• 6.3. Maïa

     

                                  Bonjour, Christian.                              

                            Comme tu t'en doutes, le lendemain de ma dispute avec maman, l'ambiance était aussi froide qu'un mois de janvier au pôle Nord.

     

    6.3. Maïa

              

                   Je ne savais pas trop comment rompre la glace alors, j'ai préféré filer sans petit déjeuner en cours.

                   Le soir, je fus particulièrement surprise de pouvoir m'installer à la table et débuter mes devoirs sans voir maman surgir de nulle part afin de me donner un énième cours  particulier.  Mais bon, je n'allais pas bouder mon plaisir.

     

    6.3. Maïa

     

                          Ce fut lorsque j'entendis résonner la sonnette de la porte d'entrée et que j'ai reconnu la silhouette de papa derrière que j'ai commencé à sentir l'oignon.

     

    6.3. Maïa

     

                              "Ta mère m'a convoqué à 18h45 précisément.  Je suis un peu en avance...", baragouina papa, franchement gêné.

                                  Mon ventre s'est tout tordu:

                                  "Je te jure, papa, j'ai rien fait de mal..."

     

    6.3. Maïa

     

                                  "La ferme, Maïa.  Asseyez-vous tous les deux."

                                   Gloups...

                                  "Mais maman..."

     

    6.3. Maïa

     

                               Et voilà maman qui d'un seul homme lâcha à papa.

                               "Alors, comme ça, Glen-Maël delarocheauxpinguins, j'apprends que tu proposes à notre fille, Maïa, de venir vivre sous ton toit?"

                                Papa se mit à se tortiller d'une fesse sur l'autre, a tripoter ses ongles.

                                "Hé! Hé!  C'est possible..."

     

    6.3. Maïa

     

                                   "Ah!  Tu vois, maman, je ne t'ai pas menti..."

                                    "La ferme, Maïa!"

     

    6.3. Maïa 

     

                                Et là, je vis papa blêmir.  Pauvre papa...

                           "Pourquoi tu me dis ça?  Tu veux que Maïa vienne vivre avec moi?  Tu sais que je suis souvent absent et que... enfin, il y a un peu de passage chez moi, si tu vois ce que je veux dire... et il y a aussi que j'ai besoin de calme pour écrire et comme tu le dis si bien, je sais à peine m'occuper de moi, alors d'une ado, tu penses...puis, Maïa est l'héritière, elle doit vivre ici, non?"

                               Le dernier argument est asséné d'une voix aussi tremblante que le gazouillis d'un canari en pleine mue.

                                Et là, je tombai des nues en entendant maman s'exclamer:

                            "Oh mais pas de souci, moi, je ne suis plus l'héritière, je peux vous laisser la maison à tous les deux.  Bernie, Bernard et moi, nous débrouillerons très bien ailleurs."

                             "Mais maman, tu ne parles pas sérieusement?"

                              "Ah mais si..."

     

    6.3. Maïa

     

                                    "En revanche, je ne suis pas certaine que toutes les personnes réunies ici te parlent aussi franchement que moi."

                                      Il n'y avait qu'à suivre son regard pour voir de qui parlait maman.  Comme si je ne le savais pas!

     

    6.3. Maïa

                                 

                                   Et là, je vis mon pauvre papa fondre comme neige au soleil, se décomposer totalement. Papa, il aime bien raconter des histoires, je savais très bien que lorsqu'il me demandait de venir vivre avec lui, c'était parce qu'il trouvait que ça faisait joli entre nous; et si j'avais lancé ça à maman, c'était juste parce que j'étais en colère.  

                                               Papa aurait sans doute voulu trouver quelque chose à me dire mais il est resté là à me regarder et je l'ai regardé aussi.  Papa et moi, nous n'avons pas besoin de nous parler pour nous comprendre.

     

    6.3. Maïa

     

                                      Papa a fini par se lever, maman a minaudé l'air de rien:

                                      "Tu ne restes pas manger avec nous, Maël?"

                                      Il n'a pas répondu, il se sauvait comme un voleur, mon papounet.  Ah!  ça, ma mère, c'est du grand art quand elle veut humilier quelqu'un!  'y a pas: la perfection, elle la tient bien dans ce domaine-là aussi. 

     

    6.3. Maïa 

     

                          Maman nous a donné une bonne leçon à papa et moi.  Pour sûr, nous ne sommes pas prêts, ni l'un ni l'autre, à évoquer ne serait-ce qu'en pensée ou  pour faire joli ou par méchanceté ma possible fuite du carcan de ma mère.

                                "On s'appelle, papa?"

                                 "On s'appelle, ma puce."

     

    6.3. Maïa

     

                                            Après le départ de papa, j'ai encore eu droit à un long monologue sur le sens des responsabilités, sur l'obligation dans la vie de ne jamais se contenter des paroles et des promesses des autres, sur la valeur des règles et des actes.

                                             Je sais qu'il aurait suffi pour qu'elle se taise, que je demande pardon à maman pour les fautes dont elle m'accusait et lui dire qu'elle avait raison; là, j'aurais peut-être eu une rémission totale de mes péchés avec amnistie et autorisation recupérée de voir mes amis et pouvoir sortir... mais ça, ça m'aurait trop écorché la tronche.  Alors, je suis restée silencieuse.  

     

    6.3. Maïa

     

                                 Et j'ai repris ma vie d'esclave. 

     

    6.3. Maïa 

     

                                             Pourtant, il y en avait un qui en avait ras le bonnet de m'avoir sans arrêt dans les pattes.

                                              "Hé, Bernard, 'y a encore ta frangine qui nous zieute, là."

     

    6.3. Maïa 

     

                                               "Oh! Maïa l''abeille t'as pas aut' chose à faire que de jouer les gardes-corps?

                                              "Pardon, Bernard,  je suis dans vot' soleil, là?  Allez, les gars, soyez sympas, une p'tite part avec vous?  juste une?  Je suis sur le point de mourir d'ennui, là."

                                               "Trouve-toi quelqu'un de ton âge, Maïa..."

     

    6.3. Maïa

     

                                Ralalala... quelqu'un de mon âge?  Il y en avait un qui me manquait plus que tout.  Mon Phil.

     

    6.3. Maïa

     

                                Et vint enfin ce coup de fil de Phil (hiiiiiiii) que je n'attendais pas.

                                "Maïa?  T'as le droit de sortir dans ton jardin?"

                                 "Euh oui, pourquoi?..."

                                  "Parce que j'y suis..."

                        Heureusement que je suis jeune parce que je crois que je serais morte d'une crise cardiaque quand j'ai entendu ça! 

     

    6.3. Maïa

     

                                "Tu me manquais trop, Maïa."

                                "Oh toi aussi, Phil."

     

    6.3. Maïa 

     

                                    Et là, j'ai entendu la voix de cerbère-maman qui criait:

                                  "Fais donc entrer ton ami, Maïa, tu n'as pas terminé ton bol de haricots aux saucisses."

                                   Oh c'tte gêne et ce n'était encore rien.

                       "Dites-moi, Philippe Dubois, quelle est votre moyenne au lycée?  Quelles sont vos aptitudes?"

     

    6.3. Maïa

     

                                  Non, rien ne me sera épargné.  Vraiment rien.

                                  "Qu'est-ce que tu lui trouves à ma frangine?  C'est du sérieux entre vous?"

                                   "Bernard, mêle-toi de tes pieds, please..."

                                  "Ouiais, il faut savoir que quand ma soeur commence à parler anglais, c'est comme les ordi, c'est qu'elle disjoncte.  On parle entre hommes, Phil et moi, termine ton bol de haricots, Maïa."

     

    6.3. Maïa

     

                       Après cette soirée, j'étais vraiment au bout de ma vie.  Je me demandais comment Phil pourrait encore avoir envie de me voir.

     

    6.3. Maïa

     

                                    En fait, cette soirée que j'avais trouvé désastreuse sonnait l'heure d'un nouveau départ, sous l'impulsion, je dois l'avouer, et contre toute attente, de Bernie, le mari de maman, je l'appris plus tard.

                                           "Tu sais à quel point je t'aime, Simi.  Tu es le soleil de ma vie et tous les jours de m'éveiller à tes côtés, je crois au miracle.  Tu me fais de mon existence un rêve éveillé."

                                                "Mais...?"

     

    6.3. Maïa

      

                                     "Mais je crois qu'il y a une jeune fille dans cette maison qui mérite de recouvrer un peu de liberté... et ta confiance."

     

    6.3. Maïa

     

                              "Je ne te dis pas ça, Simi, absolument pas parce que j'ai surpris Bernard en train de discuter avec son ami, Fred, de la façon la plus subtile d'enterrer vivante ta fille dans le potager si elle ne leur fichait pas un peu la paix... non, non, absolument pas."

                                      Je me demande si l'idée de Bernard n'a pas semblé un instant attrayante à maman, à moins que ça ne soit mon ancêtre et illustre Romuald qui ait soufflé quelque chose à maman, à ce moment-là.  Mais sans doute, n'est-ce là qu'une impression?  Cela ne peut être qu'une impression, bien sûr!

     

    6.3. Maïa

     

                                    Bref, quoi qu'il en soit, maman est venue me trouver alors que ma tête était proche de l'implosion pour cause de surchauffe mathématique. 

     

    6.3. Maïa

     

                                    Et au lieu de me filer un cours particulier, elle m'a annoncé qu'elle était prête à passer l'éponge sur ce qui s'était passé, que j'avais le droit à nouveau de sortir voir mes amis pourvu que je promette de respecter le couvre-feu.

                                              Tu penses bien, j'ai promis!  J'ai même dit merci (bravo, Maïa)

     

    6.3. Maïa

     

                               Mais lorsque Bernard m'a interrogée, pas plus tard que ce matin.

                               "Alors, l'abeille, tu comptes faire quoi de ton week-end de liberté?  Tu vas voir ton Phil?"

                                "..."

                                "Ah non, n'y pense même pas: non, tu ne m'accompagnes pas au  parc avec mes potes.  J'ai besoin d'air, de souffler, moi.  Je t'ai trop vue, frangine.  Il faut que tu te débrouilles un peu sans moi. Tu comprends ça?"

     

    6.3. Maïa

     

                                          "Bof, je n'sais pas... ' sont sympas, tes potes, Bernard, quand même..."

     

    6.3. Maïa

     

     

                                Non, mais évidemment que ça me plairait de passer le week-end avec Phil mais il ne m'a plus appelée depuis cette soirée chez moi et je trouve que ça ne se fait pas que je l'appelle.  Même si mon frère ne cesse de répéter :

                                     "Hé!  Arrête, Maïa, on est au vingt et unième siècle, là!"

     

    6.3. Maïa

     

                                       Oui, et bien même au vingt et unième siècle, une nana peut avoir peur d'appeler un mec.  Surtout si elle a peur de se manger un râteau.      

                                         "Hey!  T'as encore ramené, ta frangine, Bernard?"

                                          "T'inquiètes, Agnès, elle ne nous dérangera pas longtemps...  je m'en suis occupé."

                                   

    6.3. Maïa 

     

                                       Il faut que j'y aille. Bye, Chris!

     

     

    6.3. Maïa

    Maïa

     

                                          

     

    "Ma chère Lola,

    gna gna gna... Qui rira bien.. rira bien...

     

    Romuald." 

     

    3.8. François

     

    « 6.2. Christian6.3. Christian »

  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Mai 2016 à 16:23

    Ah, ah, l'adolescence dans toute sa splendeur. Un mélange d'assurance et doute perpétuel. Maïa est bien réussie. Par contre, Cocotte, va peut être falloir avancer un peu avec Phil, hein ? En plus cela a l'air d'être un gentil garçon. Et puis s'il revient te voir, c'est qu'il doit te trouver quelque chose d'attrayant. wink2

    Merci Eulaline pour cette tranche de vie "misérable" de Maia ^^. ♥

      • Lundi 9 Mai 2016 à 16:47

        Une vie misérable d'esclave, oui :o

        Je l'aime bien, ce Phil.  Je n'ai pas encore remarqué un trait qui ne me plaise pas. :)  J'ai l'impression que ma petite héritière a eu le nez fin.

        Merci beaucoup, Agathe, de continuer à me lire et toujours me laisser un petit commentaire.  Je suis très touchée <3

    2
    Samedi 14 Mai 2016 à 15:24

    Voilà ! Retard rattrapée !

     

    J'ai adoré ces deux dernières générations, la succession, les différents caractères de chacun... ils sont vraiment tous très attachants !

    J'ai hâte de découvrir la suite ! :D

      • Jeudi 19 Mai 2016 à 09:57

        Merci beaucoup, Mano ♥ de continuer à me lire et à commenter, ça me touche beaucoup.  Je suis heureuse que ces dernières générations t'aient plu.  J'espère qu'il en sera de même de la suivante. ♥

    3
    Pythonroux
    Vendredi 24 Juin 2016 à 19:48

    Bernard, t'es trop fort mon pote ;)

    Tu as eu 2 idées de génie, la première, faire croire à ton père que tu voulais trucider ta soeur, et la deuxième, en appelant Phil pour te débarrasser de ta soeur pour au moins tout l'après-midi au parc ^^

     

    Je suis très content d'avoir trouver le premier lieu de rendez-vous entre Phil et Maïa ^^ mais la soirée de merdouille qu'elle a passé la pauvre....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :