• 5.5. Simi

     

                       Parce que maman est maman, elle avait senti que j'étais sur le point de craquer tant l'incertitude, l'angoisse, la culpabilité et la solitude me vrillaient le corps, un soir, elle m'interrogea:

     

    5.5.  Simi 

     

                            "Simi, es-tu Simi?  Ma Simi?"

     

    5.5.  Simi 

     

                             "Bien sûr, maman.  C'est moi.  C'est Simi."

                             "Alors, si tu es Simi, je ne m'inquiète plus.  Ça va aller."                           

     

    5.5.  Simi 

     

                              "Bien sûr, maman, que ça va aller."

                              "Oui, bien sûr, je le sais.  Tu es Simi.  Tu es intelligente.  Tes sœurs sont parties, et alors? Elles auraient fini par partir, un jour ou l'autre.  C'est comme ça, c'est la vie, Simi, faite de départs et de nouveaux départs.  

                        L'homme que tu as aimé t'a trahie, menti, abandonnée? La belle affaire! Tu t'en remettras!  Tu n'y es pour rien.  Tu es Simi Lol.  Tu es ma fille, entière, sensible, aimante et bienveillante. L'es-tu?  Es-tu bien Simi?"

                             "Bien sûr, maman, je le suis."

     

    5.5.  Simi 

     

                                   "Tout ce qui compte, Simi, c'est ce petit être qui bouge, là, en toi, qui a le cœur qui bat au même rythme que le tien...

     

    5.5.  Simi

     

                                 "...et qui puisera toute sa vie sa force dans ta force, sa confiance dans ton regard à toi, le réconfort dans tes bras à toi."

                                   "Tu as raison, maman."

     

    5.5.  Simi

     

                                   Maman me disait tout ça.  A sa façon, elle tentait de me motiver et me rassurer.  Et pourtant, je savais à quel point la tristesse s'était emparée de son cœur à elle, à quel point mes sœurs lui manquaient et Lolita aussi.  A quel point elle souffrait de ne pouvoir prendre à elle toute ma douleur et ma peine.  Oooh, ma petite maman...!

     

    5.5.  Simi

     

                          Mais elle avait raison.  Evidemment!  Je le comprendrai plus tard.

                      En attendant, je regardais Maël se pavaner sur les plateaux télé pour la promotion de son bouquin.  Au moins, il semblait aller bien, très bien.  Tant mieux. 

     

    5.5.  Simi

     

                                      Je continuais à travailler d'arrache-pied, avec l'aide de Harry.  Toujours là pour moi.

     

    5.5.  Simi

     

                     Parfois, j'avoue, c'était un peu plus compliqué mais ça allait.

     

    5.5.  Simi 

     

                  Je n'avais pas le choix.  

                 J'avais lu, bien sûr - dévoré - le roman de Maël.  C'était un livre magnifique, surprenant comme toujours.  Il m'aurait vraiment plu s'il avait été écrit dans d'autres circonstances.

     

    5.5.  Simi

     

                J'avais arrêté d'essayer de contacter Maël, j'avais laissé tant de messages et même fini par lui annoncer sa future paternité sur messagerie.  Je n'attendais plus, avec impatience, que la naissance de notre enfant.  Il me tardait de le serrer contre moi, mon bébé.

                  Et vint enfin la délivrance.  C'est un ami de ma mère qui me conduisit à l'hôpital mais j'insistai pour y entrer seule.  

     

    5.5.  Simi

     

               Jusqu'au bout du bout, je voulais être seule.  Seule face à moi-même, seule lorsque je découvrirai son visage, lorsque je caresserai pour la première fois ses petits cheveux, lorsque je plongerai mon regard dans le sien.  Seule.  Vivre seule cet instant rare.

                Et je fus seule, jusqu'au bout.

     

    5.5.  Simi

     

            Lorsque ses yeux se sont posés sur moi, lorsque son parfum a envahi mes narines, lorsque sa chaleur s'est répandue à travers ma peau comme une lave brûlante et palpitante, j'ai su.  J'ai su que maman avait raison: tout ce qui comptait c'était elle.

                   "Bienvenue, Maïa."

     

    5.5.  Simi 

     

                   "Mes larmes et mes sanglots, je les ai retenus avec plus difficulté cette fois parce que ce n'était que du bonheur, Harry."

                    "Hé!  mais pourquoi tu ne l'as pas appelée Sally?"

     

    5.5.  Simi

     

                    "Parce que ce n'est pas Sally, Harry.  C'est Maïa."

                    "Tu veux en faire une abeille butineuse comme son père?"

                     "Harry!  mais non, enfin, c'est Maïa avec un i tréma par un i grecque.  Rien n'a voir avec Maya l'abeille!"

     

    5.5.  Simi

     

                              A tenter de m'en souvenir, il me semble que c'est ce jour-là que j'ai reçu un appel de Maël qui m'invitait aux ruines.

                                      "Désolée, Maël, rappelle plus tard, je suis au boulot, là."

     

    5.5.  Simi

     

                             Je suppose que dans l'imaginaire de Monsieur de la Rocheauxpingouins, il sifflait et j'accourais comme un bon chien.  Non mais oh!  Quand même!  Ce n'est pas parce que j'avais été dinde une fois que je serai dinde à chaque fois!

                                   A peine rentrée à la maison, il insistait.

                                  "Non, Maël, je ne sors pas maintenant.  Si tu veux me voir, tu viens.  Je suis chez moi."

     

    5.5.  Simi 

     

                                      Cela ne lui prit pas longtemps qu'il sonnait à ma porte.   

     

    5.5.  Simi

     

                             Ce que j'ai ressenti?  En fait, j'avoue qu'à part la faim, je ne ressentais pas grand'chose parce que, vois-tu, au boulot, je ne mange pas beaucoup et je rentre toujours le soir complètement affamée; heureusement, maman a toujours pensé à préparer un p'tit en-cas... Bref, je suppose que ce n'est pas ce qui t'intéresse le plus, Alma.  J'ai pris, donc, le temps de me servir un petit moelleux avant d'aller lui ouvrir.  Il pouvait bien attendre deux minutes quand même.  Quoi qu'il ait à me dire, cela ne pouvait pas être plus urgent que de me nourrir.  

                              J'ai quand même bien fait gaffe au début à ne pas le regarder. Hormonalement parlant, avec l’allaitement, je n'étais pas encore très stable et j'aurais été fichue de me jeter à son cou et d'embrasser toutes les parties de son corps à portée de ma bouche avant même de l'avoir salué. 

     

    5.5.  Simi

     

                        Nous nous sommes assis comme deux êtres civilisés et j'ai occupé ma friponne de bouche.

                       "Simi, je voulais t'appeler.  J'ai essayé plusieurs fois.  Je voulais te parler.  Mais..."

                       "Mais entendre ma voix sur le répondeur de ton portable t'a suffi?!"

                        "Simi, je suis sérieux."

                        "Oh moi aussi, Maël, moi aussi.  Mais je t'en prie, vas-y.  Tu veux me parler, je t'écoute."

     

    5.5.  Simi

     

                   Et qu'est-ce qu'il a parlé!  Ce que je savais déjà: sa jeunesse dans la douleur des coups, des insultes de ses parents, sa peur de l'attachement, de l'abandon, son goût pour la liberté.  Oui, cette satanée envie de vivre libre, sans attache.  La trouille de devenir père, de s'attacher à moi, de sentir la peur encore et  tout gâcher.

                   Les bras d'une autre, ben voyons, qui lui rappelaient les miens, ses baisers qu'il n'avait pu lui rendre.  Ses pensées vers moi, toujours.  Le manque, l'absence... Bref, comme dirait l'autre: de belles paroles qui m'auraient sans doute faite chavirer à une autre heure.

                      Mais les règles avaient changé.

                     Je me suis levée doucement.  Ouf, ça fait du bien!  Rester assise aussi longtemps, ça ankylose, moi, je te le dis.  

                           "Simi, tu es pour moi la seule, l'unique, mon âme sœur...  Tu es si belle, tu m'as tant manqué.  J'avais si peur que tu ne comprennes pas."

     

    5.5.  Simi

     

                          Et je me suis dirigée vers le berceau de notre fille.

                         "Cela fait une heure et demie que tu es là, Maël.  Et pas une seule fois tu n'as jeté un regard vers Maïa.  Maïa, ta fille.  Tu sais, celle que nous avons ensemble.  Celle que tu voulais, je te cite, parce que c'était moi, moi que tu aimais à te damner et moi que tu aimerais toujours.  Tu ne me quitterais jamais, tu me le jurais, jamais tu n'avais cru possible d'aimer ainsi.  J'avais bouleversé ton existence et blablabla..."

                          "Ecoute-moi, Simi, je t'en prie..." 

     

    5.5.  Simi

     

                        "Maël, je t'ai écouté.  C'est à mon tour de parler.  Tout ce que tu peux me dire, m'expliquer ne peut en aucun cas justifier que tu m'aies menti sciemment, que tu te sois servi de moi pour écrire un bouquin dont tu ne m'as jamais parlé et que tu m'aies quittée sans un mot.  A parler vrai, Maël, je suis incapable d'aimer un homme en qui je n'ai pas confiance et que je sais capable de m'abandonner du jour au lendemain sans une explication.  Mais je vais te donner une chance, Maël..."

     

    5.5.  Simi

     

                                 "Je vais te donner une chance, Maël, oui.

                                   Je vais te donner une chance d'apprendre que l'amour est doux, ne fait pas souffrir et protège, qu'il se nourrit de la complicité, de la confiance et de la tendresse de ceux qui s'aiment."

     

    5.5.  Simi 

                                                        

                                    Son regard de conquérant m'aurait presque fait mal au cœur.

                                  "Je vais te laisser voir ta fille, te laisser apprendre à la connaître.  Mais toi et moi, c'est terminé, Maël.  Je ne t'aime plus."

                                   "Mais qu'est-ce que tu dis, Simi?  Je t'en prie, Simi.  Ecoute-moi!  Tu ne m'as pas écouté?!..."

     

    5.5.  Simi

     

                           Je n'avais pas terminé, il restait l'essentiel à dire.

                       "Oui, je te laisse une chance pour Maïa.  Avec Maïa.  Mais si une seule fois tu ne réponds pas à l'un de ses appels, si une seule fois tu lui manques de respect ou la fais souffrir, je te détruirai, Maël. Je mettrai tous les moyens à ma portée pour détruire ta réputation, et crois-moi, je n'en manque pas! Je raconterai partout ce que tu m'as fait, je salirai ton nom et le mien s'il le faut, je t'empêcherai de publier à nouveau.  Je te détruirai, ferai de ta vie un tel enfer que tu regretteras non seulement de m'avoir croisée un jour mais d'être né."

    Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent, c'est pourquoi j'ajoutai:

                           "Cette promesse, Maël, ce n'est pas à toi que je la fais.  C'est à moi."

                           "Simi, écoute.  Tu dis n'importe quoi.  Réfléchis...  Tu sais que tu m'aimes.  Tu ne peux pas me faire ça."

                            "Cette conversation est terminée, Maël.  Ce sera comme je le dis ou ce ne sera pas."

     

    5.5.  Simi 

                                  

                                  Et je lui demandai de sortir.                         

                                 "Je suis trop fière de moi, j'ai géré comme une cheffe!"

     

    5.5.  Simi

                                     

                                  "Tu crois qu'il est revenu pour laver sa conscience?  parce qu'il voulait te garder sous le coude?  Une femme dans chaque port?"

                              "Peut-être."

                            "Ou alors, Simi, s'il est revenu, c'est peut-être parce qu'il a réalisé qu'il t'aimait vraiment?  Peut-être qu'il a dit vrai?  Peut-être qu'il regrettait vraiment, voulait vraiment vivre avec toi?"

                                  "Peut-être, mais ça ne change rien, Harry."

     

    5.5.  Simi

                                   

                                 Non, ça ne change rien.

                                 Plein de tendresse à toi, Alma, et à ton fils.  C'est vrai qu'il est magnifique, c't enfant.

     

     

    5.5.  Simi

                                                       Simi

     

     

    "Il n'y a pas à dire, elle sait ce qu'elle veut, celle-ci.  Par certains côtés, elle me fait penser à toi, Lola: têtue comme une mule, certaine de détenir les secrets de l'univers.  Une fille, quoi.  Je plaisante... wowh!!!

    Pour ton héritier, je calme ma monture mais crois-moi que ça me démange de nommer Christian Ier sixième du nom!  Ouch!  Ça donne trop envie quand même!

     

    Bisous,

    Romuald" 

    4.4. Alice

     

     

    « 5.4. Almérya5.5. Almérya »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 17 Février 2016 à 09:11

    Simi me semble plus mûre, la maternité l'a transformé. Et quelle répartie face à Glen-Maël. En même temps, il est normal qu'elle protège sa fille. Pour l'instant, Glen-Maël n'a pas l'air d'avoir la fibre trop paternel et veut à tout prix reconquérir Simi. Certes, il a souffert dans son enfance. Mais la résilience cela existe également si on veut vraiment faire des efforts. A moins qu'il préfère se complaire dans son rôle de victime...


    En tout cas, c'est un superbe chapitre, tout en émotion. Et bienvenue à Maïa. Elle a l'air toute choupinette. ^^


     

      • Mercredi 17 Février 2016 à 18:11

        Merci beaucoup, Agathe.  <3  Pour Glen-Maël, faudrait-il qu'il ait aussi un "intérêt" à la résilience et même s'il y parvenait, cela reste compliqué pour Simi qui a besoin de confiance, de se sentir sécurisée pour aimer.  <3

        Et je suis très heureuse que ce chapitre t'ait plus.  Maïa est toute choupinette, oui.  Et en exclusivité, une petite image d'elle enfant.

        .

      • Mercredi 17 Février 2016 à 20:45

        oooh, qu'elle est mignonne. 

    2
    Mercredi 17 Février 2016 à 10:36

    Maïa, bienvenue petite Maïa

     

    On peut être fière de Simi, elle a vraiment gérer, je suis franchement sceptique quant aux sentiments de Maël. Quand bien même ça lui apprendra de traiter les femmes comme des moins que rien. Maintenant reste à savoir si il va aussi gérer en tant que papa, où si il va être décevant avec sa propre fille

      • Mercredi 17 Février 2016 à 18:13

        Merci beaucoup, Lysa. <3  

        Clairement, notre ami Maël a un p'tit souci avec sa façon d'être avec les dames <3; comme toi, j'espère qu'il se comportera mieux avec sa fille.  En tout cas, Simi compte y veiller. :)

    3
    Mercredi 17 Février 2016 à 15:13

    Ah, Simi a fait preuve d'une telle assurance! Ça fait plaisir de voir qu'elle ne laissera plus Mael la mener par le bout du nez

      • Mercredi 17 Février 2016 à 18:15

        Merci, PrincesseSey <3  Simi est bien décidée à ne plus se laisser mener par le bout du nez, c'est clair.  :D

    4
    Pythonroux
    Jeudi 18 Février 2016 à 00:27

    Bienvenue parmi nous petite Maïa. je sens que cela ne va pas être facile entre papa et maman ;)

    mais je comprends totalement maman alors on va la soutenir ^^

     

    c'est trop tentant, n'est-ce pas Romuald ^^ qu'est ce que j'aimerai que tu prennes cette décision ;)

      • Jeudi 18 Février 2016 à 12:18

        Oh oui, c'est tentant de passer le relais :D

        Merci, Pythonroux. <3

    5
    Lundi 29 Février 2016 à 12:43

    ♥Je me suis régalée avec Simi , tes images sont si parlantes , et tes dialogues percutants j'aime, il y a toujours beaucoup de profondeur dans ce que tu écris♥ 

    C'est un vrai plaisir et Maïa sera une belle enfant , AIMÉE ♥♥ 

    6
    Mardi 10 Mai 2016 à 00:16

    oh elle sait ce qu'elle veut notre Simi! c'est vrai qu'elle est devenue maman et se dois de protéger sa petite fille <3

    Et c'est pour elle aussi qu'elle laisse une chance au pingouin, esperont qu'il la saisisse cette chance <3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :