• 7.5. Emilie-Rose

     

                       Un anniversaire, ça se fête.  C'est pourquoi, j'avais décidé de jouer le cochon payeur et d'inviter ma sœur au restaurant.  Cela nous éviterait d'avoir la marmaille dans les jambes au moment de souffler le gâteau.  J'adore mes neveu et nièce mais je les soupçonne d'être des psychopathes en puissance, toujours à l'affût de piquer une crise de colère au mauvais moment - y a-t-il jamais un bon moment de toute façon?

                        "Madame Lol, bienvenue dans notre humble établissement.  Madame Lol vous attend déjà."

                         "Merci, Alfred.  Vous êtes parfait, comme toujours."

                          "Moi, c'est Geoffrey, Madame Lol."

                          Il ne va pas me gonfler longtemps, celui-là, Alfred, Geoffrey, c'est kif kif pareil bourricot.

    7.5. Emilie-Rose

     

                          "Tu es splendide, ma chérie!"

                           "Oui et bien, profites-en, ma chéwie, parce que dans quelques minutes à moi le pied dans la tombe."

                             "T'exagères, Lisa-Rose, je suis certaine que l'âge de la maturité n'aura pas prise sur toi."

                              "C'est celaa..."

    7.5. Emilie-Rose

                          Il n'était pas besoin d'être devin pour comprendre immédiatement que ma sœur n'allait pas top-top.  Je tentai de faire bonne figure, je chantai de bon cœur, donnant un véritable récital de "Joyeux anniversaire, ma sœur que j'aime!"

    7.5. Emilie-Rose

                             Et sous le regard quelque peu contrarié d'Alfred, Lisa-Rose, souffla ses bougies.  Comme prévu, elle resta splendide; ce qui ne parut pas la réjouir outre mesure.  

    7.5. Emilie-Rose

                                    C'est un peu de ma faute, j'aurais dû prévoir le gâteau géant dont sortiraient trois ou quatre apolons, torse nu.  Cela aurait mis du baume au cœur de ma sœurette qui se serait amusée à les séduire, l'un après l'autre.  Quelle cruche, je fais.  Était-ce encore possible de sauver cet anniversaire, voilà la question qui ne cessa de me turlupiner pendant la dégustation du gâteau.  Je finis bien sûr par avoir une idée de génie.

                                       "Et si on allait en boîte toutes les deux, ce soir, Lisa-Rose?  On couche les petits et ziiip, on file enflammer le dance floor?  Qu'est-ce t'en penses? hein? hein?  Ce serait super, non?" 

    7.5. Emilie-Rose

                                    "Bof..."

                                     Bof?  Voilà ce qu'elle m'a répondu: bof!  Décidément, ça n'allait vraiment pas fort.  "Ok, E-R", me dis-je, "il faut filer par la tangente, trouver une autre ouverture... courage, tu peux le faire."

                                   Allez, zou, un p'tit coup de vin, des fois qu'une autre idée lumineuse me passe par la tête.  Et bien, ce n'était pas gagné.

    7.5. Emilie-Rose

                                 Qu'est-ce qui pouvait bien rendre ma sœur aussi maussade?  

    7.5. Emilie-Rose

                                      Je n'allais pas tarder à le savoir.  Avec le recul, je me dis que j'aurais dû lui hurler dessus de me gacher son anniversaire et partir sans demander mon reste.  Mais bon... avec des si, je ne serais pas née Lol et je serais peut-être obligée de manger des racines de tapioca dans la jungle du No man's land.

                                          "Tu n'as jamais rêvé de quitter tout ça?  De partir, Emilie-Rose?  De laisser tout cet héritage en plan et prendre le premier train sans savoir où il va?  Comme ça, sur un coup de tête?  Partir?"

    7.5. Emilie-Rose

                                      Partir?  Tout quitter?  Ah ça, je n'ai pas eu besoin d'y réfléchir trois secondes pour répondre:

                             "Ah mais non, tu rigoles ou quoi?  Ici, c'est la belle vie!  On a une maison de fou, plein d'argent, tout le monde nous connaît,  puis les enfants devront bientôt aller à l'école.  Partir?  Mais quelle idée absurde!"

    7.5. Emilie-Rose

                                    Oui, quelle idée absurde, vraiment.  Il n'empêche qu'en sirotant mon café ce soir-là après avoir piraté les fonds d'investissement Plenozas, m'être régalée d'une bonne soupe, je ne cessais d'y penser.  Partir?  Partir.  Partir! 

    7.5. Emilie-Rose

                                          Décidément, je m'étais vraiment comportée comme une sale petite peste gâtée en répondant avec tant de désinvolture à ma sœur, cette après-midi.  Elle semblait sérieuse et moi, je l’avais envoyée balader.

    Mince alors!  Je sentais comme un poids sur ma poitrine qui m'opprimait et m'asphyxiait le cerveau. Je n'avais jamais ressenti ça.  Cela devait être ce que certains appellent "culpabilité".  Aaargg... quel sentiment détestable.

                                           Je décidai de remédier sans tarder à la situation.  Frapper le fer tant qu'il est chaud; si je laissais passer cette occasion, je risquais de m'habituer à l'oppression de la culpabilité et renoncer à mon projet.

                                               "Tu sais, tout à l'heure, Lisa-Rose, quand tu m'as parlé de partir..."

                                                "Laisse tomber, E-R.  C'était une idée ridicule, tu as raison."

    7.5. Emilie-Rose

                                            "Peut-être que ce n'était pas une idée aussi ridicule que ça, tu sais, j'ai réfléchi... "

                                              "Arrête, Emilie-Rose.  C'est toi qui avais raison, j'ai dit."

    7.5. Emilie-Rose

                                      Bien sûr, quand j'ai une idée en tête, je suis plus butée qu'un âne qui ne veut pas avancer.

                                         "Tu voudrais aller où, Lisa-Rose?  Tu rêves de découvrir quel pays, dis?" 

                                         "Tous les pays me tentent.  Tu sais, il paraît que la voie lactée reste la même où que tu sois.  Je voudrais qu'on parte toutes les deux, qu'on visite tous les endroits du monde et que chaque soir, on se couche à la belle étoile et qu'on regarde les étoiles et... que de nos yeux, on s'extasie que la voie lactée, où que l'on soit, reste pareille à elle-même."

    7.5. Emilie-Rose                                 

                                     "C'est un rêve magnifique, Lisa-Rose.  Je le trouve formidable.  C'est vrai que moi aussi, j'aimerais savoir si c'est vrai."

                                        "Oui, mais il y a les enfants et toi, tu ne peux pas quitter Willow.  Tu es l'héritière.  Tout abandonner, ce serait trahir notre famille, tous nos aïeux qui ont trimé pour nous offrir tout ça.  Tu as la charge de faire fructifier le patrimoine familial en plus d'en prendre soin...  puis j'ai promis aux parents de veiller sur toi et de t'aider."

    7.5. Emilie-Rose

                                   Je m'en doutais, papa et maman n'ont jamais eu confiance en moi.  Pourtant, si tu y regardes de plus près, j'ai l'impression que c'est plus moi qui veille sur ma sœur que l'inverse.

                                      "Tu sais, Lisa-Rose, je ne voudrais pas passer pour une vantarde, mais je crois que je serais capable de m'en sortir seule.  Au moins un temps.  Jusqu'à ce que tu reviennes.  Et je te promets de m'occuper de tes enfants comme des miens.  Qu'est-ce que t'en penses?  Tu pourrais voyager pour nous deux?  Suivre ton rêve pour moi?"

                                        Le silence, une larme qui roule dans un sourire me répondit.

                                         "Oh regarde, Emilie-Rose, une étoile filante."

    7.5. Emilie-Rose

                                        Une étoile filante c'est un rêve qui se réalise, n'est-ce pas?

                                        Notre au revoir, notre bonsoir eurent une résonnance un peu particulière cette nuit-là.  Je savais qu'au matin, Lisa-Rose serait partie.  Je l'ai serrée très fort contre moi.  Elle allait me manquer.  Terriblement.  Douloureusement.  Mais je savais que j'avais bien agi et que je ne le regretterai jamais.  Enfin, je l'espérais.

    7.5. Emilie-Rose

                                        Et en tout cas, je me suis endormie comme une masse, plus aucun chatouillis de mauvaise conscience pour me tenir éveillée.  Formidable!

    7.5. Emilie-Rose

                                      Au lever du jour, la marmaille déboula.

                                       "Tata!  Tata!  Elle est où, maman?  Pourquoi elle n'est pas levée?  Pourquoi c'est toi qui fais le petit déjeuner?  Puis des pâtes au petit déjeuner, c'est n'importe quoi!"

    7.5. Emilie-Rose

                                                "Maman est partie faire un voyage.  Elle revient dès qu'elle a fait le tour du monde."

                                                        "Quoi?  Maman est partie sans nous?"

                                                         Depuis qu'ils savent parler ces deux-là, ce sont des vrais moulins à parole.  Je me demande si je ne préférais pas quand ils se contentaient de brailler comme des chèvres empêtrées dans leurs allonges.

     

    7.5. Emilie-Rose

                                               "Ne vas pas tout dramatiser, Louis, tu vas inquiéter ta sœur.  J'ai dit que maman allait revenir.  C'est tout ce qu'il y a à retenir."

                                                 "Ben ouiiii, le tour du monde, c'est pas si long et des pâtes, 'y a pas d'heure pour en manger!", s'écria Louisia.

    7.5. Emilie-Rose

                                      "Voilà, ça, c'est la bonne attitude!  Bravo, Louisia.  Et surtout, ne pas oublier que maman nous aime très fort, où qu'elle soit, nous sommes dans son cœur et elle est dans le nôtre."

    7.5. Emilie-Rose

                                       Même si Lisa-Rose nous a manqué parfois à tous les trois, nous étions un brin trop occupés pour nous y attarder, surtout le soir où j'ai eu mes contractions.

                                         Vache!  J'ai douillé et j'ai dû promettre dans toutes les langues de tous les pays que si Romain reposait encore une fois ses pattes sur moi, je l'écorchais vivant.

    7.5. Emilie-Rose

     

                               Enfin, ça, cette promesse, c'était avant de le voir tout mignon à l'entrée de la clinique.

                                "Ho, mon amour, tu es venu...!"

    7.5. Emilie-Rose

                                       Pssshhiiit... Oubliées, les contractions et le bébé qui frappait des pieds et des mains pour sortir...

    7.5. Emilie-Rose

     

                                            Enfin, oubliées, les contractions jusqu'à ce que je me retrouve devant le guichet des admissions.  Si je n'avais pas un minimum de dignité, j'aurais crié ma race que :

                                               "Bon sang, oubliez le médecin, apportez-moi un couteau que je le fasse sortir moi-même c't enfant!"

                                                 Heureusement, j'ai pris sur moi.

                                                 "Ah mais oui, je me suis trompée, Madame Lol.  Ce n'est pas Stewart qui est de garde ce soir; c'est pour ça qu'il ne répondait pas."

    7.5. Emilie-Rose

                                          "Bon, laissez tomber.  Je trouverai moi-même un couteau, une lame, un rasoir, n'importe quoi qui me permette de m'éventrer.   Merci, Mademoiselle."

    7.5. Emilie-Rose

                                   "Ah ben non...  Madame Lol, attendez.  Finalement, c'était bien Stewart, il vient de me répondre."

                                     Bref, je te présente Lisaline, ma fille.

    7.5. Emilie-Rose

                               Je ne sais pas si je lui plais.  La première fois qu'elle m'a vue, elle a pleuré.  Ce n'est pas forcément mauvais signe, hein, dis?

    7.5. Emilie-Rose

     

                                      A moi, en tout cas, elle me plaît beaucoup.  Je ne me lasse pas de la regarder et de la serrer dans mes bras.

    7.5. Emilie-Rose

                                               J'en profite parce que je sais que chaque instant passé avec elle est précieux.  Le temps passe tellement vite, comme me l'ont rappelé les jumeaux.  Mes premiers bébés, ceux sur qui je me suis fait la main, ceux de ma sœur, sont devenus des enfants, dis donc. 

    7.5. Emilie-Rose

     

                                          Ils sont beaux, eux aussi.  Je suis vraiment très fiers des petits bouts d'homme et de femme qu'ils sont devenus.  A cette heure, ils font tous les deux leur entrée à l'école.  Il me tarde de les entendre me raconter leur premier jour de classe.

                                                       En attendant, je profite de mon amoureux.  

    7.5. Emilie-Rose

     

                                       Romain patiente, il patiente...  Il veut toujours vivre avec moi.  Et moi, je ne le veux toujours pas.  Alors il patiente.  Pourtant, il le veut toujours.  Mais moi, je ne le veux toujours pas.  Je ne veux pas vivre avec un flic.  Enfin, ça c'est la version officielle.  En vrai, je serais capable de tout lâcher pour lui.  Je serais capable de devenir quelqu'un de bien pour lui.  Oui, la vérité, c'est que j'ai peur que le quotidien nous abîme, qu'il m'oublie, qu'il ne vibre plus à l'idée de me voir apparaître dans une pièce.  Oui, j'ai peur qu'il ne m'aime plus, il m'est devenu si précieux que j'en mourrais si plus jamais ses yeux ne se posaient sur moi de cette façon-là.  Alors, je continue à dire non parce que je ne veux rien changer.  Je veux qu'il m'aime pour toujours, comme ça, que rien ne change.                                       

    7.5. Emilie-Rose

     

                                           Je suis tellement heureuse avec lui, Violette, avec mes neveu et nièce et ma fille , que je ne peux m'empêcher de te dire à quel point j'ai du chagrin à l'idée de cette perte que tu supportes chaque matin lorsque tu t'éveilles, à quel point moi aussi je voudrais que Tom et Thomas ne fassent qu'un et que ta famille de là-bas deviennent un jour ta famille d'ici aussi, que tu n'aies plus à vivre sans eux ici ou là.

                                              Plein de bisous, Violette.  Ne lâche rien.

     

    7.5. Emilie-Rose

    Emilie-Rose.

     

     "Je suis sous le charme de mon héritière.  Elle en a sous le talon, cette petite Emilie-Rose.  Je l'aime décidément beaucoup.

    En revanche, de ton côté, mon cher Romuald, je ne voudrais pas t'inquiéter outre mesure mais la suite me semble bien compromise.  Des enfants chimères ne peuvent en aucun cas convenir à notre lignée.  J'ai beaucoup de chagrin pour Violette.  Je ne vois pas comment cette petite va pouvoir retomber sur ses pieds...

    Le cœur serré pour toi - il n'est plus guère à la joie ni à la vantardise en ces jours sombres, je l'avoue - , mon frère, je t'embrasse.

    Lola"

     

    « 7.4. Violette7.5. Violette »

  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Janvier à 15:51

    Je constate que Lisa-Rose est en train de faire une crise de la quarantaine. J'espère que le voyage qu'elle va effectuer lui permettra de trouver sa voie. C'est peut-être justement le fait d'avoir de l'argent à ne savoir qu'en faire qui la démotive ? Ou alors, ce sont les jumeaux.. ? intello


    Quand à Emilie-Rose, elle est toujours égale à elle-même. C'est une super tatie en tout cas, et qui appelle un chat, un chat.  Ils ont de drôle de regard quand même les jumeaux, surtout Louis. Il me ferait presque peur dis donc.


    Je ne la savais pas aussi romantique : que Romain la regarde comme au premier jour, que l'usure de la vie quotidienne ne l'atteigne pas. Rhooo, c'est trop mignon.


    Et bienvenue à Lisaline, petite choupinette ♥


    On s'éclate toujours autant chez Emily-Rose et c'est chouette ! Encore, encore, encore ! ♥

      • Lundi 30 Janvier à 17:23

        Pour Lisa-Rose, c'est sans doute un peu tout en même temps :)  Un ras-le-bol de toujours voir la même chose et les mêmes gens et il faut bien le reconnaître, elle n'était pas la mère avec le plus grand instinct maternel que je n'aie jamais vu :/ toujours à se chicaner avec les bambins, elle me fatiguait :o  En tout cas, à moi, ça me fait des vacances :D

        C'est vrai que les yeux de Louis, son regard, sont ouch :D  J'aime bien Et Emilie-Rose, elle, est vraiment adorable avec les bb, bambins et les enfants.  C'est vraiment chouette de la voir. Je sais que je me répète mais elle est vraiment un personnage agréable à voir évoluer.

        Tu ne le savais pas romantique, ma petite héritière, et c'est bien normal, c'est la première fois qu'elle est amoureuse :D  Et j'avoue que je suis assez d'accord avec elle: le quotidien enlève de la dorure aux choses, aux gens.  A force d'habitude, on ne les regarde plus sauf en circonstances particulières, au travers d'événements particuliers, mais c'est différent.  Pas moins bien mais différent.  Je comprends qu'elle soit attachée à l'émoi et au désir.

        Il me tarde de découvrir Lisaline, bambine.  Je me demande ce que le jeu me réserve pour elle :)

        Et merci merci merci à toi, Agathe.  Tes commentaires me touchent tellement, à chaque fois.  Encore merci ♥♥♥

    2
    Pythonroux
    Lundi 30 Janvier à 20:00

    Emergency Rescue, c'est sympa comme surnom ça E.R. ^^

    Elle me fait toujours autant plaisir notre petite Emilie Rose et quelle grandeur d'âme de permettre ainsi à sa soeur de faire le voyage dont elle a toujours rêvé ;)

    Vivement la suite comme d'habitude.

    3
    Lundi 30 Janvier à 20:30

    Oui, je trouve aussi que E-R ce n'est pas si mal :D

    Puis elle est jolie en dedans malgré ce qu'elle en dit, Emilie-Rose.  C'est quelqu'un de bien qui s'ignore.

    Merci beaucoup, Pythonroux ♥♥

    4
    Tirentia
    Lundi 30 Janvier à 22:07

    Wahou, c'était une lettre vraiment intense je trouve ! ça fait quelque chose de voir Emilie-Rose aussi dédiée au bonheur des siens, elle en a parcouru du chemin :)

      • Lundi 30 Janvier à 22:24

        C'est vrai, Tirentia, elle a bien grandi, Emilie-Rose :)  et en plus, elle est heureuse. Merci beaucoup, Tirentia ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :