• 5.6. Almérya

     

     

                               Parfois tu joues et tu gagnes.  Parfois, tu joues et tu perds.  

     

    5.6. Almérya 

     

                             "Rodrigue!  Tu ne peux pas me tenir enfermée ici le restant de mes jours!  J'ai un boulot, un fils!  Tu n'as pas le droit!"

                              "J'ai tous les droits, Alma chérie!  Nous en avons déjà parlé."     

     

    5.6. Almérya

                        

                              "Déjà parlé, déjà parlé?!  Je ne sais toujours pas ce que je fous là, Rodrigue.  A quoi tu joues au juste?"

                               J'ai la tête qui bouillonne, je gamberge comme une folle.  Depuis combien de temps est-ce que je pourris dans cette cellule sans fenêtre, au fin fond d'une cave dans je ne sais quel endroit? Bon sang, il faut que je sorte d'ici!  

                          "Allons, détends-toi, Alma.  Disons que c'est juste un petit avertissement.  Juste te montrer que je ne plaisante pas.  Et t'aider à prendre la bonne décision." 

                               Je déraille et ma voix en fait autant.

                             "La bonne décision?  Mais quelle décision, Rodrigue?  Laisse-moi rentrer chez moi.  Je te promets de ne raconter ça à personne.  On oublie, on repart à zéro et basta, quoi!"

                              "J'ai besoin de garantie, Alma.  Tu comprends?  J'ai besoin de savoir que tu as compris."

                              "Je ne comprends rien, Rodrigue!  Je suis nulle en charade, alors, c'est mignon, tout ça mais fais simple, s'il te plait!  Je suis complètement perdue. Mon fils me manque, ma maison me manque, mon boulot me manque.  J'ai froid, j'ai mal au ventre, j'ai peur.  Je veux rentrer."

                               "Okay... on progresse, Alma.  Bravo...!"

     

    5.6. Almérya

                                  

                                          Rodrigue prend un ton professoral alors:     

                                         "Tu vois ce que je suis capable de te faire endurer, à toi, Alma, la femme que j'aime plus que tout.  Alors, imagine ce que je pourrais faire à ton fils..."

                                        "Mon fils?!  Ah non!  Pas ce petit jeu avec moi, Rodrigue!  Ne touche pas à mon fils, Rodrigue!  Je t'en prie...  Je vois, j'ai compris.  Je ferai ce que tu veux.  Dis-moi, dis-moi ce que tu attends de moi!"

     

    5.6. Almérya

     

                        "On progresse encore, Alma.  Bravo!

                      Ce que je veux réside en peu de mots: livre-moi celui qui balance mon business aux keufs.  Tu me le livres et j'oublie tout, Alma."

     

    5.6. Almérya

     

                            "Mais comment je saurais qui est ce mec qui cause aux flics, Rodrigue?  Tu délires, mon loulou."

                            "C'est une personne qui t'est très proche, Alma.  Il n'y a pas que les flics qui ont des indic'.  Il n'y a aucun doute là-dessus.  Tu connais cette personne et pire, c'est toi qui la tuyautes.  Si tu me livres cette personne, je pourrai peut-être croire que c'est une accès de naïveté qui t'a fait te laisser t'approcher et que c'est à l'insu de ton plein gré que tu me causes du tort..."

     

    5.6. Almérya

     

                                             "Je ne sais pas de quoi tu parles, Rodrigue.  Je ne connais rien de tes affaires.  Je ne sais pas qui est cette personne."

                                                Mais soudain, mon ventre se tord.  N'ai-je pas, sans arrière-pensée, une fois ou l'autre parler à mes amants de Rodrigue?  Je blêmis.

                                               "Admettons que je trouve cette personne.  Qu'est-ce que tu lui feras?"

                                               "A ton avis?  Nous n'irons ni boire un coup ni jouer aux fléchettes, Alma."

                                                La pièce tombe.

                                               "Tu veux me rendre complice d'un crime, Rodrigue,... d'un meurtre?"

                                               Rodrigue acquiesce et avec un air narquois approuve:

                                     "Je te répondrai qu'un exemple se doit d'être exemplaire.  C'est élémentaire, Alma.  Et nous serons alors liés, tous les deux, toi et moi, à jamais.  Ce sera merveilleux.  Je saurai dès lors que la confiance prime entre nous.  Et vice versa."

     

    5.6. Almérya 

     

                                     Rodrigue quitte les lieux.  Il reviendra, me promet-il, et il espère que ma réponse le satisfera.  Je m'allonge, le ventre en vrac, prise de nausées.  Comment en suis-je arrivée là?  

                                   Je me souviens de Rodrigue, de moi, enfants puis adolescents.  Son côté "bad boy" m'avait séduite.  Il était respecté et les autres me respectaient parce que j'étais sa copine.  Lorsque le côté méchant, malveillant de Rodrigue s'est imposé, je n'ai pas immédiatement pris mes distances.  Ça m'amusait.  M'amusait!     Lorsque j'ai décidé de rompre, il était trop tard.  Rodrigue refusait de me laisser partir et je l'ai jouée nonchalante.  Quelle idiote!  J'imaginais qu'il finirait par se lasser de moi ou qu'il apprendrait mes frasques et me "répudierait".  Quelle imbécile!

                                                 Et je me retrouve, sur le flan, à ne rien comprendre à ma vie avec cette question lancinante qui me vrille le crâne : lequel de mes "amis" s'est servi de moi pour obtenir des infos sur Rodrigue?  Lequel a joué avec moi?

     

    5.6. Almérya

     

                                 Je ne parle jamais beaucoup de Rodrigue mais peut-être avais-je lâché des informations, effectivement, sans le vouloir, sans m'en rendre compte, dont l'un aurait pu se servir?  Impossible de m'en souvenir.  Est-ce pour autant que c'est faux?  En mettrais-je ma tête à couper?  Non, évidemment!  

     

    5.6. Almérya

     

                                      Je ne peux  livrer n'importe lequel de ces hommes à Rodrigue sans être sûre de sa culpabilité.

                                         Lorsque Rodrigue revient, ma décision est prise.

                                         "C'est d'accord, Rodrigue.  Je ferai ce que tu me dis.  Dis-moi où, à quel endroit et je te l'amènerai.  Il me faut une semaine pour organiser ça ."

                                         Le silence s'éternise, lourd, pesant, rythmé par ma propre respiration.

     

    5.6. Almérya

     

                                         "D'accord, Alma.  Mais pas une semaine, je te donne trois jours.  Je t'attendrai aux ruines à 20h30 précisément, vendredi.  Tu me l'amènes et on oublie tout.  Tu ne me l'amènes pas et je m'occupe personnellement de ton fils..."

                                            "J'ai compris, Rodrigue."

                                            "C'est bien.  Je te donne une seconde chance, Alma.  Saisis-la, il n'y en aura pas d'autre."

                                           Jamais je n'ai été plus heureuse de retrouver ma maison.

     

    5.6. Almérya

     

                                          Mon cœur bondit dans ma poitrine lorsque j'aperçois mon Cri-cri.

     

    5.6. Almérya

     

                                       "Oh maman!  Alors, raconte, c'était comment Granite falls?  Tonton Roro m'a dit qu'il t'emmenait là-bas!  Alors c'était bien?  Tu m'emmèneras, dis?  Tu m'emmèneras?"

     

    5.6. Almérya 

     

                                            "Mon Cri-cri, c'est tellement bon de te revoir.  Oui, bien sûr, je t'emmènerai à Granite Falls.  Tu vas adorer!"

                                                 Je le serre contre moi, mon fils, mon Cri-cri.  J'essaye de ne pas m'effondrer, de ne pas fondre en larmes.  L'émotion est si intense.  Je l'aime tellement, mon fils!  J'ai tellement besoin de lui, de son odeur, de ses mots, de ses bras.  J'en mourrais s'il lui arrivait quelque chose.

     

    5.6. Almérya 

     

                                                La haine, la colère, la fureur grondent au creux de mes reins, m'enserrent la poitrine, me donnent envie de hurler.

                                               Le temps presse, j'ai deux jours à peine.  Je ne sais pas encore comment je vais m'y prendre, comment je vais parvenir à le confronter à la réalité, à sa trahison, celui qui a eu l'audace de mettre en danger mon fils. Mais il va payer!  Ah oui, il va prendre cher, crois-moi, Simi!  Et sans état d'âme, sans regret ni remord,  je le conduirai à Rodrigue, moi-même, à sa fin.  Une fin que je lui souhaite lente et douloureuse.  Très douloureuse.  Parfois, tu joues et tu gagnes.  Parfois tu joues, et tu perds.  

     

    5.6. Almérya

    Alma

     

     

    « 5.6. Simi5.7. Simi »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Mars 2016 à 11:59

    OMG ! Ce n'est plus dans le pétrin qu'elle s'est fourrée, Alma mais dans le puit ! J'avoue que j'ai peur pour elle. D'un côté ou d'un autre, elle perd : soit elle livre un de ses amants à une mort horrible, soit elle perd son fils..


    Dommage qu'elle ouvre les yeux un peu trop tard. Il y a longtemps qu'elle aurait dû le quitter le Rodrigue.


    Et, à circonstance exceptionnelle, Lola ou Jade ne peuvent pas intervenir ? ouch... En tout cas, une lettre très tendue et avec une fin qui nous donne envie de savoir la suite. ♥

      • Jeudi 3 Mars 2016 à 12:12

        Comme tu dis...  un sacré bourbier pour Alma!  

        Peut-être Jade ou Lola pour la sortir de là?  Qui sait, même si ça me semble un brin compliqué.  

        J'espère que la suite te plaira ♥

    2
    Pythonroux
    Jeudi 3 Mars 2016 à 22:18

    Ah ben elle est pas dans la mouise Alma là... surtout, si j'ai raison dans la personne qui rencarde les keuf ^^

    3
    Samedi 19 Mars 2016 à 16:59

    Énorme ce chapitre j'aime, il est bien ficelé et les images sont de beaux compléments au texte, le flash back est bien vu et emplit d'émotions diverses, j'aime

    Je crains le pire pour Alma , Cricri a raison de se réjouir du retour de sa maman mais pour combien de temps? 

    4
    Mardi 10 Mai 2016 à 00:33

    Oh lala elle est dans de sale drap :(

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :