• 6.4. Maïa

     

     

                            Christian,

                         Est-ce de l'amour ou de la passion ou une simple attirance que tu ressens pour Lily-Rose?  Je ne peux, au risque de doucher ton enthousiasme, que me poser la question.

                          Dans cette lettre que je t'écris, il y aura un grand absent.  Mon père.  Depuis la convocation par ma mère, je n'ai plus eu de ses nouvelles.  Tu m'étonnes!  Il doit être en train de cuver son amertume dans les bras de l'une ou de l'autre.  

                        Bref, la dernière fois, je te quittais sur mon après-midi au parc.  J'y accompagnais mon frère et celui-ci, petit filou, en avait profité pour faire venir Phil.  Oooh Phil ♥!

                         J'en ai profité pour mettre les choses au clair directement - à bas, la dignité :

                        "J'ai cru que tu ne voulais plus me voir et ça, je n'ai pas aimé du tout du tout.  Je te préviens, on est ami mais si tu me refais ce coup-là une fois, encore une fois, une seule, je... je..."

     

    6.4. Maïa

     

                                       Je ... Je ... je rien, en fait.  Il faut bien le dire, je n'ai pas la détermination de ma mère, c'est une évidence.  Je rien si lui rien.  Voilà, quoi.  Ce n'était pas très clair et je pense qu'il n'a pas dû tout comprendre.  Alors pour passer outre le malaise qui me prenait, je me suis glissée dans ses bras.  Au moins, quand j'ai le cœur qui bat à tout rompre qui résonne dans mes oreilles et me vrille la colonne vertébrale, je me tais et c'est mieux pour tout le monde.

     

    6.4. Maïa

     

                                De toute façon, il m'a expliqué qu'il avait eu un problème de portable et qu'il en était tout gêné.  Qu'est-ce qu'il est mignon quand il est gêné, mon Phil. 

     

    6.4. Maïa

     

                             Du coup, un peu comme toi, j'ai "buggé" et je me suis jetée à son cou, sans réfléchir.  Ouiep, parce que si j'avais réfléchi, je ne l'aurais sûrement pas fait, j'en serais encore à espérer un diner aux chandelles, une jolie robe, lui au dessert qui pose le genou par terre, me prend la main et me demande si je veux être sa petite amie.  Je crois que je regarde trop de films. 

     

    6.4. Maïa

     

                              Comme le baiser avait l'air de l'avoir franchement surpris et que moi, j'étais prête à mourir de honte, j'ai fait le gugusse pour détendre l'atmosphère et tenter de sauver ce qui pouvait encore l'être de ma dignité.

                                      "Yo, beau blond, tu t'en dis quoi qu'on sorte ensemble?" 

     

    6.4. Maïa 

     

                               Je suis sûre que dans vingt ans, j'en rirai de ce moment-là.  Dire que moi, je n'ai même pas l'excuse de l'alcool.  Que veux-tu?  Phil m’enivre, voilà.  C'est ça, la vérité!  Quand je le vois, je ne sais plus qui je suis et c'est hyper flippant parce que je suis vraiment capable de faire et de dire n'importe quoi!  La preuve!

                                 Heureusement, ma honte ne fut que de très courte durée, une voix s'est mise à hurler dans ma tête : "Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii", quand il a répondu à ma bravade:

                                    "Tu es tellement... tellement merveilleuse, Maïa." 

     

    6.4. Maïa

                               

                                        "C'est toi qui es merveilleux, Phil."

     

    6.4. Maïa

     

                                    "Non, c'est toi..."

     

    6.4. Maïa

     

                                    "Puisque je te dis que c'est toi..."

     

    6.4. Maïa

     

                                     "Alors, c'est toi plus..."

     

    6.4. Maïa

     

                                      "Non, c'est toi plus..."

     

    6.4. Maïa 

     

                              Notre première dispute, c'était magique.  Je m'en souviendrai toute ma vie, tellement c'était merveilleux.

     

    6.4. Maïa

     

                                  Dommage qu'il y ait eu comme un bruit de fond qui cassait un peu l'ambiance romantique du moment.

                                            "T'as vu, Agnès, je t'avais dit qu'elle nous embêterait pas, ma frangine, cette fois-ci."

     

    6.4. Maïa 

     

                                             "Non, mais regarde, c'est berk berk dégueu...  Ils mettent la langue ou quoi? Non, regarde pas!  Regarde pas, je te dis!  Oh berk berk dégueu... passe-moi un sac, Bernard, il faut que je vomisse!"

                                               Quand l'heure est arrivée de rentrer, je n'avais tellement pas envie de quitter mon amoureux que je lui ai proposé de venir manger chez nous, le soir même.  Je pensais qu'il passerait inaperçu parmi la bande des amis de mon frère qui devait dormir chez nous.  Je redoutais quelque peu d'annoncer à ma mère que je m'étais fiancée l'après-midi, sans attendre son consentement.

     

    6.4. Maïa

     

                               Au final, ça s'est vraiment bien passé.  Je n'ai même pas eu besoin de lui raconter, Agnès s'en est chargée.

                               "Oh, madame Lol, 'z auriez dû être là, au parc, cet après-midi.  Maïa et Philippe sont restés collés l'un à l'autre tout le temps, on aurait dit deux poissons nettoyeurs, les lèvres collées.  Vous voyez ce que je veux dire?  des plécos, ça s'appelle, je crois."

     

    6.4. Maïa

     

                                 Il y a eu quand même, comme un petit froid, suivi du regard assassin de ma mère avec un :

                                   "Je vois, Agnès, je vois... Tu peux m'épargner les détails, merci." 

     

    6.4. Maïa 

     

                                  Bah, au final, maman ne se plaint pas trop de la situation.  Surtout qu'à son plus grand plaisir, elle a trouvé une nouvelle personne à torturer.

                                   "L'excellence, Philippe, rechercher toujours l'excellence.  Laissez-moi vous instruire.  Déjà, pour débuter une partie d'échec..."

     

    6.4. Maïa

      

                                             "Bien, Maïa, lorsque tu auras fini ceci, tu me laisseras un peu avec ton ami.  Il me semble, en effet, Philippe, sans vous manquer de respect, que vous êtes carrément faiblard en statistiques et ça, c'est carrément inadmissible."

     

    6.4. Maïa

     

                            Heureusement, Philippe résiste et lorsqu'on se retrouve tous les deux, hors de la maison, on en rit.  

                              "L'excellence, Maïa!  Il n'y a que l'excellence qui compte"

                               Il imite trop bien, ma mère, Philippe.

     

    6.4. Maïa

     

                                    Alors, peut-être qu'il est nul en stat' et en plein d'autres choses, mais c'est mon homme.  Il me fait rêver et me sentir belle.  Lorsqu'il est là, rien ne compte que lui.  Il me fait trop fondre d'amour.

     

    6.4. Maïa 

     

                             Et il me tarde, oh oui, il me tarde: dans quelques jours, je fête mon anniversaire.  Je vais pouvoir envoyer balader l'école, les leçons, les devoirs.  Je vais pouvoir passer tout mon temps à chouchouter mon amoureux, à préparer notre mariage et nous faire plein des bébés.   

                              Bon, il reste à l'annoncer à ma mère... Ça ne va pas être commode de lui faire accepter que je n'ai aucune ambition, aucune envie de bosser comme une malade et que bien loin de moi l'idée d'honorer le nom des Lol en laissant une trace dans l'Histoire...  Ou alors, je laisse Agnès, la copine de mon frère, le lui annoncer...

     

                               Bisous, cousin éloigné de contrées lointaines.

     

    6.4. Maïa

     Maïa

     

    "Ma chère Lola,

    Je me demande si je ne devrais pas partir en vacances quelque temps, le temps que Simi se remette de cette annonce.  Ça va être l'apocalypse ici.

    Il n'empêche que moi, en tant que fondateur, je ne peux que me réjouir de voir Maïa mettre tant de cœur à remplir sa mission de donner héritiers à notre lignée.  Avec un peu de chance, j'aurai un gamin, cette fois!

    Sans me vanter, il me semble qu'une fois de plus, je prends la tête de notre legacy.  Hé!  Hé!

    Avec tendresse aussi,

    Romuald." 

    3.8. François

     

    « 6.3. Christian6.4. Christian »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Mai 2016 à 16:45

    Rhooo, mais qu'ils sont mignons tous les deux. J'adore ce petit couple. Et, j'espère qu'elle va nous faire plein, plein de bébés, Maïa (des garçons pour contenter Romuald).


    Simi aurait pu tomber sur un plus mauvais gendre que Philippe franchement. Mais bon, il va d'abord falloir qu'elle avale le fait que sa fille n'ait aucune ambition. Gloups ! Heureusement, elle a encore un enfant.^^(....ou malheureusement)


    Les personnages que tu construits sont toujours si juste. Que cela soit dans ton legacy, chez Cassie ou dans les petites histoires, on voit tout de suite leur caractère. Et tu sais quoi ? J'en redemande :-) 

      • Jeudi 19 Mai 2016 à 20:09

        Gloups, oui, comme tu dis :D  Ça va être compliqué pour Simi d'accepter ce qu'elle ne peut que prendre comme un échec personnel.

        Mais bon, avec un peu de chance et contre toute attente, elle va être super contente :o

        Et merci merci, tu es un ange, Agathe.  Merci toujours pour tes commentaires, je suis très très touchée ♥♥

    2
    Fanfani
    Jeudi 16 Juin 2016 à 09:46

    Ben dis donc, il doit être sacrément amoureux Phil pour se plier de bonne grâce aux extravagances de Simi. Il fera un merveilleux compagnon-gendre-papa :D

    3
    Pythonroux
    Vendredi 24 Juin 2016 à 20:03

    très sympa cette nouvelle lettre mais elle a vraiment pas de chance pour garder des secrets notre chère Maïa, il y a toujours quelqu'un pour cafter ^^

     

    heureusement que Phil a un bon caractère et qu'il ne craint pas la pression ;)

    4
    Samedi 24 Septembre 2016 à 22:53

    Et bien l'amour règne en force chez les Lol !! C'est beau, c'est doux, ça fait du bien sarcastic!

      • Samedi 24 Septembre 2016 à 23:22

        Ah oui, c'est une génération privilégiée à ce niveau-là: 'y a plein d'amour de tous les côtés.  Ça fait du bien, tu as raison. ♥

        Merci, SusyB

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :