• 3.7. Jade

     

     

                   Cher camarade de galère légacienne, cher cousin éloigné, cher François,

     

                   Cela va te surprendre mais sache que je me réjouis d'apprendre que toute ta famille et toi-même ne vous contentez pas d'aller bien.  Oui, même moi, je peux me réjouir du bonheur des autres. Je ne suis  pas si mauvaise que ça; même s'il m'arrive d'être bien pire.

     

    3.7. Jade

     

                    François, tu t'inquiètes de mes enfants à demi mot et je t'en remercie.  Mes filles, Aphrodite, Vénus et Oriane, à l'heure où je t'écris, se portent bien.  J'ai pour habitude d'être honnête avec toi. Dès lors, je me tiens à préciser que si tel est le cas, ce n'est pas parce que j'ai pris un soin particulier à les protéger.  Rien ni personne n'auraient pu m'empêcher de mener mon enquête sur le maestro jusqu'à son terme.

     

    → Mon enquête sur le maestro ou comment je suis vraiment trop maligne

           "Passez le bonjour pour moi au Maestro et remerciez-le de ma part.  Grâce à lui, le nombre d'affaires résolues ne fait que croître.  Parlez-en autour de vous, mesdames, messieurs, à vot' bon cœur."

     

    3.7. Jade 

     

            "Bien sûr, tu as agi seul.  Mais sache que si tu es là, c'est parce que le maestro l'a voulu..."

             Blablabla...

     

    3.7. Jade

     

                     "Lorsque tu dis que tu as agi seule, je te prends au mot.  Mais sache que c'est le maestro qui a voulu que tu sois en face de moi, aujourd’hui..."

    blablablala

     

    3.7. Jade

     

                   Le but de l'opération était clair.  Déstabiliser la position du maestro, le faire vaciller.  J'avais compris qu'il n'était jamais ni le tueur, ni le voleur, ... mais il était le marionnettiste de bon nombre d'entre eux et il aimait à me faire savoir que c'était lui le maître du jeu.  Semer le trouble dans ses troupes, faire douter ses petits soldats était le plus sûr moyen de m'approcher de lui.

                    Sans cesse les mots de mon indic' de choc tournaient et tournaient encore dans ma tête jusqu'à l'obsession.

               "Je te réponds qu'il est là, partout, pas loin, multiple, nombreux et pourtant unique, les mains propres mais aussi sales qu'un gamin jouant dans la boue."

     

    3.7. Jade

     

                  Peu à peu cette charade devenait claire dans mon esprit, elle prenait du sens, enflait et je pouvais à présent lui donner forme.  Oooh... pas encore totalement mais je m'approchais, tout doucement, furtivement, obstinément.  Et ce fut également ce que me confirma mon fameux indic'. 

                    "Ça commence à s'égayer, Jadinette.  Le banc de poissons s'agite.  Les "on dit" de défection deviennent plus précis.  Les multiples ont la trouille.  Tu leur as fiché la trouille, ma douce."

                          "C'est le but, mon ange.  Tiens-moi au jus pour le cas où un rossignol voudrait se mettre à chanter."

     

    3.7. Jade 

     

                      Et vint le coup de fil attendu:

                      "Alors, mon bonbon en sucre, tu as du nouveau pour moi?"

                      "Un rossignol, ma Jadinette." 

     

    3.7. Jade

     

                     Effectivement, la faucheuse me l'avait indiqué discrètement.

     

    3.7. Jade 

     

                               Il me suivit sans faire d'histoire.

     

    3.7. Jade  

                                

                             Sa façon de me regarder avait de quoi glacer le sang des plus avertis...

     

    3.7. Jade

     

                        ...mais au petit jeu du "je te fixe, vas-y, baisse les yeux et reconnais-moi comme ton maître", je suis la plus balèze de tous.  C'est connu.  

     

    3.7. Jade

     

               Le gars devait savoir à qui il avait affaire si je voulais qu'il se confie comme un enfant à sa mère, un chrétien à son confesseur, un tueur à sa victime.  Il devait penser être en confiance et imaginer que ce qu'il me dirait resterait à jamais entre nous.  Alors, sans transition, lorsque son regard a lâché le mien:

                               "Pas d'enregistrement, pas de collègues, pas d'écrit, rencontre informelle, cordiale seul endroit sûr, ni vu ni connu, parlez-moi du maestro."

     

    3.7. Jade

     

                        Je prononçai exactement les mots qu'il voulait entendre, j'avais pris la tête du béni de la crèche qu'il voulait voir.  Le moulin à paroles se mit en marche, le barrage céda et j'écoutai, comme je savais si bien le faire.

     

    3.7. Jade 

     

                           J'en appris beaucoup sur le maestro, sur sa façon d'agir.  Subrepticement, il se glissait dans la vie de ses marionnettes, à un moment où celles-ci étaient particulièrement vulnérables.  Tel un ange surgi des enfers, c'est ainsi que celui-ci le qualifiait, le maestro les tirait des situations difficiles dans lesquelles elles s'étaient embourbées, les déculpabilisait de toutes pensées impures, cultivait la violence ou la colère de ces victimes et en faisait des héros des temps modernes.  Du baratin de gourous, quoi.  Une saleté de gourou, voilà ce qu'était ce maestro et ses adeptes étaient des bombes en colère, prêtes à se faire exploser pour lui... ou presque, comme le démontrait Charly, assis en face de moi qui avait eu la trouille que le maestro ne le vende ou le sacrifie à mon son bon plaisir.

     

    3.7. Jade

     

                      "Tout ce que vous me racontez est extrêmement intéressant, Monsieur Charly.  Vous avez été l'un des seconds couteaux du maestro, avez recruté vous-même, avez relayé son dogme et relayé son message.  Je suis très admirative du courage qu'il vous a fallu pour quitter tout ça.  Mais si vous voulez vraiment obtenir la paix que vous réclamez, j'ai besoin et vous le savez d'un nom.  Dites-moi qui est le maestro."

     

    3.7. Jade 

     

                             "Je ne sais pas."

                              Il ne sait pas.  Il ne sait pas?  Il ne sait pas!  Il se fiche de moi, le gars ou quoi?

                              "Heink... Vous ne savez pas?!  C'est pour rire?  Je veux un nom, une adresse.  Vous ne quitterez pas cette pièce tant que je n'aurai pas le début du commencement, la première syllabe ou la première lettre de cette saleté de nom que je veux."

     

    3.7. Jade

     

                                   "Je vous en prie, Madame Lol, si je connaissais ce nom, vous savez comme moi que je ne serais pas assis aujourd'hui en face de vous à vous parler."

     

    3.7. Jade

     

                              Le sens du spectacle, il a le sens du spectacle, le gourou.  Toujours apparaître lors de cérémonie où nul ne voit son visage.  Des années à supprimer sa propre ombre ou ceux qui l'aurait devinée.  Messages papier ou électronique, un mode de transmission sûr qui passe de main en main. Bref, je compris vite que le vieux gamin, cette chiffe molle, assis en face de moi n'avait plus rien à me donner.

                               Ne jamais sous-estimer l'ennemi!  Jamais!  Je le savais pourtant... aaarrrggghhh!  Il me fallut une bonne dose de concentration pour ne pas m'étouffer avec ma propre langue.  Quelle naïve, je faisais.  Il fallait que je renverse la situation.

     

    3.7. Jade

     

                       "Et à moi, dites-moi, qu'est-ce qu'il me veut, le maestro?  Quel est le lien entre lui et moi?  Dites-moi ce qu'on raconte, dites-moi pourquoi il m'envoie ces messages?"     

                     

    3.7. Jade

           

               Je lus dans les yeux du transfuge à ce moment qu'il réalisait à quel point il avait eu raison de quitter le maestro, qu'il venait de comprendre que je n'avais ni menti, ni bluffé, qu'il y avait eu des sacrifiés et que le maestro les avait voulus et désignés.  Plus personne n'était en sécurité auprès du maestro tant ... tant que je serai en vie.

                  Oh!  Je n'ai pas eu peur, sais-tu.  Le maestro jouait avec moi pour une raison ou une autre mais surement pas pour permettre qu'on me tue.  L'un de ses derniers messages parlait de valser avec moi; on ne valse pas avec une morte; c'est comme aux échecs, on protège toujours sa cavalière... à moins que ce ne soit sa reine?

                    Bref, je voyais le gars danser sur sa chaise comme une gamine qui doit aller au petit coin, il était temps que je le relâche dans la nature.  Sa langue bien pendue allait faire des merveilles, j'en étais sûr.  

                 Alors que je me levais et m'apprêtais à lui demander d'en faire autant, un frisson me parcourut l'échine dorsale.

                   "On dit que vous avez un contrat sur son sommeil au maestro.  Je commence à comprendre pourquoi, vous auriez fait une recrue de premier choix."

                     Je ne pus m'empêcher de sourire.  Quel bonheur d'imaginer que j'empêchais le maestro de dormir.  Moi, je dormais comme une souche, comme une pierre, comme une bienheureuse chaque nuit.

     

    3.7. Jade

     

    → Quand vies privée et professionnelle s'emmêlent encore

     

                   "Et bien chef, vous avez l'air crevée.  Il serait pas l'heure de rentrer chez vous?"

                   J'aime bien quand on m'appelle "chef".

                   "Si, Casper, je vais y aller.  Il me tarde de retrouver ma petite famille."

     

    3.7. Jade

     

                         C'était vrai et j'adorais dire "ma petite famille".  Ils m'attendaient tous: mon beau mari et mon petit lingot d'or qui ne tarderait pas à devenir une enfant.

     

    3.7. Jade 

     

                        Mes deux pipelettes, Aphrodite et Vénus, qui lorsqu'elles ne révisaient pas, ...

     

    3.7. Jade

     

                   ...s'acharnaient à vouloir m'apprendre les échecs.  Tiens, elles, elles auraient su si on protège sa cavalière ou sa reine.

                             "Allez, les filles, j'aime pôs les échecs.  Je termine mon assiette et on "plouffe" dans la piscine?  Celle qui reste en apnée le plus longtemps aura le droit de donner un gage aux deux autres. Allez, dites oui à maman."

                    "Maman, arrêteuh, tu ne veux pas apprendre, tant pis pour toi. Nous, on termine la partie.  Toi, vas mettre ton maillot, on verra après."

     

    3.7. Jade

     

                                  "Promets à maman, mon bébé, que toi, tu viendras avec elle jouer dans la piscine."

     

    3.7. Jade

     

                         Les deux aînées-là, je devais les traîner au parc le week-end.  Si elles avaient pu, elles auraient vécu en recluses toute leur enfance dans la maison.  Le seul loisir qu'elles s'accordaient, c'était manger de la glace sur notre terrasse.

     

    3.7. Jade

     

                     Et une fois  au parc, crois-moi,je n'ai pas vraiment l'impression qu'elles s'éclataient...

     

    3.7. Jade

     

                            ...et elles juraient lorsqu'elles rentraient contre la terre entière.

     

    3.7. Jade

     

                         Mais bon, c'était l'occasion pour moi aussi de rencontrer ma sœur, Estelle.  Cela me faisait du bien de la voir.  Je n'allais pas me priver quand même.

     

    3.7. Jade

     

                         D'ailleurs, c'est Estelle qui gentiment, au parc, me rappela que j'avais promis de passer chez Adeline voir Esther, son infernale fille (qui venait de devenir ado... oh ben ça alors, comme le temps file!)

     

    3.7. Jade

     

                 Je décidai de ne pas reporter au lendemain ce que je pouvais faire le jour même; mais plutôt que de traîner mes filles chez Adeline, j'invitai Esther à passer me voir.  Ainsi, je pourrai tout en papotant m'occuper de mon petit lingot d'or.

     

    3.7. Jade

     

                   Et c'est là que les événements se sont enchaînés. 

                     L'arrivée d'Esther concorda avec l'incendie que les filles, dans l'euphorie du retour à la maison déclenchèrent.

     

    3.7. Jade

     

                    J'aurais dû suivre mon instinct et après cette montée d'adrénaline exiger que tout le monde bulle dans la piscine.  Mais, non, évidemment, il faut toujours que je fasse du zèle quand une mission m'est confiée!  

                      Je me retrouvai donc empêtrée dans une conversation avec une ado désagréable qui pensait détenir la clé de tous les mystères de l'univers.  Je faillis mourir d'ennui tandis qu'elle me débitait d'invraisemblables bêtises sur le droit de vie et de mort que cette jeune pimbêche avait sur sa sœur.  Elle justifiait son attitude de bourreau vis à vis de sa sœur de la façon la plus simple qui soit:

                   "C'est grâce à moi qu'elle est là.  Elle me doit tout."

     

    3.7. Jade

     

                        Dans la vraie vie, je me contentais de recevoir les aveux des uns et des autres.  Mais là, on attendait de moi que je remette cette jeune fille sur le droit de chemin.  J'avoue, j'étais un peu mal à l'aise.  Moi-même, pendant des années, je me suis régalée d'avoir une cour à mon service, prête à tous les sacrifices pour veiller à ma magnificence.  Cela dit, je ne les avais jamais maltraités, mes bras gauche et droit et autres sbires qui spontanément se mettaient à mon service.

                         J'attaquai la gamine par le revers:

                         "Astrid, ta sœur te doit tout parce que tu lui as rendu un fier service en la faisant venir au monde?  En échangeant les pilules de ta mère adoptive par des bonbons?  C'est ça, l'histoire?  Mais elle ne t'avait rien demandé, ma petite cocotte.  Elle n'a aucune raison de te rendre la pareille, ce serait plutôt toi qui devrais être à son service et te démener pour lui rendre cette vie que tu lui as "donnée" agréable, la moins difficile possible? Comme une mère le fait pour son enfant, tu ne crois pas?"

     

    3.7. Jade 

     

                           "N'importe quoi, Tata.  Une mère se comporte comme ma mère, elle abandonne son gosse quand il ne répond pas à ses attentes.  Et Astrid est ma chose parce que c'est grâce à moi qu'elle est là.  Point. Et je..."

                  Je coupai le son un instant puis un frisson lécha ma nuque, je sursautai:

                  " ...et le maestro est d'accord avec moi.  Je suis certaine que si quelqu'un d'autre était au courant, il serait d'accord avec moi.  D'ailleurs, je suis surprise que toi, tu ne le sois pas, Tata, parce qu'il est évident que..."

     

    3.7. Jade 

     

                       Je n'en croyais pas mes oreilles.  Je restais là à fixer sans pouvoir ni bouger ni respirer.  Qu'est-ce que venait faire le maestro dans ma maison?

                          Je me sentis durcir de l'intérieur.

                           "Le maestro, ché maestro, Esther?"

     

    3.7. Jade

     

                              La gamine ne sembla pas hésiter un instant. 

                                 "Ben, le MAESTRO, quoi.  Le seul, l'unique.  Il est génial, je voudrais tellement le rencontrer.  C'est lui qui m'explique comment sont les choses: la loi du plus fort, tout le potentiel qu'il a décelé en moi.  Je peux tout lui dire, il me comprend, il m'accompagne, il est toujours là pour moi.  Il est juste merveilleux.  Peut-être que toi aussi, un jour, Tata, tu auras la chance que le maestro pose les yeux sur toi.  Il ne faut pas désespérer, il n'est jamais loin.  S'il reconnait un potentiel en toi, il viendra.  Si tu veux, je peux lui toucher un mot; même s'il n'aime pas beaucoup ça, je pourrais faire une exception pour toi."

     

    3.7. Jade

     

                              Un tas de questions se bousculèrent et elle répondit à toutes.  C'était un miracle!  

     

    3.7. Jade

     

                              Une étrange euphorie me parcourut toute entière.  J'étais à deux doigts me semblait-il de toucher la vérité.  Il restait une question essentielle.  Qui était-il? Quel était son nom? Cela, évidemment, elle l'ignorait.

                        Mais, ce maestro s'était présenté à elle, sachant pertinemment ce qu'il en était de la conception d'Astrid, sa sœur.  Si j'arrivais à tirer ce fil, je ferrerais le maestro et découvrirais son identité.  Je retins du mieux que je pus mon excitation.

                             "Comment le maestro a-t-il su pour les pilules kikirikiki, Esther?"

                              "Bah, c'est parce qu'il sait tout, évidemment.  Il est merveilleux, je te dis.  Il me connaît mieux que moi-même."

                                "Tu ne l'as jamais raconté à personne, tu es sûre?"

                                 "Ah ben si, à toi, c'est à toi que je l'ai raconté!  Tu penses bien que je n'allais pas l'ébruiter.  Même Astrid n'en sait rien et le maestro m'a dit qu'il n'était pas utile qu'elle sache.  C'est dans l'ignorance que la servilité s'épanouit."

     

    3.7. Jade 

     

                             "C'est dans l'ignorance que la servilité s'épanouit."  Voilà une phrase qui aurait plu à Mamie Lola, elle qui s'était battue toute sa vie pour rendre accessible la culture et la connaissance à tous afin de tenir éloignée la barbarie.  J'y réfléchis un instant puis décidai qu'il était l'heure qu'Esther rentre chez elle.  J'avais assez travaillé pour un jour de congé.  J'avais besoin d'air, d'espace et de silence.  Qu'est-ce que ça peut causer une ado!

                                 "Allez, bye, ma louloute.  A un de ces jours, on s'appelle, on se fait une bouffe."

     

    3.7. Jade

     

                                  Bien sûr, j'avais laissé échapper le but premier de cette rencontre avec Esther: faire en sorte qu'elle se comporte mieux avec sa sœur.  En même temps, ce n'était pas en un jour que l'univers s'est mis en place, hein.  Je me promis d'y revenir plus tard.

                                       Ce qui m'embarrassait vraiment, c'était que je ne croyais pas vraiment à un maestro omniscient qui saurait tout sur tout le monde y compris les secrets les mieux gardés.  Et évidemment, la fuite, puisqu'elle n'était pas venue d'Esther, devait venir de moi.  A qui avais-je confié le secret de cette petite gamine?

     

    3.7. Jade 

     

                               Et là, mes boyaux se mirent à rugir, en se grimpant les uns sur les autres.  A qui?  A qui est-ce que je raconte tout?

                                A Théo, mon mari.

                                Oooh, Théo, pauvre ange... avait-il lui aussi succombé à l'appel du maestro?

                                Je me jetai sur les tablette et ordi de mon amoureux, comme une damnée.  C'était d'après Esther le moyen de prédilection du maestro pour s'entretenir avec ses camarades de jeu. C'était ainsi d'ailleurs qu'il procédait avec moi.

     

    3.7. Jade

     

                                  Je passais beaucoup de temps au travail sur les ordinateurs, je n'avais plus eu depuis belle lurette l'envie de poser mon derrière derrière cet ordinateur-là.  Je me rendis rapidement compte que celui-ci tenait plus du coffre-fort que de l'ordinateur d'un petit scribouillard.  C'était la carrière pour laquelle Théo avait opté; sans doute pour que je ne m'inquiète pas du temps qu'il pouvait passer derrière cet écran.

                            Je n'ai pas une compétence en programmation niveau 8 pour rien.  Les fichiers cryptés et cachés ne le restèrent pas longtemps.

     

    3.7. Jade

     

                                 Et un avec un grognement sourd, les pièces du puzzle s'envolèrent et composèrent le visage du maestro.

     

    3.7. Jade 

     

                                        Le maestro était Théo, mon mari.  Il ne faisait pas partie de l'organisation, il était l'organisation.  Et finalement, si je n'avais pas été aveuglée par mes sentiments, je l'aurais découvert bien plus tôt.  

                                         Qui me connaissait mieux que quiconque?  Théo.  

     

    3.7. Jade

     

                  Qui avait pu convaincre Polo et avant lui Rodrigue de disparaître?  Théo.    

                  Comment expliquer toutes ces nuits pendant lesquelles je me retrouvais seule, à l'attendre?

     

    3.7. Jade

     

                    Toutes ces nuits où embarrassé à l'idée de m'éveiller, il sortait de la chambre, pensant que je dormais?

     

    3.7. Jade

     

                         J'aurais pu contrer facilement ces petits indices, mais le fichier intitulé : "Appelez-moi, maestro" suffit à me convaincre.  Il était un ramassis d'idioties, les bases mêmes de la pensée "bienveillante" du maestro.  Comme étourdie, je finis par lâcher mes recherches, éteignis l'ordinateur et me levai.  J'avais trouvé.  J'aurais dû être heureuse et pourtant, pourtant, dans ma tête ces quelques mots voltigeaient et enflaient:

                           "Ça y est: je suis au bout de ma vie."

     

    3.7. Jade

     

                                     J'ai fait la seule chose dont j'étais encore capable.  J'ai serré mon petit bébé, pas pressé de quitter le couffin.

     

    3.7. Jade

     

                 Je l'ai serrée très fort.  J'ai dû laisser s'échapper un petit cri d'animal sauvage.

                                     "Ça va, maman?"

                                  La voix de ma fille, tournée vers moi, m'est arrivée comme étouffée dans du coton.

     

    3.7. Jade 

     

                                 Je me forçai à ne pas répondre.  Non, ça n'ira plus jamais, ma chérie.  J'ai menti.

                                      "Oui, ça va bien, ma puce."

                                Avant qu'il ne franchisse la porte, je l'ai senti dans mon dos, ce souffle chaud qui me transporte toujours lorsque Théo est à proximité de moi.  

     

    3.7. Jade

     

                             Et j'ai fait, la seule chose que j'étais capable de faire....  

     

    3.7. Jade

     

                             Je me suis serrée contre lui, très fort, à m'y perdre, à m'y étouffer.  J'aime tellement son odeur, j'aime tellement son sourire, sa voix, sa douceur, son rire aussi.

     

    3.7. Jade

                       

                                            "Oh, mon amour, partons.  Partons, Théo, toi et moi, très loin, tous les deux, juste tous les deux."

     

    3.7. Jade 

     

                              Il a fermé les yeux, douloureusement ou parfaitement heureux? ne parvenant pas à y croire?  conscient que je savais?       

                                          Il a chuchoté.  Sa voix était rauque et émue.                

                           "Oui, bientôt.  Oui, bientôt, nous partirons. Oui, nous partirons tous les deux, juste tous les deux, mon cher ange."

     

    3.7. Jade

     

                              Lorsqu'il a rouvert les yeux, j'y ai lu qu'il avait compris.  J'avais tellement plongé dans ce regard-là et aussi surprenant que cela puisse te paraître, je n'y avais jamais vu l'ombre et les démons qui s'y tapissaient.

     

    3.7. Jade

     

                              J'ai soutenu son regard.  Au jeu du "je te fixe, vas-y, baisse les yeux et reconnais-moi comme ton maître", c'est moi, la plus balèze.  

     

    3.7. Jade 

     

                            Il a ri, m'a fait tournoyer, valser et embrassée.  

     

    3.7. Jade

     

                            Notre dernière danse, les premiers pas de notre dernière danse.  Et c'était lui qui avait l'avantage, il l'avait toujours eu.

                              "Je t'aime, Jade."

                             Sa voix douce et chaude m'a fait chavirer et j'ai fermé les yeux.       

                                   "Moi aussi, je t'aime, Théo.  Je t'aime tellement..."                 

     

    3.7. Jade

     

                       Prends soin de toi, mon cher François, mon cher cousin éloigné, mon cher camarade de galère légacienne.

     

    Jade 

    3.7. Jade

     

     

    Imagine Dragons - Daemons 

    [...]When you feel my heat
    Look into my eyes
    It's where my demons hide
    It's where my demons hide
    Don't get too close
    It's dark inside
    It's where my demons hide
    It's where my demons hide[...]

    « 3.6. François3.7. François »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 20:25

    Mais tu es purement et simplement machiavélique ! Je n'ai commencé à ouvrir les yeux, tout comme Jade, qu'au cours de ce chapitre. Le Maestro, ce n'est pas Théo ! C'est toi  Eulaline !

    2
    Pythonroux
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 20:35

    j'adore ce dernier chapitre ^^ et la musique de fin, elle me fait frissoner ;)

    pauvre Jade, ce rendre compte que c'est son cher Théo qui est finalement le Maestro, cela ne doit pas être facile à encaisser tout de même... vivement le prochain chapitre des aventures de Jade.

    3
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 21:08

    Hum, depuis la dernière lettre de Jade, je soupçonnais Théo, et avec raison... L'habitude des policiers, ce sont souvent les personnes les plus proches du héros ou de la victime qui sont les méchants ^^

    En tout cas bravo, tu as mené cette affaire du Maestro avec maestria ! :) On sentait le suspense aller en crescendo, l'étau se resserrer autour de Jade, pour finalement devoir faire face à la terrible révélation ! Encore bravo pour ce travail, comme d'habitude tout en délicatesse et subtilité ! :)

    4
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 21:19

    Alors comme ça c'est ce cher (canon) de Théo qui est: the maestro loool, j'aurais pas cru mdr

    Lais bon tout se passera bien, car ce cher Théo aime infiniment sa chère Jade donc finalement ça devrait le faire! (j'espère) 

    En tout cas félicitation, tout est bien mené, j'adore ♥

    5
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 22:10

    J'en était suuuure ! J'étais sur que ça pouvait être que lui, ça coulait de source <3

    Notre Jadounette est vraiment forte ;) En tout cas, j'espère que tout ira bien pour eux ! 

     

    Bravo pour l'intrigue ! vivement la suite ! ;3

    6
    Lundi 7 Septembre 2015 à 08:42

    @Arya encore merci merci.  <3 Je suis très flattée.  Je suis heureuse de t'avoir embarquée dans l'histoire et surprise aussi.  Il faut dire que ce jeu est génial et que la carrière "police" m'a vraiment inspirée.  

    @Pythonroux merci  <3  La suite des aventures de Jade risquent d'être assez compliquée. :/  Ce n'est pas un personnage "facile"., Jade

    @Matoo Sims <3  merci  Je suis très touchée.  Forcément, le maestro ne pouvait pas surgir de nulle part, il devait être un proche de Jade, il la connaissait si bien. :)

    @legsims-Marie merci  <3  Pour la suite, je ne sais pas encore ce qu'il va en advenir, mais je ne pense pas que ça risque d'être compliqué. :/

    @Mano-74 merci <3  Pour la suite, comme je le disais, je ne suis vraiment pas sure que le chemin s’aplanisse tranquillement.

     

    Encore merci merci à vous tous.  Je suis très touchée que l'histoire du maestro vous ait plu.  J'espère que vous ne serez pas déçus par la suite. 

    7
    Agathe2013
    Lundi 7 Septembre 2015 à 11:11

    oh pauvre Jade ! Comment vas-t'elle réagir maintenant ? Je crains pour la suite.... Et saurons-nous pourquoi Théo est devenu le Maestro ?


     


    Que de révélations dans cette lettre ! Mais c'est vraiment super ton histoire, le niveau est déjà haut, qu'en sera t'il de la suite ? smile Merci de nous faire rêver.

    8
    Lundi 7 Septembre 2015 à 13:59

    Merci Agathe2013 <3  ralala.. la suite, c'est l'inconnu pour l'instant.  Je me pose un peu chez François et je reviens voir si le jeu me pousse dans un sens ou dans l'autre.  Pour les raisons qui ont fait de Théo le maestro, il y aura, si ma partie me le permet, probablement une confrontation prochaine entre lui et Jade qui devrait expliciter un peu les choses.  

    9
    Aline
    Mardi 8 Septembre 2015 à 20:47

    Waw !


    Je m'étais demandé à un moment si ce n'était pas sa potine la faucheuse... mais j'avoue ne pas avoir pensé à ça !


    Tu as vraiment une super façons de romancer ton Legacy ;).


    Bonne continuation.


    Aline

    10
    Mercredi 9 Septembre 2015 à 11:01

    Merci beaucoup, Aline.  Je suis très touchée.  <3

    11
    Ptitemu
    Vendredi 11 Septembre 2015 à 13:10

    Arrghl ! MAIS QUE VA T IL SE PASSER MAINTENANT !!!!!!!!

    12
    Vendredi 11 Septembre 2015 à 19:10
    OH MON DIEU!!! QUOI???COMMENT??? Wow....
    13
    Jeudi 18 Août 2016 à 19:47

    J'avais eu un doute et bien c'est confirmer c'est Théo shocked

    Pauvre Jade découvrir que c'est son mari depuis tout se temps. Maintenant que va-t-il se passer eek

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :