• 5.8. Almérya

     

     

                               C'est les jambes en coton que je m'avance vers Rodrigue.  Je n'ai pas respecté le marché, je n'amène pas le traître à Rodrigue.  Je suis morte de peur.  Enfin, pas encore morte...

                                "Tu es venue mais seule!"

                                 Il a l'air agacé, c'est mauvais signe.  Rester maître de la discussion, voilà l'essentiel.

                                 "Est-ce que tu m'aimes, Rodrigue?"

                                  Il paraît surpris par la question.

                                 "Pourquoi tu me demandes ça?"

     

    5.8. Almérya 

     

                       "Je ne sais pas: ça fait longtemps toi et moi et pourtant tu ne m'as jamais proposé le mariage ou même de vivre avec moi."

                        "Ce n'est pas pour subir une de tes crises de gonzesse que je t'ai convoquée ce soir, Alma!"

                         "Je sais, tu voulais que je t'amène celui qui te faisait des misères."

                         "Et?"

                         "Et me voilà."

     

    5.8. Almérya 

     

                              "Tu te fiches de ma tronche?"

                              "Oh non, j'ai bien trop peur de toi pour ça.  Au départ, j'étais partante, j'étais même prête à t'aider à démembrer la personne qui s'était servie de moi et avait mis mon fils en danger.  Et puis je me suis interrogée:  Qu'est-ce que ça me rapporte à moi?"

     

    5.8. Almérya 

     

                           "La vie sauve et celle de ton fils, ça ne te suffit pas?"

                            Je fais celle qui ne l'entend pas.

                         "Ça me rapporte de me retrouver liée à toi, à jamais, comme tu me l'as si bien expliqué mais aussi liée à ton organisation à la con avec en prime les flics sur les bras parce qu'une de leur balance aurait été démembrée pour partie par mes soins.  Alors, j'ai réfléchi..."

                          Je crois que je l'ai vu sourire au mot "réfléchi".  Quel mufle!

     

    5.8. Almérya 

     

                            "Bref, j'ai décidé de m'occuper du traître à ma façon.  Il ne t'ennuiera plus, Rodrigue.  C'est inutile d'en passer par le meurtre."

                                   J'hésite un instant puis renchérit: de toute façon, je pense qu'il est déjà trop tard pour lui.  Les flics ne vont plus le lâcher et il est fort à parier que les malfrats avec qui fricote Rodrigue n'apprécieront pas cette situation, eux non plus.  Pour sûr, Rodrigue est à présent l'homme à abattre, de tous côtés.  A quoi lui servirait de s'obstiner?

                           Rodrigue médite un instant, ne prend pas la peine de me contredire.  Il sait que j'ai raison.  Et soudain, il devient rêveur.

                           "Tu te souviens, Alma, quand on était gosse?"

                           "Oui, je jouais à la dînette et toi, tu faisais ton cow boy dans la ville."

                            Il se met à rire.  

     

    5.8. Almérya

     

                             "Je voulais kidnapper Anna contre rançon..."

                            "Et moi, je la défendais et t'empêchais de lui faire du mal..."

                              Un silence assez long s'ensuit.

                            "Oui, tu protégeais Anna."  

                              Il soupire, me démontrant qu'il est tout sauf stupide, Rodrigue:

                             "Rien n'a changé, finalement, n'est-ce pas, Alma?"                         

                             "Non, rien n'a changé."

     

    5.8. Almérya  

                             

                     C'est moi qui souris à présent.  Je crois que personne sur cette fichue planète ne me comprend mieux que Rodrigue.  C'est flippant, quand même.   

                              "Je crois qu'il est temps que je parte, que je disparaisse."

                              "Je le crois aussi."                           

                               "J'ai joué et j'ai perdu, hein Alma?"

                               "Tu n'as pas tout perdu, Rodrigue."

     

    5.8. Almérya 

     

                              Et je l'ai serré fort contre moi parce que oui, il allait me manquer, mon bandit, ma brute, mon truand.

     

    5.8. Almérya 

     

                               "Prends soin de ton petit, Alma.  Et de toi."

                               "Promis."

                           Au moment de l'adieu, il est encore revenu à moi et son regard m'a mangée toute entière.

                               "Tu m'as demandé si je t'aimais, Alma.  La réponse est : oui, à en crever.  A tel point que moi, que moi aussi, je suis prêt à tout pour te protéger, Alma."

     

    5.8. Almérya

    5.8. Almérya

     

                                Je médite un long moment sur cette dernière phrase énigmatique, sur ce dernier baiser qui m'a totalement bouleversée.  Le soleil va se lever, j'observe les ruines de ma vie, si belles finalement. 

     

    5.8. Almérya 

     

                                     A l'heure de passer le flambeau, je m'interroge et je rêve à la vie qu'aura mon fils, Cri-cri.  Trouvera-t-il l'amour, lui?  Aimera-t-il la vie?  Sera-t-il heureux, mon petit bonhomme?  Lui qui est né d'une femme et d'un puits, quel destin sera donc le sien?

                                          Pour la dernière fois, je t'embrasse, ma Simi.  Prends soin des tiens.

     

    5.8. Almérya

    Alma

     

    "Tu vois, Romuald, ce n'était pas si compliqué de s'en débarrasser du Rodrigue.  

    Et puisque tu as pris les devants :

    Moi, Lola Lol, première du nom, désigne Maïa Lol, fille de Simi Lol, petite-fille d'Alice Lol, arrière-petite-fille de François Lol, arrière-arrière-petite-fille de Pierre Lol et arrière-arrière-arrière-petite-fille de Romuald Lol,  héritière des Lol à Oasis Springs.  

    Longue vie - fertile et riche - à la nouvelle héritière!

    Je n'ose imaginer ta tête si d'aventure l'enfant qu'attend Simi, à cet instant, était un p'tit mec! :D

    Bien à toi, mon cher frère,

     

    3.8. Jade 

    Lola."

    « 5.8. Simi6.1. Maïa »

  • Commentaires

    1
    Pythonroux
    Lundi 28 Mars 2016 à 23:02

    La saleté de Lola ^^, elle n'attend même pas la naissance du second enfant de Simi pour choisir l'héritier.

    J'ai beaucoup aimé cette lettre d'Almérya, elle m'a beaucoup surprise. Et je ne pensais pas que Rodrigue lâcherait le morceau aussi facilement, en fin de compte, il l'aime vraiment son Alma ;)

      • Vendredi 1er Avril 2016 à 11:48

        Oui, je pense que Rodrigue aimait beaucoup Alma et pour de vrai ♥ mais bon, il ne s'y prenait pas toujours de la meilleure des façons :ggrrr

        Merci, Pythonroux ♥

    2
    Jeudi 31 Mars 2016 à 12:43

    Un peu surprise de la fin et un peu triste pour Alma, aussi. Certes, elle n'aura plus Rodrigue dans sa vie, mais elle n'aura plus non plus sa meilleure amie Anna. J'espère un peu de bonheur pour elle quand même pour la suite. 

    Et j'attends de voir aussi ce que nous réserve Christian. Il avait l'air d'avoir un caractère assez fort, en tout cas plus que sa maman ^^.

    Merci pour ce bon moment ♥

      • Vendredi 1er Avril 2016 à 11:49

        Alma s'est toujours laissée porter où le vent la menait.  Le petit Christian n'a pas l'air fait du même bois.  J'espère que les héritiers d'un côté comme de l'autre te plairont.

        Merci, Agathe ♥

    3
    Mardi 10 Mai 2016 à 01:00

    toutest bien qui fini bien de ce côté la aussi.... Sacré Rodriguye, il l'aimait malgrè tout son Alma, mais c'etait une histoire impossible... hâte de lire les prochaines génération, avec Christian et Maïa <3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :