         "Non, Alma!  Tu rembarres cet air de chien triste, tu arrêtes de réfléchir et tu viens me faire un bisou!"

                   Gloups.  Je n'ai même pas eu le cœur de plaisanter et d'envoyer un "sinon?" parce que je sentais bien que lui ne plaisantait pas.

     

    5.3. Almérya 

     

                                 Alors, je le sens, Simi, tu te dis:

                                "What?! Que veux-tu qu'il te fasse chez toi, au milieu de ta famille?"

                                Et bien crois-moi, à ce sujet, il n'aurait pas manqué d'imagination, le Rodrigue.  Et si ce n'était pas ici tout de suite, cela aurait pu être ailleurs.  Et si ce n'était pas lui, cela pourrait être l'un de ses sbires.  C'est qu'il connaît du vilain pas beau, Rodrigue.  Moi, je le sais.  Les gens avec qui il bosse ne plaisantent pas et lui surtout ne plaisante pas!  Je n'ai pas trop envie de me retrouver défigurée à l'acide ou qu'il s'en prenne à ma famille.  Comment ça, je regarde trop de films?  Et bien, tu sais de quoi, ils s'inspirent pour les faire, leurs films?...  De la vie, Madame!  Hé ouiiiiii!

                               Le refus de rompre de Rodrigue est un peu embarrassant parce que, vois-tu, j'étais déjà passée au point deux  trois de mon plan.  Hé!  Ce  n'est pas de ma faute, il est venu sonner à ma porte!

     

    5.3. Almérya

     

                            Bon, d'accord, c'est un peu de ma faute quand même parce que quand il est revenu sans son habit de travail, je l'ai un petit peu rikiki aguiché.

     

    5.3. Almérya

     

                                   Et quand il m'a invitée à boire un verre, le lendemain, je lui ai un peu rikiki sauté dessus.

     

    5.3. Almérya

     

                              Et ça, c'était un petit peu rikiki avant que j'apprenne que jardinier n'avait pas toujours été son passe-temps favori.  

                                 "Je sors de prison.  J'essaye de ne pas replonger.  C'est compliqué, les psy disent que je suis kleptomane."

     

    5.3. Almérya

     

                             Moi et cette manie que j'ai de me jeter au cou des gars sans rien savoir d'eux! Non, mais allo, quoi! 

                                     Résultat: je me retrouve être la petite copine d'un parrain de la mafia et d'un petit voleur repenti.  Les deux à la fois.  Non, mais je te jure, parfois, je me donnerais des baffes.

                              Heureusement, pour me sortir de la tête tous ces embêtements, j'ai mon club de cuisine.

     

    5.3. Almérya

     

                            J'ai ma sœur Patience et son impatience légendaire.

     

    5.3. Almérya

    5.3. Almérya

    5.3. Almérya

     

                            Et puis, j'ai ma pote, Anna.

                             "Ah oui, il est mignon, l'Arsène.  Même si je trouve qu'il a des petits yeux.  Tu devrais peut-être le présenter à Rodrigue?  Qui sait?  Avec un peu de chance, ils se trouvent séduisants, ils craquent et ils se marient."

                                  "Anna, t'es pas drôle."

                                   "Je sais, viens faire un câlin."

     

    5.3. Almérya

     

                                          Tu l'auras donc compris, Simi, le mariage, l'amour, la famille, à part en rêver pour l'instant...  je ne peux qu'en rêver.  

     

    5.3. Almérya 

     

                                                        Mais dans quel guêpier, je suis allée me fourrer?

                                                 Bisous, 

     

    5.3. Almérya

    Almérya

     

     

    "Et bien, mon frère, une fois n'est pas coutume: je suis plutôt d'accord avec toi: nous voilà dans de beaux draps, toi et moi!  Et ça, c'est le comble du comble pour des fantômes, tu l'avoueras.

    Gros câlins,

    2.4.  Justine

     Lola"

     


    8 commentaires
  •  

                          

                         Le temps passait.  Maman devenait senior.

     

    5.4. Almérya

     

                         Moi, je continuais à m'engluer dans la panade avec mes amoureux.

                         "Dis-moi, chérie, tu ne me cacherais pas quelque chose?"

     

    5.4. Almérya

     

                         "Sot, va!  Evidemment que non.  Enfin, Rodrigue, tu me prends pour qui?"

     

    5.4. Almérya

     

                          Arsène, oui, en fait, c'était son vrai nom comme le lupin de l'histoire, c'est marrant, m'avait bien demandé de ne rien dire à Rodrigue pour le moment de notre aventure.  Tu m'étonnes, il tremble dans son caleçon quand je lui en parle.  

                           "Dis-moi, juste quand il est chez toi.  D'ailleurs, tu sais où il était la nuit du 17 ou 18?  Et tu sais où il est, là?"

     

    5.4. Almérya

     

                        "Sot va! Evidemment que non, je ne sais rien de Rodrigue et de ses petites affaires."

                         Pour l'instant d'ailleurs, il est plutôt préoccupé par mon tour de taille, le Rodrigue.

                         "Dis-moi, Alma, tu n'aurais pas grossi?"

                        "Sot, va.  Evidemment que non!"

     

    5.4. Almérya

     

                        "Tu dois être parfaite pour moi, tu le sais, ça, chérie, n'est-ce pas?"

                         Voyant un échappatoire, fine comme je suis, tu t'en doutes, je profite de l'occasion:

                       "Tu me laisserais tomber si je grossissais? Allez dis-moi combien de kilos en plus te seraient insupportables?"

     

    5.4. Almérya

     

                          "Ma douce, si tu devenais empâtée, je demanderais à quelques uns de mes gars de t'accompagner à la salle de sport.  Mais bien sûr que non, je ne te laisserai jamais pour ça."

                                     Et bien, je suis soulagée, dis donc.

     

    5.4. Almérya

     

                                   Mais revenons au sujet : la panade dans laquelle je suis engluée.  Bah oui, parce que jamais deux...

     

    5.4. Almérya

     

                             ...sans trois.  Comment voulais-tu que je résiste à tel homme, je te le demande.  

     

    5.4. Almérya

     

                Et cette fois, je n'ai rien fait.  C'est lui qui m'a fait du gringue;...

     

    5.4. Almérya

     

             ...enfin, ok, je lui ai aussi un peu rikiki sauté au cou mais ce n'était pas de ma faute.  

     

    5.4. Almérya

     

               Il s'appelle Colin, comme le poisson, lui.  Et à première vue, c'est le bon du groupe: ni méchant, ni jaloux, ni cleptomane.  Ah!  Enfin, une bonne nouvelle!

                                   Il n'empêche, comme je te le disais, Simi, le temps passait et je ne parvenais à me décider.  Puis bon, aucun des trois n'avait l'air très chaud à me faire un enfant.  Ralalala, les hommes, tous les mêmes!  Il y a les mauvais et les tout mauvais, je l'ai toujours dit et ce n'est pas toi qui me vas me contredire!

                                         Alors, j'ai pris les choses en main, je suis allée au puits des souhaits.  Bah quoi?!  Et j'ai formulé mon vœu.  Et zou!  le petit bonhomme idéal a surgi.

     

    5.4. Almérya 

     

                                              Simi, je te présente mon fils, Christian.   Je n'ai pas pu choisir son prénom, il est arrivé "fini".  Il me plait beaucoup, l'animal.  Enfin, il faudra quand même éviter le fluo et s'occuper de cette tignasse, hum!   

     

    5.4. Almérya

                                         

                                              Reste un mini rikiki souci, soulevé par Anna (oui, je me suis occupée de son look aussi à Anna.  

    5.4. Almérya

                                               Il était temps qu'elle révèle son potentiel de sex appeal) :

                                              "Mais comment tu vas dire à ta famille, à Rodrigue, à Arsène et à Colin que tu es devenue maman du jour au lendemain?  Alma, vraiment, parfois, tu ne réfléchis pas."

     

    5.4. Almérya

     

                                              C'est un peu vrai!

                                               Heureusement, j'ai plus d'un tour dans mon sac!

                                                "Ne t'inquiète pas.  Je leur dirai que je l'ai trouvé, qu'il ne portait pas de collier, n'était pas "pucé", que j'ai mis quelques affiches au supermarché du coin et que si on ne vient pas le réclamer, je le garde!"

                                                "Mais Alma, ce n'est pas un chien."

     

    5.4. Almérya

     

                                             "Sotte, va!  Je le sais: c'est mon fils!"

     

    5.4. Almérya

     

                                              Ralala, et qu'est-ce qu'il est beau, mon fils!

     

    5.4. Almérya 

     

                                              Bisous, Simi.  Prends soin de toi.  

     

    5.4. Almérya

    Almérya

     PS : Pour ton Maël, Simi, si tu veux, je peux t'envoyer Rodrigue, autant qu'il serve à quelque chose, celui-là.  Penses-y.

         

                   

      "Mon cher Romuald,

          Calme ta monture.  Ne va pas t'enthousiasmer et te précipiter à nommer c't enfant mon héritier.  Je sais que c'est un p'tit gars, mais je ne suis pas certaine qu'il entre dans les critères de la succession.  Je ne sais s'il peut être considéré comme du sang de notre lignée.  Il est quand même arrivé tout fait!

              Lola."

    3.3. Jade


    5 commentaires
  •  

     

     

                                  Comment que je t'admire, Simi!  Hop là, en deux coups de cuillère à pot tu le dégages, le pingouin, probablement l'homme de ta vie, le père de ton enfant.  Waouh!  T'es forte!  J'en reste baba comme deux ronds de flan au fond de mon saladier parce que moi, de mon côté, je m'enlise comme deux roues de bagnole dans la gadoue.

     

     

     

                                Le problème, tu vois, c'est que je plais trop et que je ne sais pas résister: des fois, que ce soit le bon, celui qui me ferait battre le cœur, ce serait ballot que je refuse d'être heureuse et de vivre le grand amour, juste parce que j'ai déjà un ou deux ou trois amoureux... 

     

     

    ... ou  plutôt quatre amoureux...  

     

     

     

                                              .. enfin, cinq amoureux maintenant, si mon compte est bon.

     

     

                            Tu vois ce que je veux dire?  Ce n'est pas de ma faute, quoi. 

                     Non, tout ça, c'est à cause de maman!  Oui, c'est de sa faute!  A force de me coller son bonheur sous le nez, ben, ça donne envie!

     

     

                            C'est toujours la faute des mamans, de toute façon, c'est bien connu, tous les psys te le diront:

                                "C'est à cause de vot' mère..."

                               Et oui, même quand son compagnon décède,...

     

     

     

                                ... c'est moi qui me fais draguer.  Qu'est-ce que tu veux que je te dise?  

                                   "Oooh, une rose... c'est hum...adorable, Faucheuse!"

     

     

     

                                    "Je suis très touchée vraiment. Et probablement, oui, vous deviez être très beau... avant..."

     

     

     

                              Même les schtroumphs s'y mettent.  Mais là, quand même...

                            "Euh, c'est quoi le projet-là, de se promener sans bonnet.  On est un rebelle? un méchant?  Merci, j'ai déjà ça dans ma liste de mes prétendants."

     

     

                                     Ben oui, moi, je le sais, ce n'est pas normal un schtroumph sans bonnet.  J'ai flairé l'arnaque tout de suite.  Mais bon, s'il me rappelle, je ne dirais peut-être pas non.  Ce serait dommage de passer à côté du bonheur juste à cause d'un bonnet, à bien y réfléchir.

     

     

     

                                         Oh mais je t'entends me raconter que ce serait plus honnête, si je suis sûre que ce ne sont pas les bons, de rompre avec eux au fur et à mesure au lieu de cumuler.  Le cumul, c'est mal. Oui, mais non - hors le cas particulier "Rodrigue", parce que je préfère rester en vie et en bonne santé - c'est d'abord parce que je ne suis pas sûre que ce ne sont pas les bons.  Ensuite parce que je suis gentille et que je ne veux pas leur faire de peine.   Hé oui, j'ai un grand cœur, moi, Madame!  J'aime rendre les gens heureux!

     

     

                              Mais assez parlé de moi.  Mon fils!  Christian! Tu attends certainement de ses nouvelles.  C'est un môme super.  Finalement, l'intégration à la famille s'est super bien passée.

                                Et même Rodrigue l'a bien  pris:

                                "Tu aurais dû me dire que tu voulais un enfant, Alma.  Tssi tssi tssi... p'tite cachotière..."

     

    5.5. Almérya

     

                                   Et les autres m'ont dit pareil.  Tu m'étonnes, les gars, pour les faire les gosses, ils sont présents mais pour les élever c'est une autre paire de manche.

                                      Note que les puits aux souhaits, c'est pareil. 

                            Bref, je disais, oui, il est super, mon Cri-cri, même si parfois, j'avoue, il est un peu flippant.

                                "Pourquoi tu me regardes comme ça?"

     

     

                                "Je ne te regarde pas, je ne te regarde pas..."

     

     

                                 Oh hé!  J'ai bien vu qu'il me regardait, hein.

                                 Flippant, oui, comme l'autre jour aussi, où il a trouvé malin de titiller Rodrigue.

                                 "Hé!  Tonton Rodrigue, n'parle pas comme ça à ma mère que je te ferais savoir!"

                                  "Ho, toi, le moustique, gaffe à tes miches..."

     

    5.5. Almérya 

     

                                   Heureusement, avant l'irréparable - que Rodrigue renvoie Cri-cri à son puits avec quelques caillasses dans le caleçon et des chaussons en ciment aux pieds - je suis intervenue.

                                   "Oh mon loulou, t'es tout tendu, là."

     

    5.5. Almérya 

     

                                    Et j'ai briefé le petit après.

                                    "Mon ange, fais plaisir à maman.  Évite de chahuter Tonton Rodrigue.  Avec tonton Colin et tonton...  et euh ... les autres tontons, tu peux.  Mais avec tonton Rodrigue, t'évites!  D'ac o d'ac?  Super!  T'es un bon garçon!" 

                                   "Mais, maman, c'est parce que je ne l'aime pas trop, Tonton Ro-ro."

     

    5.5. Almérya 

     

                                    "Moi non plus, mon ange.  Mais quand il est question de survie, on se doit de faire contre mauvaise fortune bon cœur!  C'est évident!"

     

    5.5. Almérya

     

                               Qu'il est mignon, mon fils.  Il a tout à apprendre.  Heureusement que je suis là.

     

    5.5. Almérya

     

                                 Et heureusement que je suis là pour Anna aussi.  Elle est venue me voir un jour, ô drame, avec un gros bedon, dis donc.

                                     Y avait un bébé dedans, je te jure.  Et le père, ben, il devait faire partie de la catégorie "tout mauvais" parce qu'il s'est défilé à l'annonce de la grossesse.  Alors, bien sûr, je l'ai recueillie, pauvre petit chaton.  C'est ma pote quand même!

     

    5.5. Almérya 

     

                                      Elle a accouché d'une petit fille, Lily-Rose, pendant que maman tapait la discute au médecin.  C'est bien la peine d'aller à l'hôpital si c'est pour accoucher toute seule.  Je n'ai rien compris à cette histoire.

     

    5.5. Almérya

     

                                        Bref, le temps a passé très vite et la Lily-Rose est devenue une jolie petite fille, adorée par sa maman,...

     

    5.5. Almérya 

     

                                 ... et pote avec mon fils, Cri-cri.  

     

    5.5. Almérya

    5.5. Almérya

    5.5. Almérya 

     

                    Ça tombe bien c'tte affaire, avec un peu de chance, Lily-Rose et mon fils, ce sera comme Anna et moi: à la vie à la mort, toujours copines!

     

    5.5. Almérya 

     

                                  Je ne suis peut-être pas très douée en amour, mais en amitié, je suis un crack!  

                                  Bisous, Simi.

     

    5.5. Almérya

    Alma

     

    "Mon cher Romuald,

          Je t'en conjure!  Essaie, toi, au moins, de ne point succomber à la tentation.  Attendons encore un peu de voir avant de nous décider; même si je suis d'accord avec toi, un choix par dépit ne serait pas forcément le pire en l'état.

    Bisous,

              

    3.3. Jade

    Lola."

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique