• 4.2. Alice

     

                Une seule certitude ce matin, je ne suis plus le même.  Ni vraie ni fausse, je ne suis plus l'Alice d'hier. J'ai changé! Oooh! non, je n'ai pas de poil au menton, voyons, c'est plus subtil que cela!

     

    4.2. Alice

     

               Comment dis-tu déjà Oriane : "des seins, des hanches, un mètre de plus"?  Mais cela ne date pas d'hier, mon anniversaire.

     

    4.2. Alice

     

                  Je dois réfléchir, je dois me concentrer, je dois me souvenir.

     

    4.2. Alice

     

               Quel chemin ai-je emprunté?  Le chemin est-il plus important que l'endroit où il m'a menée?  Y ai-je perdu ou gagné?  

     

    4.2. Alice

     

                   S'éveiller dans le lit d'une autre un matin...

     

    4.2. Alice

     

                    ...puis le matin suivant encore, peut-il expliquer le changement?

     

    4.2. Alice

     

                 Un sortilège peut expliquer pareille mésaventure.  Une sorcière m'a attirée et emprisonnée, c'est sûr, dans son antre; telle l'araignée tissant sa toile.  L'histoire serait belle mais ce serait un mensonge.

                  "Bonjour.  Je suis Alice et je cherche Alice.  Sauriez-vous où est passée Alice?"

     

    4.2. Alice

     

                   "Je t'attendais."

     

    4.2. Alice

     

                  Qui n'a jamais rêvé de s'entendre dire "je t'attendais"?  

                 Mais quel embarras aussi!  M'enfonçant dans un terrier, je pensais y soulever un lièvre; ...

     

    4.2. Alice

     

               ...mais c'était une vieille dame qui me serrait contre elle.

     

    4.2. Alice

     

                 J'avais fui ma maison, ma famille, éreintée par cette mascarade qu'on joue tous, tous les jours et à la moindre occasion, clowns tristes et sans texture.  Individus interchangeables, que l'on ne reconnait plus, toujours en attente d'un mot, d'un regard, d'exister.

     

    4.2. Alice

    4.2. Alice

     

              J'étais surexcitée, je voulais un ailleurs où je me sente à ma place, où le silence serait roi.  Je cherchais Alice, ma petite fée.  Je ne l'avais pas oubliée et pourtant malgré mes suppliques, je n'entendais plus sa petite voix grésillante.  C'était moi, à présent, qui geignais:

                 "Me vois-tu?  Me vois-tu?  Me vois-tu?"

           Elle n'était plus auprès de moi.  Elle m'avait abandonnée.

     

    4.2. Alice

    4.2. Alice

     

                 Ma musique était devenue papier de verre et mes oreilles en auraient saigné si je n'avais froncé le nez.

     

    4.2. Alice 

     

              Je devais partir, c'était l'urgence.  Et je laissais derrière moi les paroles de colère et d'apaisement.

                 "Elle reviendra, François.  Elle reviendra."

                  "Et si elle ne revient pas.  J'irai la chercher comme je l'ai fait pour toi."

                  "Elle reviendra."

     

    4.2. Alice

     

                Je ne voulais pas revenir.  Pourquoi serais-je revenue?  J'étais libre, seule, sans personne pour me juger différente, bizarre.  Je n'avais qu'à lever les yeux et le monde m'appartenait si je le voulais, d'un geste, un seul.

                  Le temps n'existait plus.  Qui j'étais - Alice?  pas Alice -  n'avait plus d'importance.

     

    4.2. Alice 

    4.2. Alice4.2. Alice

     

                "C'est ici ta place, au milieu de nulle part, toi qui n'es plus vraiment Alice.  Toi qui ne l'as jamais été vraiment.  Le sens-tu?"

     

    4.2. Alice

     

     

                  Et soudain: l'absence.  Qui écoutera ma musique si je suis seule?  Pour qui jouerais-je si personne ne peut m'entendre.

     

    4.2. Alice 

     

               "La musique est offense, trahison à l'harmonie, à la vie."

     

    4.2. Alice 

     

               "... Ecoute le silence.  Le silence c'est la vraie, la seule harmonie.  Le seul son qui soit parfait."

                La musique, une offense?  

                C'est sornette, vieille dame.  Mon père est musicien et il sauve des vies.

     

    4.2. Alice 

     

                "Et ta mère, est-elle musicienne?"

                Non, elle ne l'est point, la pauvre, et doit se contenter de ne sauver  que des choses.

     

    4.2. Alice 

     

                "Les choses sont importantes aussi."

                Moins que les gens... moins que les fées.

     

    4.2. Alice 

     

             "C'est ici que tu trouveras ce que tu cherches.  Dans le silence.  Sois ermite, prends ma place et tu trouveras ce que tu cherches."

     

    4.2. Alice 

     

                 Et j'ai cherché.

                 Et j'ai pris papillons, libellules et lucioles pour fées.

     

    4.2. Alice

    4.2. Alice 

     

                 C'est là que j'ai compris...

                 ...ou plus tard, lorsque je suis rentrée et que je découvris que l'on m'attendait, sans colère ni reproche, juste avec soulagement.

     

    4.2. Alice 

     

                  J'ai compris.

                 J'ai compris que j'avais perdu mon âme d'enfant, je n'étais plus l'Alice d'avant et pourtant, il me semblait entendre à nouveau chuchoter cette petite voix qui m'avait tant manquée.

                   Alors, au détour d'un chemin - était-ce un chemin? -, au détour d'un rêve? - était-ce un rêve?- à deux pas, je l'ai aperçue.

     

    4.2. Alice 

     

                     Elle riait doucement.  Elle n'était plus seule.

     

    4.2. Alice

     

               Alice, ma petite fée, d'un battement d'ailes me remerciait et me renvoyait à ma vie.  

     

    4.2. Alice 

     

              Elle ne serait plus jamais seule.  Elle n'était pas chez elle, pas encore.  Mais de ce monde, elle le faisait sien, en attendant, en patientant, en riant et jouant à gorge déployée et m'enjoignait d'en faire autant.

             Je pouvais repartir, apaisée, libérée.          

             J'ai compris, oui, elle me libérait de ma promesse.  

            A présent, j'avais un autre chemin - Était-ce un chemin?- à emprunter, un autre rêve  - Était-ce un rêve?- à accomplir.

            L'Alice d'hier n'avait pas totalement disparu mais elle avait grandi.  Différente, taciturne, bizarre, je l'étais toujours; mais il me fallait encore grandir et faire de ce monde mon monde, en attendant mieux, en patientant.  Et qui sait? Au détour d'un chemin - Sera-ce un chemin? - au détour d'un rêve - Sera-ce un rêve? - je trouverai celui qui attend que je l'éveille de son long sommeil et ensemble, nous pourrons grandir et vieillir au son d'un même rêve, comme les autres le souhaitent; comme je le souhaite à présent.  En cela, je crois à présent.             

                         

    4.2. Alice

     

               Oui, en cela, je crois.  Tout comme je crois, même si mes conseils sont foireux, qu'il serait bien que tu abandonnes tes couettes si tu veux que ton prince te voit telle que tu es devenue.    La Oriane d'hier n'est plus tout à fait celle d'aujourd'hui.  Il serait bien que les autres le sachent.              

                 Tendres baisers,

     

    4.2. Alice

    Alice

     

     

    "Ma chère Lola,

    Je suis comme toi, abasourdi et baba d'effroi face à nos héritiers et avoue n'avoir compris rien à cette maudite lettre.

    Après les fées, c'est un prince charmant qu'elle cherche, Alice.  Croit-elle le trouver dans un cercueil de verre, entouré de sept nains?

    Oooh misère!  On est foutu!

    Bisous affolés,

    4.2. Alice

    Romuald." 

                   

     

     

    « 4.2. Oriane4.3. Oriane »

  • Commentaires

    1
    Ptitemu
    Vendredi 25 Septembre 2015 à 18:41

    Moi j'adore ces deux chapitres, même si c'est vrai qu'Alice est un peu rêveuse pour moi, par contre les images sont juste MA GNI FIQUES !!!

     

    Quant à Oriane, je l'adore... J'ai hâte de voir ce qu'elle va donner...

    2
    sakura5192
    Vendredi 25 Septembre 2015 à 22:18

    La réaction de Romuald XD (j'ai pensé pareil ^^)

    3
    Samedi 26 Septembre 2015 à 10:48

    @Ptitemu: merci merci merci <3

    @Sakura : :D et merci <3

    4
    Samedi 26 Septembre 2015 à 11:15

    La nouvelle génération est extraordinaire! Ces deux filles aussi tarées et touchantes l'une que l'autre, c'est juste génial!

    5
    Samedi 26 Septembre 2015 à 11:18

    Oh merci beaucoup, PrincesseSey, je suis très touchée <3

    6
    Pythonroux
    Samedi 3 Octobre 2015 à 18:46

    J'adore ce chapitre avec la petite Alice pas-Alice ;) elle m'a l'air de nouveau sur les bons rails à la fin de son périple ^^

    Le petit mot de Romuald me fait trop trop rire ^^yes

    7
    Dimanche 4 Octobre 2015 à 10:35

    Alice est vraiment très jolie ^^ J'aime beaucoup son caractère rêveur :)

    8
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 00:58

    je suis enfin passée et je me suis replongée avec délice dans les bras d'Alice cet épisode est merveilleusement écrit, j'aime ta vision de la jeunesse qui passe et de l'insouciance , j'aime particulièrement l'image d'alice et la lune toute ronde juste un brin de feuille qui vient en dessiner une ombre , comme dans la vie tout n'est pas complètement rond ni blanc ni sombre, Merci pour cet Instant ici , à replonger plus souvent ♥

    9
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 17:09

    Wouah, Eulaline... ce chapitre me laisse sans voix ! Tu m'as impressionné et surpris plus d'une fois, mais dans ce chapitre l'écriture est juste... wouaouh ! :O

    Bienvenue chez toi, nouvelle Alice ! :)

    10
    Lundi 9 Mai 2016 à 21:48

    qu'est ce qu'elles sont belle les photos <3

    J'adore également Alice, petite rêveuse.. et oui, les temps on changés....

    Romuald à la fin mdrrrr

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :