• 4.7. Oriane

     

     

                      Il n'est plus là et je ne parviens pas à avancer, Alice.

     

    4.7. Oriane 

     

                 Je l'aimais tellement!  Ambroise.  Mon homme.  Mon mari.

     

    4.7. Oriane

     

                      Il était mon chevalier blanc; celui qui me défendait toujours contre vents et marées.  Mère, sœur ou fille.

                  "Voyons, Belle-maman, vous savez qu'Oriane peint!  Evidemment, qu'elle s'inquiète de l'enfant à venir et de moi et de notre Almérya, mais elle peint!  Elle ne peut être partout à la fois!"

     

    4.7. Oriane 

     

                           Il était le père de mes enfants.  Il était toujours là pour eux, bien mieux que je ne pourrais le faire, moi qui suis nulle en tout.  Tu le sais ça, non?

                                    En parlant enfant: Patience est le prénom de notre seconde fille.  Hé non, toujours pas de petit garçon, chez les Lol!

     

    4.7. Oriane

    4.7. Oriane 

    4.7. Oriane

     

                      Je l'aimais tellement que le soir de son anniversaire, je lui ai dit que moi aussi, je voulais souffler le temps et vieillir en même temps que lui.

                            Il a ri.

                            "Oriane, vous êtes merveilleuse.  Vous aimer est le plus douce des folies."

     

    4.7. Oriane

     

                            "Faisons-le, ce petit garçon, dont vous rêvez, ma belle Oriane.  Je ne suis point encore mort et toujours aussi fou de vous."

     

    4.7. Oriane

     

                            Ce troisième enfant tarda quelque peu à montrer le bout de ses serpentins.

     

    4.7. Oriane

     

                            Patience eut le temps de devenir une magnifique enfant, toute pâle.

     

    4.7. Oriane 

     

                       Une enchanteresse de la mélancolie.  Même les cœurs les plus vaillants, elle les fait chavirer dans la tristesse, si l'envie lui prend.

     

    4.7. Oriane

     

             Ma princesse Almérya avait dû souffler sur son berceau un sort de morosité , un jour où ma peinture me tenait loin d'elles, un jour où je ne les surveillais pas.

     

    4.7. Oriane

     

                           Mais qu'on me laisse en paix!  Encore ce reproche, toujours ce reproche, à la moindre occasion:

                           "Arrête de te contenter de peindre les gens, Oriane.  Tu passes à côté d'eux sans les voir."

     

    4.7. Oriane

     

                                 Si la vie avec moi est si infernale, pourquoi Vanille reste-t-elle au manoir?  Qu'elle convole en justes noces avec son Aron et qu'elle me fiche la paix.

     

    4.7. Oriane 

     

                          Ou avec Will... qu'elle s'enfuie avec Will!  Croit-elle que ma peinture m'empêche de voir qu'ils se sont rapprochés tous les deux?  Il faut dire qu'ils ne peuvent que se comprendre, tous les deux, liés à deux personnes par des promesses d'enfant!  Ils parlent le même langage, ils sont aussi immatures l'un que l'autre!

     

    4.7. Oriane

     

                          Il n'y a qu'Ambroise qui me comprenait, qui m'aimait vraiment.  Dans ses bras, j'oubliais tout.

     

    4.7. Oriane

     

                          Et avec nos filles, Alice, il était formidable!  Tu aurais dû voir comme elles le regardaient, comme elles étaient heureuses lorsqu'il était là.

     

    4.7. Oriane 

    4.7. Oriane

    4.7. Oriane

     

                                  Un homme exceptionnel qui lorsqu'il posait son regard sur moi me donnait le sentiment d'être la meilleure en tout.

     

    4.7. Oriane

     

                                             Qui pourrait me consoler?  Lui seul trouvait les mots...

     

    4.7. Oriane

     

                                             ...comme lorsque le décès de ma mère m'avait laissée ravagée de chagrin.  

     

    4.7. Oriane 

     

                                              Et là, ce n'était rien à côté de la peine qui est la mienne.  Sans lui, que suis-je?  

                                              Il me manque tellement.  

     

    4.7. Oriane 

     

                                              Nos conversations, nos silences, toute cette tendresse entre nous, toute cette passion...  me manquent tellement.  

     

    4.7. Oriane

    4.7. Oriane 

     

                                                Je me sens si vide sans lui.

                                                Je l'aimais tellement et il était le seul à m'aimer comme j'étais, à me pardonner ma légèreté, mes peurs et mes fuites.

                                                 A peine eut-il le temps de serrer dans ses bras notre troisième fille, Hélène.

     

    4.7. Oriane

    4.7. Oriane 

     

                                                 A peine eut-il le temps d'admirer notre fille, Almérya, adolescente...

     

    4.7. Oriane

    4.7. Oriane 

     

                                                ... que déjà, il me quittait, que déjà, la faucheuse me l'enlevait, malgré mes suppliques et mes sanglots.

                                                      "Laissez-le moi encore un peu,

                                                        mon amoureux."

                                                       "Oriane, encore beaucoup ou peu,

                                                         ce ne sera pas moins douloureux."

     

    4.7. Oriane 

     

                                                Aujourd'hui, je suis seule.  Mon cœur, mon ventre ma tête sont aussi vides que des coquilles d’œufs abandonnées au fond d'une poubelle.  Mon art ne se résume plus qu'à des toiles blanches, sans vie.  J'ai perdu celui que j'aime et ai l'impression que jamais je n'arriverai à faire face. 

                     

    4.7. Oriane

                                

                                                Profite, Alice, de toutes ces minutes qui te sont données de vivre  au plus près de celui que tu aimes.  Tendrement,

     

    4.7. Oriane

    Oriane

     

     "Ça va aller, ne t'inquiète pas, Romuald.  Oriane n'est pas seule.

    Jade s'en est préoccupée, bien avant son départ.

     

    4.7. Oriane

     

    Et mon petit doigt me dit qu'Ambroise en a fait de même de son côté.

     

    4.7. Oriane 

     

    Tendresse,

    4.7. Oriane

    Lola"

     

     

    « 4.6. Alice4.7. Alice »

  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Janvier 2016 à 15:16

    un moment attendrissant ou la perte de l'être aimé se conjugue au présent et il ne faudra parler plus qu'à une seule personne, le nous s'efface pour laisser place au je.... que cette absence est bien narrée, que cette douleur est bien posée, le vide , la page blanche, le deuil de la vie le deuil de l'amour il va falloir du temps à Oriane. Merci Eulaline pour cet instant avec toicool

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 09:56

        Merci à toi, surtout, Mich. C'est toujours un tel plaisir de découvrir tes commentaires. <3

    2
    Lundi 4 Janvier 2016 à 15:55

    Tant de tristesse d'un seul coup... Nul doute que ses filles sauront rendre à notre Oriane le goût de la vie. Mais il leur faudra de la patience, tout comme à ses fidèles amis.

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 09:57

        Avec le temps, oui.  Merci, Arya <3

    3
    Lundi 4 Janvier 2016 à 16:29

    C'est triste ... mais tellement bien écrit... mais tellement triste...

    Espérons que ses filles arrivent à lui redonner le sourire !!

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 09:57

        Merci beaucoup, Parthenia.  <3

    4
    Pythonroux
    Lundi 4 Janvier 2016 à 20:59

    encore un superbe chapitre que tu nous contes là Eulaline, c'est tellement vrai et tellement bien écrit.

    on se met tout de suite à la place d'Oriane et l'on est tout aussi triste qu'elle tout au long de son récit. Il va falloir de la patience à tout son entourage mais je suis sûr qu'elle va réussir à rebondir au moins pour ses filles.

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 09:58

        Merci, Pythonroux.  <3  Oui, avec le temps...  :) 

    5
    Lundi 9 Mai 2016 à 22:55

    qu'on t'il manigancer ces deux la, Jade et Ambroise? En tout cas, un magnifique chapitre qui me fait même regretter ce cher Ambroise, il était si gentil, et surtout Orianne l'aimait si fort... que resrrve l'avenir, je vais le savoir en continuant lol. bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :