• 4.4. Oriane

     

     

     

          Oooh Alice, je suis très triste pour tes parents.  J'imagine la peine que tu as dû ressentir.  Ils avaient l'air plutôt sympa, tes vieux.

           De mon côté, c'est un peu le rififi à tous les étages.  Je patauge dans le n'importe quoi, je ne comprends rien à ce qui se passe.  En ce moment, j'ai comme qui dirait la tête de travers.

     

    4.4. Oriane

     

                    Et tout ça, c'est la faute de Cassandra!  Je rêve de plus en plus souvent qu'elle meure dans d'atroces souffrances, celle-la.

               Un jour, elle m'envoie bouler au parc.

               "Et dis, Lol, tu vas encore nous taper l'incruste longtemps?  Il faut toujours que tu rappliques quand on est que tous les deux."

     

    4.4. Oriane

     

               "Oooh!  c'est bon, Cass'.  Cool la vie.  On mange, là.  Couette-couette ne dérange pas."

     

    4.4. Oriane

     

                   Puis après, elle débarque à la maison pour me raconter qu'elle s'inquiète pour Willem et elle, qu'elle le trouve bizarre, qu'elle pense qu'il a une autre nana qu'elle dans sa vie.  Qu'est-ce que j'en ai à battre, franchement?  La nouvelle nana de Will pourrait difficilement être aussi antipathique que Cass'.  Et là, paf: étincelle de joie et d'espoir dans mon petit cœur.

               

    4.4. Oriane 

     

                     "Mais pourquoi c'est à moi que tu viens raconter ça, Cass'?"

                     

    4.4. Oriane

     

                     "Ben... je ne voudrais pas que quelqu'un que j'aime et qui m'aime me voie dans cet état-là pour une histoire de mec.  J'ai une réputation, moi." 

                      Ah ouiais, évidemment.  Encore une preuve s'il était besoin, que j'ai vraiment le cerveau lent, moi: imaginer que la Cassandra finalement, sous ses airs de pimbêche, me kiffait, c'était bien une idée à la noix.

     

    4.4. Oriane 

     

                     "Bon, c'est OK, Cass'.  Je vais parler à Willem mais tu sais, ça m'étonnerait que le problème ce soit une autre nana.  A mon avis, c'est toi, le problème."

     

    4.4. Oriane

     

                  Chose promise, chose promise.  Je profite d'une soirée au parc où je fais la baby sit' avec Willem pour Vanille, histoire que maman puisse roucouler avec son jules, sans nous l'avoir dans les pattes.

                         "Dis, Will, je peux te poser une question?"

                   "Bien sûr." 

     

    4.4. Oriane

     

    "C'est à propos de Cassandra.  Tout le monde se demande: qu'est-ce que tu lui trouves?  D'où elle sort?  Et est-ce que ça va entre vous?" 

     

    4.4. Oriane 

     

                           "Ça ne te regarde pas, Couette-couette."                    

                           "Hééé...'  me parle pas comme ça!   C'est Cass' qui..."

     

    4.4. Oriane 

     

                   "Je ne veux pas parler de Cassandra avec toi, Oriane.  Et si Cassandra veut savoir comment notre relation va, elle n'a qu'à me poser la question elle-même."

     

    4.4. Oriane

     

                 "Mais ce n'est jamais facile, Will, de demander ces choses-là quand on a peur de perdre la personne à qui on les pose, ces questions-là.  Enfin, tu vois ce que je veux dire?..."

     

    4.4. Oriane 

     

                     Et là, paf! Sans prévenir, il m'attire contre lui, je sens son souffle au creux de mon cou.  Il me serre de toutes ses forces.  Jamais de toujours qu'il m'en souvienne, personne ne m'a jamais enlacée comme ça.  Et l'horreur : les frissons partout, le ventre en papillote, le cœur qui s'emballe, une sueur froide puis chaude tout le long de mon échine dorsale qui s'en vient éclater dans ma tête et me la faire tourner, ma bouche qui s'assèche.

     

    4.4. Oriane

     

                      "Oh non, Will.  Ne me serre pas comme ça: tu me provoques une crise de ménopause précoce!"

     

    4.4. Oriane

     

                    "Heink?"

                  "Mais oui, regarde: "Elles s'accompagnent de sueurs excessives, de vertiges, fourmillements, palpitations,..."  c'est écrit ici.  Je le sais, j'ai travaillé c't après-m' sur mon exposé que je dois présenter la semaine prochaine en bio.  Oh misère, comment je vais annoncer ça à ma mère?  C'est une cata'!"'

     

    4.4. Oriane

     

                        "Olalalala... J'ai les jambes qui tremblent en plus.  Il faut absolument que je rentre à la maison, je suis dans le caca boudin, là.  Bisous, Willem... de loin, de très loin.  Je me sauve.  C'est où chez moi, encore?  C'est par là, non? chez moi?  Enfin, Will, réponds..."

     

    4.4. Oriane

     

                    Je ne te raconte pas, Alice, dans quel état déplorable, je me trouvais à ce moment-là.  Moi, l'héritière des Lol, sensée apporter ma pierre à l'édifice et mettre au monde le prochain héritier, j'étais victime de la pire des injustices qui portait pour nom: ménopause précoce.  J'étais au bout du rouleau et je n'osais imaginer la déception de maman si je le lui annonçais.  J'ai donc décidé d'en parler d'abord avec l'un des cerveaux de la maison. Le premier qui fut disponible fut celui de Vénus.

                     "Tu n'as pas le choix, Ori, si tu veux inverser le processus, tu dois embrasser Will."

                     "Embrasser, Will, t'es sûre?  Je n'ai pas lu ça quand je travaillais sur le sujet."

     

    4.4. Oriane 

     

                     "Ah bon?  Tu as travaillé, toi, Ori?  Bravo!"

                   Si j'avais su qu'elle se moquait de moi, je lui aurais enfoncé le premier couteau de cuisine venu dans le bide, jusqu'au manche.

                      "Tu voulais me voir, Couette-couette, excuse-moi, mais j'ai dû bosser tard et je n'ai pas pu me libérer plus tôt."

     

    4.4. Oriane 

     

                       "Ecoute, Will, ou plutôt non, je préfère ne rien dire."

     

    4.4. Oriane 

     

                      Et là, j'ai fait comme Vénus m'a dit, je l'ai embrassé.  Et "banzaïii", Alice.  C'était le sucre dans les veines, les mains qui tremblent, le plaisir, le frisson sur chaque centimètre carré de mon corps, dedans et dehors, mon cœur fou semblait vouloir se précipiter hors de ma poitrine.

     

    4.4. Oriane

     

               Et j'ai remis ça, je ne pouvais plus m'arrêter, j'avais envie de le couvrir de baisers, de la tête au pied, de sentir ses propres frissons sous mes lèvres.  Sa respiration s'était accélérée, ses mains tentaient autant de me repousser que de m'attirer plus près de lui.  J'étais ailleurs, en absurdie, dans un pays de volupté et de désir.  Je désirais Will de toute la force de mon âme, mon corps partant à l'assaut de celui de Will.  Je n'étais plus moi, je ne pensais plus, seul comptait Will, son parfum, le goût de sa peau, la douceur de son grain, l'envie folle de le dévorer.

     

    4.4. Oriane

     

                    C'étaient les minutes les plus exquises de mon existence.

                    "Doucement, Oriane, s'il te plait.  Un minute, je te demande une minute."

                     Sa voix était douce, éraillée, comme s'il se battait contre lui-même.  Je me suis éloignée un peu, il m'a laissé garder ses mains dans les miennes, un long, très long moment, une infinité de temps, le regard doux, si doux, Alice.  Il attendait que je retrouve mon calme, que j'ouvre les yeux.

     

    4.4. Oriane

     

                    Je crois que j'ai dit:

                    "Ce n'était pas une crise de ménopause précoce.  C'est toi qui me fais cet effet-là, Will.  Je crois que..."

                   Mais je ne m'en souviens pas bien et ça n'a pas d'importance puisque de toute façon, il m'a coupée.

                     "Je suis désolé, Oriane, c'est moi qui la dernière fois ai provoqué ça. Je suis désolé mais tu vois, il y a Cassandra et je ne sais pas... Tout semble toujours simple quand je suis avec toi mais quand tu n'es plus là, tout se complique.  Tu mérites mieux que moi, Oriane.  Je n'ai pas le droit de te faire ça.  Je te demande pardon mais..."

     

    4.4. Oriane

     

                 Là, j'ai compris ce que voulait dire la terreur, couper le lien avec la réalité, se séparer de soi-même, tomber à l'intérieur de soi comme si quelqu'un de malveillant tirait le tapis sur lequel vous vous tenez.  En trente secondes, tout mon monde s'écroulait et je sombrais dans une dimension inconnue et si douloureuse.  Si douloureuse, Alice!

                  Alors, tu n'as pas le choix.  Tu te drapes dans ta dignité et tu noues ton orgueil en noeud de cravate.

                    "Ne t'inquiète pas, Will.  C'était juste pour voir ce que ça faisait d'embrasser un garçon.  Hé! Tu me connais...  On se voit demain au lycée, OK?"

     

    4.4. Oriane 

     

                              "Oriane, attends, s'il te plait..." 

                      Mais je me suis sauvée, très vite, pour ne pas éclater en sanglot, pour ne plus le voir, consciente que ces baisers-là m'avaient enlevé Will définitivement.  Je ne venais pas seulement de perdre celui qui faisait battre mon cœur comme un fou mais mon meilleur ami.

     

    4.4. Oriane 

     

                      J'éructais de rage en courant vers la maison.  Saleté de Cassandra.  Tout ça, c'était à cause d'elle.  Ah!  Elle m'avait bien eue en m'appelant à l'aide: la meilleure façon de m'évacuer de la vie de son mec, oui!  C'est une dangereuse, cette nana-là, capable de casser tout ce qu'elle touche!

                           "Oooh, Vanille, tu n'es pas couchée, toi?"

                           "Non, je t'espionnais.  Viens là, viens me faire un câlin, frangine.  Ca va aller, tu sais."   

                        

    4.4. Oriane

     

                             Et elle m'a serrée très fort contre elle, ma Vanille.  Ma peine m'a semblé plus légère.  Mais pour combien de temps?  Parce que là, tu vois,  c'est  le rififi à tous les étages.  Je patauge dans le n'importe quoi, je ne comprends rien à ce qui se passe, au comment j'en suis arrivée là et comment survivre.  J'ai comme qui dirait la tête de travers et le cœur en miettes.  Aimer la mauvaise personne, ça fait trop mal.  Qu'on t'en dispense, c'est mon souhait du jour.

                                Meilleures pensées, Alice.

     

     

    4.4. Oriane

    Oriane

     

     

     

    "Oooh, Romuald.  Quel dommage: je l'aime bien, moi, ce petit jeune homme.

    Bisous,

    4.4. Oriane

    Lola."

     

    « 4.3. Alice4.4. Alice »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 15:53

    J'allais dire "c'est beau l'amour"... et finalement, je crois que je vais m'orienter vers "ça fait mal l'amour"... Mais j'espère que Will va tout arranger et dégager cette Cass' qui nous enquiquine et qui empêche le monde des Lol de tourner rond !

     

      • Jeudi 8 Octobre 2015 à 18:40

        A vrai dire, je ne sais pas si Will a les moyens de tout arranger.  :(  

        Merci beaucoup, Arya.  <3

    2
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 17:38

    Je pensais "ben moi je la trouve pourtant pas si bête que ça, Oriane.." jusqu'au coup de la ménopause précoce XD

    Première histoire d'amour, premier chagrin pour notre héritière. Et ça fait mal :( Heureusement Vanille est là pour veiller sur sa soeur, en attendant que le temps fasse son oeuvre.

    Mais si j'étais Cassandra, je commencerais à courir parce que je sens que Vanille va venger sa soeur, et que ça va saigner ! :D

      • Jeudi 8 Octobre 2015 à 18:39

        Merci beaucoup, Mathoo, pour tes derniers commentaires.  Je suis très touchée. <3

        Oriane est un peu lente. :o

        Et Alice a la tête dans les étoiles.  Je suis heureuse qu'elle te plaise l'une et l'autre.:)

    3
    sakura5192
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 20:17

    "Si j'avais su qu'elle se moquait de moi, je lui aurais enfoncé le premier couteau de cuisine venu dans le bide, jusqu'au manche." AH bah ça a le mérite d'être clair :p mais c'est vrai que quand on aime quelqu'un et qu'un/e autre l'a...ça fait ça.

    J'aimerais bien que Cass' "meure" ou au moins disparaisse de la vie de Will aussi...t'as prévu...une sortie piscine ? ;)

      • Vendredi 9 Octobre 2015 à 14:24

        Pas de piscine de prévue mais je vais y réfléchir. :D

        Merci beaucoup <3

    4
    Vendredi 9 Octobre 2015 à 12:07

    Ohhh :'( C'est triste... mais laisse là tomber ta fichue Cassandra monsieur corbeau ! Tu vois bien qu'elle ne te mérite pas non de non !

     

    Pauvre Oriane :'( j'espère que cela va s'arranger... ils sont vraiment beaux tout les deux!

      • Vendredi 9 Octobre 2015 à 14:25

        Je trouve aussi qu'ils vont bien ensemble.  Mais bon :/  Affaire à suivre :)

        Merci beaucoup, Mano <3

    5
    Vendredi 9 Octobre 2015 à 14:05

    Olalala mais qu'il est bizarre ce Will. Pour une fois qu'Ori arrive à comprendre un truc. C'est vrai que le coup de la ménopose précoce m'a bien fait rire. 

      • Vendredi 9 Octobre 2015 à 14:26

        Oui, comme tu dis: pour une fois qu'Oriane arrivait à comprendre quelque chose! oops

        Mais bon, l'histoire n'est pas terminée. :)

    6
    Vendredi 9 Octobre 2015 à 18:00

    Rhoo la la... Mais il est aveugle Will ma parole! Comme dit Orianne :"qu'est-ce que tu lui trouves?"

      • Samedi 10 Octobre 2015 à 10:30

        Cassandra n'est effectivement pas la jeune fille la plus sympathique de la terre. :D  Merci à toi <3

    7
    Ptitemu
    Vendredi 9 Octobre 2015 à 19:13

    Par égard pour les sims vivants dans la même ville qu'elle, empêche Ori de faire quelque métier que ce soit touchant aux sciences, fussent elles humaines.... Moi j'ai foi en Will - ou plus exactement, Cassandra est tellement infecte queje ne lui donne pas une chance...

      • Samedi 10 Octobre 2015 à 10:31

        Promis, Oriane ne sera jamais médecin :D

        Merci beaucoup <3

    8
    Pythonroux
    Vendredi 9 Octobre 2015 à 20:36

    Encore une superbe lettre, pauvre petite Oriane, elle a pas de chance avec son monsieur Corbeau...

    Je me demande comment tout cela va se terminer avec notre chère Cassandra ;)

      • Samedi 10 Octobre 2015 à 10:32

        Merci beaucoup, Pythonroux. 

        Affaire à suivre, donc. :D

    9
    Lundi 12 Octobre 2015 à 22:23

    Oh mince, pauvre Oriane. J'avais lu y a quelques jours déjà mais n'avais pas pu commenter (portable). Trop déçu que son petit corbeau se débine...J'espère que ce n'est pas encore fini, j'suis sure qu'ils sont fait l'un pour l'autre...

      • Mardi 13 Octobre 2015 à 08:27

        Oui, pauvre Oriane :/  Merci, Susy. <3

    10
    Mardi 13 Octobre 2015 à 09:16

    oh comme tu as bien décrit le monde si complexe de l'amour, il y a tellement de belles vérités dedans, ha les fichues hormones!! ou ha mes chères hormones :) Il est pourtant bien mignon ce Will ils vont si bien ensemble .La chaleur de la famille rien de tel pour te remonter le moral. La douce Vanille qui la sert dans ses bras c'est superbe. tu sais vraiment emporter tes lecteurs dans ton histoire j'aime toujours autant te lire , -Cassandra- ce n'est pas la fille qui dit toujours la vérité mais que personne ne croit !! je te fais bisou Eulaline et je te remercie pour ce bel Instant en présence des Lol ♥

      • Mardi 13 Octobre 2015 à 10:00

        Mich, ton commentaire me touche énormément.  <3  Merci à toi surtout. <3

    11
    Mardi 13 Octobre 2015 à 11:00

    Pauvre Oriane .... :/

      • Mardi 13 Octobre 2015 à 11:24

        .... :/  L'amour, c'est souvent compliqué. :)  Merci, Emilie <3

    12
    Lundi 9 Mai 2016 à 22:17

    Comme c'est superbement écrit, les sentiments retranscrits à la perfection... Dommage qu'elle vive son premier émois amoureux ainsi que son premier chagrin d'amour.. Mais qu'est ce qu'il lui arrive au beau Will? j'espère vite le savoir lol

    13
    Dimanche 6 Août à 03:03

    Je voulais poster un commentaire à la fin mais Orianne a sorti la réplique qui tue, j'en pouvais plus à cause de son histoire de ménopause précoce !

    En tout cas, merci pour ce legacy, il est vraiment bien écrit, différent avec plein de personnalité !

      • Dimanche 6 Août à 09:47

        Oh merci beaucoup, Dadetine.  Je suis ravie que mon legacy te plaise :

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :