• 4.6. Alice

     

                          Nos échanges, ma chère Oriane, offrent à l'Alice que je suis le plaisir intense de rembobiner sa  vie, une heure durant et s'apercevoir à quel point grand est son bonheur d'être devenue cette Alice-là.    

                 Mon cœur d'extase crie lorsque les yeux de Clément se perdent dans les miens et que ses bras m'enlacent.  Je l'aime à l'infini.                  

     

    4.6. Alice

     

                 Je l'aime à l'infini lorsque ses mots me portent, me soutiennent, me réconfortent et m'accompagnent dans la peine et l'incertitude, lorsque je doute mais que lui sait.  Il sait, dit-il, que je serai à la hauteur, il sait quelle mère formidable, je serai.

     

    4.6. Alice

     

                  Je l'aime à l'infini lorsque son regard embrase le mien.  Ma fille.   Bao.  Ma douce.  Bao dont la peau exhale le parfum entêtant du lait et de l'huile d'amande douce, qui m'observe avec une telle intensité et une telle confiance que mes entrailles en tremblent d'émoi.

     

    4.6. Alice

     

                 Je les aime à l'infini mon Clément et ma Bao, lorsque leurs corps s’emmêlent dans une tendresse qui chuchote les mots "papa" et répond "ma fille".

     

    4.6. Alice

     

                 Je l'aime à l'infini, mon amour, lorsqu'il n'est point besoin de mots pour nous comprendre.  Un regard, un sourire sont plus précieux que toutes les déclarations du monde.  Je suis si heureuse à ses côtés.

     

    4.6. Alice

     

                 Je les aime à l'infini, mes amours, lorsque en un même élan ils se jettent à la rencontre du vide, sans peur et sans hésitation.  L'avenir ne peut que leur appartenir.

     

    4.6. Alice

     

                                 Je les aime à l'infini, tous les deux, lorsque dans une même joie, leurs rires s'emmêlent.  La joie d'être ensemble.

     

    4.6. Alice

    4.6. Alice

     

                                Je l'aime à l'infini, ma fille, Bao, lorsque son esprit s'évade par-delà les rivages.  Si belle, si pleine d'espoirs, maîtresse de ses rêves.

     

    4.6. Alice

    4.6. Alice

     

                         Je l'aime à l'infini, à en supporter ses amis à toute heure.

     

    4.6. Alice

     

                         Je l'aime à l'infini, au point de ne point intervenir dans ses histoires d'amitié; même si sa moue apeurée et boudeuse me serre la gorge et le ventre.

     

    4.6. Alice

     

                         Je l'aime à l'infini, à la laisser partir, s'éloigner de moi...

     

    4.6. Alice

     

                        ... et attendre le soir pour lui conter mes histoires d'étoiles et d'univers ou de petite fée égarée et perdue.  La serrer très fort contre moi, à l'étouffer.  Mon enfant.  Bao.  Ma fille.  La laisser vivre et lui laisser fourbir ses armes pour affronter le monde.

     

    4.6. Alice 

     

                            Et vivre aussi, en dehors de son espace.  Reprendre possession de mon corps de femme et de son corps d'homme.  Ecouter nos envies.  

     

    4.6. Alice 

     

                    Et patienter la vie encore.  

                    Malgré la peur, chevillée au corps, leur promettre que, Bao, toujours,  Clément, toujours, je les aimerai à l'infini que l'on soit trois ou quatre.

     

    4.6. Alice 

     

                     Tenir enfin, cette enfant, ma fille, Simi.  Exploser à nouveau et crier encore que je l'aime à l'infini.

     

    4.6. Alice

     

                      Trembler que Bao en souffre puis entendre leurs rires, comme une joyeuse mélopée résonner à travers la maison toute entière.

     

    4.6. Alice

     

                   Espérer et redouter à la fois que les petits pieds de Simi touchent le sol.  Puis l'entendre grandir et courir la découvrir.

     

    4.6. Alice

     

                  La voir, la regarder, la sentir et savoir.  Savoir que je suis prête à remettre ça: supporter de la voir partir, courir au derrière de ses amis, de sa sœur, de son père pourvu que ses petits bras reviennent se nouer autour de mon cou.  Toujours.  

     

    4.6. Alice

     

            Etre leur port, leur attache, le lieu où toujours mes filles reviennent, peu importe les circonstances et le temps, en confiance, sans peur.  Auprès de leur maman, de moi, de l'Alice qui les aime à l'infini, de celle qu'elles ont fait naître à la vie.

                 Puisse que je sois toujours digne de mes filles et de l'élu de mon cœur, eux qui m'offrent le bonheur d'être l'Alice que j'ai toujours voulu être.  Celle qui les aime à l'infini.

     

    4.6. Alice 

     

                     Tendres baisers, Oriane.

     

     

    4.6. Alice

    Alice

     

     

     "Ma chère Lola,

    Ici, il n'y a que des filles aussi.  Avec toi, je croise: qu'un petit mec apparaisse et promis, je le désigne héritier avant même son saut du berceau.  Parole de Lol.

    Bisous,

    4.6. Alice

    Romuald."

     

    « 4.6. Oriane4.7. Oriane »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Décembre 2015 à 16:19

    Mon petit coeur de mère a fondu devant cette lettre et dans cette déclaration d'amour infini d'Alice à ses enfants et à son Clément. Alice, qui s'est trouvé un port d'attache auprès des siens et qui se découvre dans la maternité. Une lettre pleine de sensibilité et de douceur. Avec Alice, on s'asseoit et on contemple...


    Et, mon dieu, que tes images sont belles. Et quel joli moyen de nous faire découvrir toutes les petites nouveautés de Vivre Ensemble^^. je n'ai que quelques mots à dire : encore, encore, encore ^^


     

    2
    Pythonroux
    Vendredi 18 Décembre 2015 à 17:56

    J'adore Alice et tes images ;)

    3
    Vendredi 18 Décembre 2015 à 18:50

    magnifique chapitre rempli d'amour et de belles images.

    4
    Lundi 28 Décembre 2015 à 14:03

    Eh bien, j'en ai manqué des épisodes depuis ma dernière lecture !!! Que de péripéties et de rebondissements !!

    J'aime beaucoup cette nouvelle génération, farfelue, rêveuse et décalée...  Finalement, Oriane et Alice ont fini par trouver l'amour et la sérénité... Bonne continuation !! ^^

    5
    Lundi 4 Janvier 2016 à 15:51

    Les textes ou les images... Les images ou les textes... tout est si bien fait que je ne parviens plus à savoir lesquels sont les plus beaux. Et que d'amour dans ce foyer ! Ce que j'aime aussi, bien sûr !

    6
    Lundi 9 Mai 2016 à 22:49

    oh, quelle magnifique petite famille <3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :