• Alice

    AliceAlice

    Alice

     

    ***

    Alice

     

    Alice

  •  

     

                    Tout le monde m'appelle Alice.  

                    C'est sans doute parce que je m'appelle Alice.

                    C'est sans doute parce que je suis Alice.  

                    Cela doit donc être vrai: je suis Alice.

                  Si je n'étais pas Alice, quel embarras ce serait!  Alors, faisons ainsi, appelle-moi Alice, Oriane, et moi, je ferai comme si j'étais vraiment Alice.

     

    4.1. Alice

     

                    Si on y regarde de loin, j'ai une vie semblable à tant d'autres et bien plus belle que beaucoup. 

     

    4.1. Alice

     

                    J'ai un père, qui fut médecin. quel prestige!

                     J'ai une mère qui sait tout faire: jardinage, bricolage, pâtisserie, yoga.  Quelle aubaine!

                    J'ai une sœur, Emilie, qui cuisine comme un chef étoilé.  Quel délice!

     

    4.1. Alice 

     

                    J'ai un frère, Raphaël, qui vient de l'espace et y retourne souvent.  Quel dépaysement!

     

    4.1. Alice

     

                   C'est l'amour qui les lie, bien plus que les liens du sang ou du mariage.

                   Père et mère s'aiment comme poivre et sel.  Et leurs étreintes comme leurs regards suspendent le temps.

     

    4.1. Alice

     

                   Sœur et frère se comprennent, se ressemblent tant qu'ils pourraient être jumeaux si quelqu'un en inventait l'histoire.

     

    4.1. Alice 

     

               L'amour appelle l'amour et à vrai dire, quelques gestes de ci de là me font penser que déjà l'affaire pourrait être belle pour eux.

     

    4.1. Alice

    4.1. Alice 

     

              De moi, on parle, je ne suis point sourde.  On me dit taciturne, on me dit bizarre, on me dit différente.

                 C'est que, vois-tu, j'ai un secret.  

                 Au détour d'un rêve - était-ce un rêve? - d'un chemin - était-ce un chemin? -...

     

    4.1. Alice

     

                  ...elle m'est apparue.

     

    4.1. Alice

     

                 Petite et menue, scintillante et virevoltante, elle jouait au-dessus de l'eau claire, se prenant sans doute pour une ondine, glissant avec grâce, il me semblait que son rire fut aussi léger et chaud qu'une brise d'été.

                        "Me vois-tu?  Me vois-tu?"

                  Je la voyais tant et si bien que je ne pouvais détacher mon regard de sa frêle silhouette. Tendue comme un roseau, je me sentais déjà prête à plier et me balancer au rythme de son chant qui m’enivrait.       

         

    4.1. Alice

            

                     "Si les fées existent?...  Oh, j'en suis sûre: tu es la mienne, mon ange", me dit ma mère.

     

    4.1. Alice

     

                    "Si les fées existent?... peut-être.  Je n'imaginais pas que ton frère puisse exister.  Alors les fées, pourquoi pas?", me dit mon père.

     

    4.1. Alice

     

                     "Si les fées existent?  Bien sûr que non. "

                      "Et comment tu peux être aussi sûr, monsieur je sais tout?"

                  "Parce que depuis toujours, j'en sais beaucoup plus... et surtout beaucoup plus que toi.", se chamaillent Emilie et Raphaël.

     

    4.1. Alice

     

                 Et pourtant, depuis ce rêve - était-ce un rêve? - depuis que je l'ai aperçue au détour d'un chemin - était-ce un chemin? -, elle m'accompagne.

     

    4.1. Alice

     

                       D'elle, je sais peu. Ma musique est si imparfaite.  Elle ne parvient, ma petite fée, à me parler que lorsque mes accords sont parfaits, lorsque la musique ouvre les portes de sa langue sinon, comme une étrange mélopée, seuls s'étirent à l'infini ces trois mots:

                              "Me vois-tu?  Me vois-tu?"

                         Et je m'acharne du violon...

     

    4.1. Alice

     

                        ...au piano à parfaire le son langoureux de ma musique jusqu'à ce que ses mots m'abreuvent et que la tête me tourne.

     

    4.1. Alice

     

                        Alice, elle s'appelle Alice.  Peut-être est-ce elle la vraie Alice?

     

    4.1. Alice

     

                      D'où vient-elle?  D'un autre pays.  Un pays qui dévasté par une ombre devint noir et blanc, gelé et glacial. 

     

    4.1. Alice

     

                De son peuple, elle ne sait s'il en reste.  De sa famille, elle n'a mémoire que de ses père et mère se glissant en leur château...

     

    4.1. Alice

     

                      ...pour un sommeil...

     

    4.1. Alice

    4.1. Alice

     

               ...dont elle s'éveilla seule dans mon rêve - était-ce un rêve? - au détour de l'un de mes chemins - était-ce un chemin?

                         Un avertissement malgré tout, à travers les sanglots.  Il était un petit d'homme qui l'avait éveillée avant moi, Manu, il s'appelait.  De ma famille, il était le frère de mon père, mais lorsqu'il grandit, il oublia Alice qui se rendormit jusqu'à moi.

     

    4.1. Alice

     

                         Alors ce matin, je me traîne et fais la grimace.

     

    4.1. Alice

     

                        Est proche l'heure où je vais grandir.  Oublierais-je Alice sitôt mes tendres années envolées?

                    "Oooh accompagne-moi encore un peu sur le chemin, Alice, petite fée, peut-être un jour ma musique ouvrira-t-elle les portes de ton monde?  Peut-être lors d'une mélodie plus juste et plus touchante que les autres pourras-tu retrouver les tiens? Peut-être mes notes enfin pures pourront-elles chasser l'ombre et colorer à nouveau ton monde?  Peut-être pourras-tu alors y vivre et rêver de moi, comme je le fais de toi?"

     

    4.1. Alice

     

                       Tel est mon secret, Oriane.  Mon secret s'appelle Alice et Alice est une petite fée qui m'accompagne.  Je te confie ce secret dans l'espoir qu'il te pousse à voir au-delà de ce que l'on te raconte, au-delà de ce que l'on te dit, au-delà de ce qui est explicable, au-delà de ce que tu penses être.

     

    4.1. Alice

     

                          Bref, plus simplement parce j'en suis capable aussi :

    • méfie-toi de ton père, 
    • même si tu ne vois pas Vanille blonde, peut-être l'est-elle quand même, 
    • si tu as un problème avec la majorité des gens qui te côtoient, c'est peut-être toi le problème et ce n'est pas les emmener à la pêche qui le résoudra.                  

                             

                            Tendre baiser,

     

    4.1. Alice

    Alice.

     

                    

     

     


    8 commentaires
  •  

                Une seule certitude ce matin, je ne suis plus le même.  Ni vraie ni fausse, je ne suis plus l'Alice d'hier. J'ai changé! Oooh! non, je n'ai pas de poil au menton, voyons, c'est plus subtil que cela!

     

    4.2. Alice

     

               Comment dis-tu déjà Oriane : "des seins, des hanches, un mètre de plus"?  Mais cela ne date pas d'hier, mon anniversaire.

     

    4.2. Alice

     

                  Je dois réfléchir, je dois me concentrer, je dois me souvenir.

     

    4.2. Alice

     

               Quel chemin ai-je emprunté?  Le chemin est-il plus important que l'endroit où il m'a menée?  Y ai-je perdu ou gagné?  

     

    4.2. Alice

     

                   S'éveiller dans le lit d'une autre un matin...

     

    4.2. Alice

     

                    ...puis le matin suivant encore, peut-il expliquer le changement?

     

    4.2. Alice

     

                 Un sortilège peut expliquer pareille mésaventure.  Une sorcière m'a attirée et emprisonnée, c'est sûr, dans son antre; telle l'araignée tissant sa toile.  L'histoire serait belle mais ce serait un mensonge.

                  "Bonjour.  Je suis Alice et je cherche Alice.  Sauriez-vous où est passée Alice?"

     

    4.2. Alice

     

                   "Je t'attendais."

     

    4.2. Alice

     

                  Qui n'a jamais rêvé de s'entendre dire "je t'attendais"?  

                 Mais quel embarras aussi!  M'enfonçant dans un terrier, je pensais y soulever un lièvre; ...

     

    4.2. Alice

     

               ...mais c'était une vieille dame qui me serrait contre elle.

     

    4.2. Alice

     

                 J'avais fui ma maison, ma famille, éreintée par cette mascarade qu'on joue tous, tous les jours et à la moindre occasion, clowns tristes et sans texture.  Individus interchangeables, que l'on ne reconnait plus, toujours en attente d'un mot, d'un regard, d'exister.

     

    4.2. Alice

    4.2. Alice

     

              J'étais surexcitée, je voulais un ailleurs où je me sente à ma place, où le silence serait roi.  Je cherchais Alice, ma petite fée.  Je ne l'avais pas oubliée et pourtant malgré mes suppliques, je n'entendais plus sa petite voix grésillante.  C'était moi, à présent, qui geignais:

                 "Me vois-tu?  Me vois-tu?  Me vois-tu?"

           Elle n'était plus auprès de moi.  Elle m'avait abandonnée.

     

    4.2. Alice

    4.2. Alice

     

                 Ma musique était devenue papier de verre et mes oreilles en auraient saigné si je n'avais froncé le nez.

     

    4.2. Alice 

     

              Je devais partir, c'était l'urgence.  Et je laissais derrière moi les paroles de colère et d'apaisement.

                 "Elle reviendra, François.  Elle reviendra."

                  "Et si elle ne revient pas.  J'irai la chercher comme je l'ai fait pour toi."

                  "Elle reviendra."

     

    4.2. Alice

     

                Je ne voulais pas revenir.  Pourquoi serais-je revenue?  J'étais libre, seule, sans personne pour me juger différente, bizarre.  Je n'avais qu'à lever les yeux et le monde m'appartenait si je le voulais, d'un geste, un seul.

                  Le temps n'existait plus.  Qui j'étais - Alice?  pas Alice -  n'avait plus d'importance.

     

    4.2. Alice 

    4.2. Alice4.2. Alice

     

                "C'est ici ta place, au milieu de nulle part, toi qui n'es plus vraiment Alice.  Toi qui ne l'as jamais été vraiment.  Le sens-tu?"

     

    4.2. Alice

     

     

                  Et soudain: l'absence.  Qui écoutera ma musique si je suis seule?  Pour qui jouerais-je si personne ne peut m'entendre.

     

    4.2. Alice 

     

               "La musique est offense, trahison à l'harmonie, à la vie."

     

    4.2. Alice 

     

               "... Ecoute le silence.  Le silence c'est la vraie, la seule harmonie.  Le seul son qui soit parfait."

                La musique, une offense?  

                C'est sornette, vieille dame.  Mon père est musicien et il sauve des vies.

     

    4.2. Alice 

     

                "Et ta mère, est-elle musicienne?"

                Non, elle ne l'est point, la pauvre, et doit se contenter de ne sauver  que des choses.

     

    4.2. Alice 

     

                "Les choses sont importantes aussi."

                Moins que les gens... moins que les fées.

     

    4.2. Alice 

     

             "C'est ici que tu trouveras ce que tu cherches.  Dans le silence.  Sois ermite, prends ma place et tu trouveras ce que tu cherches."

     

    4.2. Alice 

     

                 Et j'ai cherché.

                 Et j'ai pris papillons, libellules et lucioles pour fées.

     

    4.2. Alice

    4.2. Alice 

     

                 C'est là que j'ai compris...

                 ...ou plus tard, lorsque je suis rentrée et que je découvris que l'on m'attendait, sans colère ni reproche, juste avec soulagement.

     

    4.2. Alice 

     

                  J'ai compris.

                 J'ai compris que j'avais perdu mon âme d'enfant, je n'étais plus l'Alice d'avant et pourtant, il me semblait entendre à nouveau chuchoter cette petite voix qui m'avait tant manquée.

                   Alors, au détour d'un chemin - était-ce un chemin? -, au détour d'un rêve? - était-ce un rêve?- à deux pas, je l'ai aperçue.

     

    4.2. Alice 

     

                     Elle riait doucement.  Elle n'était plus seule.

     

    4.2. Alice

     

               Alice, ma petite fée, d'un battement d'ailes me remerciait et me renvoyait à ma vie.  

     

    4.2. Alice 

     

              Elle ne serait plus jamais seule.  Elle n'était pas chez elle, pas encore.  Mais de ce monde, elle le faisait sien, en attendant, en patientant, en riant et jouant à gorge déployée et m'enjoignait d'en faire autant.

             Je pouvais repartir, apaisée, libérée.          

             J'ai compris, oui, elle me libérait de ma promesse.  

            A présent, j'avais un autre chemin - Était-ce un chemin?- à emprunter, un autre rêve  - Était-ce un rêve?- à accomplir.

            L'Alice d'hier n'avait pas totalement disparu mais elle avait grandi.  Différente, taciturne, bizarre, je l'étais toujours; mais il me fallait encore grandir et faire de ce monde mon monde, en attendant mieux, en patientant.  Et qui sait? Au détour d'un chemin - Sera-ce un chemin? - au détour d'un rêve - Sera-ce un rêve? - je trouverai celui qui attend que je l'éveille de son long sommeil et ensemble, nous pourrons grandir et vieillir au son d'un même rêve, comme les autres le souhaitent; comme je le souhaite à présent.  En cela, je crois à présent.             

                         

    4.2. Alice

     

               Oui, en cela, je crois.  Tout comme je crois, même si mes conseils sont foireux, qu'il serait bien que tu abandonnes tes couettes si tu veux que ton prince te voit telle que tu es devenue.    La Oriane d'hier n'est plus tout à fait celle d'aujourd'hui.  Il serait bien que les autres le sachent.              

                 Tendres baisers,

     

    4.2. Alice

    Alice

     

     

    "Ma chère Lola,

    Je suis comme toi, abasourdi et baba d'effroi face à nos héritiers et avoue n'avoir compris rien à cette maudite lettre.

    Après les fées, c'est un prince charmant qu'elle cherche, Alice.  Croit-elle le trouver dans un cercueil de verre, entouré de sept nains?

    Oooh misère!  On est foutu!

    Bisous affolés,

    4.2. Alice

    Romuald." 

                   

     

     


    10 commentaires
  •  

                  Ils s'en sont allés.  Une dernière note de musique, une dernière harmonie, un dernier et intense instant de partage et ils sont partis.

     

    4.3. Alice

     

               Maman, toujours aussi discrète, est sortie; nous laissant pleurer celui que, pourtant, nous aimions autant qu'elle.  Ne voulait-elle infliger double supplice à ses enfants ou ne pouvait-elle supporter de voir celui qu'elle a tant aimé s'éteindre?

     

    4.3. Alice

    4.3. Alice

     

                 En un bel ensemble, leur dernier souffle s'est envolé, nous laissant orphelins, malheureux et inconsolables.

     

    4.3. Alice

     

                  La vie parfois a ce petit goût de cendre qui vous dégoûte, vous donne la nausée et vous plonge dans des abysses de solitude que l'on voudrait n'avoir jamais à connaître.  On s'y enfoncerait volontiers si le soleil ne dardait sur vous ses rayons, vous bousculant et vous obligeant, à votre corps défendant, à vous relever.             

     

    4.3. Alice

     

                  La mort n'est pas une fin en elle-même et pourtant, elle a tout de son apparence.

                   Et leur absence nous ont laissés tous trois bien démunis dès la première tempête venue.

                   Comment apaiser le chagrin lorsque nulle part Raphaël ne se sent plus chez lui?  

     

    4.3. Alice 

     

                   Comment admettre le refus, le rejet des siens parce qu'il n'est que la moitié d'eux?  

     

    4.3. Alice

    4.3. Alice

     

                      A part le serrer contre moi et penser très fort à sa souffrance, que pouvais-je faire de plus?

     

    4.3. Alice 

     

                Cette douleur du rejet couplé à la douleur de l'absence et au sentiment d'abandon minait Raphaël, contaminant sa jumelle de cœur.

     

    4.3. Alice

     

     

                    Et je n'y pouvais rien.  Je n'avais ni la science de papa, ni le bon sens de maman.  Je n'étais qu'une Alice abattue et impuissante; aucune fée pour me souffler un air de gaudriole qui aurait permis à ma famille de se redresser et danser.

                 Je le pressens : Raphaël est sur le départ.  Quand? Comment?  Je ne le sais mais le sens: prématurément et sans sommation. Mes bras n'y pourront rien, je le prédis.  Et déjà, il s'éloigne. Pourtant que n'ai-je de cesse de lui répéter encore et encore que nous portons tous un masque, que tous nous travestissons la face pour être semblables à la masse.  

     

    4.3. Alice

     

              Mais je vois qu'il se dit que je ne peux pas comprendre.  Quel dommage!  Ah si seulement, je maniais la langue comme je manie mon archet...!

     

    4.3. Alice

     

                  Emilie a senti aussi qu'il nous échappait.

     

    4.3. Alice 

     

     Mais sans doute l'aime-t-elle plus que moi qu'elle ne veuille le retenir?  

         "Le retenir, Alice?  Alors qu'il se sent si mal ici?  Pourquoi, Alice, ferions-nous cela?"

          "Mais où ira-t-il?"

          "Je ne sais pas.  Ailleurs. C'est à lui de trouver son chemin."

          "Mais si ce n'était pas un chemin mais un rêve, Emilie?  Un rêve inaccessible?"

          

    4.3. Alice 

     

        Et pour se soutenir, Emilie cherche les bras d'autres qui accueillent sa détresse et dessinent sur son visage un semblant de sourire d'innocence que démentent ses actes et ses paroles.

     

    4.3. Alice

    4.3. Alice

     

         Je ne sais si je dois m'en réjouir.  Il ne me viendrait pas l'envie de la juger, en tout cas.  Elle perd son alter aego, elle a bien des raisons de chercher son âme sœur; peu importe la façon et les dommages collatéraux, n'est-ce pas? 

             Et puis si l'amour pouvait être aussi simple qu'une rencontre au clair de lune...

     

    4.3. Alice

    4.3. Alice

     

             ...ou une autre à l'ombre des étoiles, ...

     

    4.3. Alice 

     

             ... cela se saurait, non? 

             Tendres baisers, miss couette-couette, et accolade amicale à ton corbeau.

     

    4.3. Alice

            Alice.

     

     "Ma chère Lola,

    Pomme réceptionnée. Ton humour est à ce point désolant qu'il forcerait presque mon respect.

     

    Bien à toi,

    4.3. Alice

    Romuald"

     

     


    13 commentaires
  •  

     

                   Sans s'annoncer, il est venu.  Loris.

     

    4.4. Alice

     

                   Sans s'annoncer, elle est venue.  Camille.

     

    4.4. Alice 

     

                   Raphaël, mon frère, qui aurait pu te faire renoncer au départ si ce n'est elle, Camille?

     

    4.4. Alice 

     

                   Emilie, ma sœur, qui aurait pu te détourner de l'aventure si ce n'est lui, Loris?

     

    4.4. Alice 

     

                   Les flèches décochées, les baisers échangés, les caresses et les regards, sans réfléchir, il est resté. Loris.

     

    4.4. Alice

    4.4. Alice

    4.4. Alice 

     

                   Les flèches décochées, les baisers échangés, les caresses et les regards, sans réfléchir, elle est restée.  Camille.

     

    4.4. Alice

    4.4. Alice

    4.4. Alice

     

                   Si vite, nos vies se parent de bleu. Toutes deux, elles se tortillent, petits bouts de femme 

     

    4.4. Alice

    4.4. Alice 

     

            Une à lui, l'autre à elle.  Comme toujours, les jumeaux de cœur trottinent côte à côte sur un chemin identique. Partiront-ils ensemble?  Resteront-ils auprès de leur enfant, auprès de moi; moi qui ne suis plus seule. Au détour d'un chemin - était-ce un chemin? - au détour d'un rêve - était -ce un rêve? - il m'est apparu.

                   "Alice?  Es-tu Alice?"

     

    4.4. Alice 

     

                   "Alice?  Peut-être, le suis-je?  Il me plairait d'être l'Alice que vous cherchez."

     

    4.4. Alice 

     

                   Un souffle de temps ...

     

    4.4. Alice

     

              ...et quelques espiègleries plus tard - il faut savoir se faire aimer! -, ...

     

    4.4. Alice

    4.4. Alice

     

              ... il est presque sûr que je suis l'Alice qu'il cherche.

     

    4.4. Alice 

     

                    Et moi, je pourrais l'être.

     

    4.4. Alice 

     

                    "Sera-t-il bleu, lui aussi, notre enfant?"

     

    4.4. Alice 

     

                    Rien ne presse.  Prenons notre temps.

     

    4.4. Alice 

     

                   Le temps de nous aimer.  

     

    4.4. Alice 

     

                Demain, vous serez peut-être encore là.  Serrez-moi fort, mon prince, que nos chemins et nos rêves ne fassent plus qu'un.

     

    4.4. Alice

     

                   Prends le temps, donne le temps au temps, Oriane.

     

                   Tendres baisers, 

     

     

    4.4. Alice

    Alice

     

     

     

     

    "Une fois de plus, ma chère sœur, ma chère Lola, il semble évident que dans ce legacy, je fais la course en tête.

     

    Bisous fanfarons,

    4.4. Alice

    Romuald"


    18 commentaires
  •  

      

     

                         Raphaël me disait :  

                   "Dans cette maison où j'ai grandi
                    Dans cette maison qui devrait être ma maison
                    Pourquoi ne puis-je me sentir chez moi? 
                    Quel souvenir peut me dire qui je suis ?"

     

    4.5. Alice 

     

                    "Mon désir grandit
                    Et il ne veut pas me laisser
                    Et il me brûle la poitrine
                    Je voudrais me sentir chez-moi.
     Je n'ai pas de chez moi

                    Ou peut-être que si..."  

                                      

     

    4.5. Alice 

    4.5. Alice

     

                   " J'ai une place, ailleurs, je l'ai senti
                   C'est là où je vais souvent
                   Où je voyage 
                   Je m'en vais si loin, Alice, si tu savais..."
                  

     

    4.5. Alice

     

                          Et  Emilie, ma sœur, rêvait des étoiles dans les yeux :

                          "Emmène-moi, Raph'."                      

     

    4.5. Alice 

     

                             Il lui souriait, il l'emmènerait et sa fille aussi.

                             Et moi, d'essayer de la supplier de rester, et en silence, elle me répondait:

                             "Je t'aime, Alice."

                           

    4.5. Alice

     

                           Le temps, ils l'ont pris.  C'est vrai.  Tout d'abord pour Améthisia.

     

    4.5. Alice

    4.5. Alice 

     

                      Puis pour Leila.

                      Le voyage serait  long.

     

    4.5. Alice

                         

                      Avant de partir, ils me firent cadeau de leurs vœux pour ne pas m'inquiéter.  Ensemble, unis pour toujours.

     

    4.5. Alice 

    4.5. Alice

    4.5. Alice

    4.5. Alice

     

                           Jamais seuls, à jamais.  Telle était la promesse.

                           La séparation n'en fut pas moins douloureuse.

     

    4.5. Alice

     

                         Des nouvelles d'eux, mon frère, ma sœur, mes nièces, j'en ai peu.

     

    4.5. Alice 

     

                         J'envoie souvent mes mélodies par-delà les étoiles, dans l'espoir insensé qu'ils m'entendent, où qu'ils soient.

     

    4.5. Alice 

     

                         Des nouvelles d'eux, Raphaël, Emilie, Améthisia, Leila,  j'en ai peu.

     

    4.5. Alice 

     

                         Je voudrais pourtant leur dire.

                         Leur dire le bonheur qui est le mien. Le bonheur d'être deux.

     

    4.5. Alice

    4.5. Alice 

     

                         L'amour qu'on me fait.

     

    4.5. Alice

    4.5. Alice

    4.5. Alice 

     

                         L'enfant que j'attends.

     

    4.5. Alice 

                         

                         Tous mes vœux de bonheur à toi et Ambroise.  Qu'il embrase ton chemin comme Clément, mon prince, embrase le mien.

     

     

    4.5. Alice

    Alice.

     

     

    "Hé hé! Lola!  Quand je te disais que nous étions en tête: la génération 5 est dans les starting-blocks.  Sonnez trompettes!

     

    Bisous impatients,

    4.5. Alice

    Romuald.


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique