• 3.6. Jade

     

     

                          Cher camarade de galère légacienne, cher cousin éloigné, cher François, 

                         Je lis que, de ton côté, on est passé en mode bisounours.  Et bien, ce n'est pas du tout le scénario que j'avais imaginé.                 

     

    3.6.  Jade

     

                         Ta Juliette m'en bouche un coin.  Moi, si j'apprends que mon mari s'en est allé butiner ailleurs, je lui coupe son biscuit et le laisse se vider de son sang sur le carrelage de la salle de bain.  Il est prévenu (je lui raconte tout à mon mari, sauf mes histoires de boulot, évidemment).  

            Imbue de moi-même peut-être ou pas, je m'en tape: prévention, action, réaction, sanction.  Je suis flic et fière de l'être.

              De toute façon, je ne prends pas de risque avec Théo, c'est juste le compagnon...

     

    3.6.  Jade

     

                 ...et le père idéal.  

     

    3.6.  Jade 

     

            S'il y a une personne en qui j'ai confiance sur cette fichue planète, c'est bien lui, mon homme, mon roudoudou d''amour un peu fou qui me rend folle.

     

    3.6.  Jade

     

              Revenons à nos moutons:

     → Des nouvelles du Maestro

      Pendant toute ma grossesse, El maestro l'avait jouée timide, la partie.  Je n'avais plus eu de nouvelles de sa part.  Mais voilà que très vite un cadeau de naissance made in Maestro pour mes jumelles me parvint.

                    "Bienvenue à Vénus et Aphrodite dans ce monde de brutes, Jade.  Amuse-toi bien.

                  Avec toute ma tendresse,

                   El Maestro."

           S'en suivait une adresse, celle d'une nouvelle affaire qui venait de m'être assignée.  Comme par hasard.

     

    3.6.  Jade 

     

                 Cette fois, j'en étais sûre, j'allais découvrir un nouvel indice qui me conduirait à ce diablotin de pacotille.  Les heures du Maestro était comptée, je voyais venir l'instant où il allait ravaler son tutoiement et me vouvoyer comme il convient à une dame de ma trempe.

                 Le même vertige, le même frisson de plaisir m'accueillirent sur la scène du crime.  Ou plutôt des crimes: quatre marques blanches à même le sol! De douces vibrations  coururent tout le long de mon échine dorsale et secouèrent mon corps tout entier.

     

    3.6.  Jade 

    3.6.  Jade

     

                               L'affaire devint moins plaisante lorsque j'appris l'âge des victimes, quinze ans, et les circonstances de ces morts, empoisonnement.  Etre devenue mère devait m'avoir rendue plus sensible ou alors c'était le manque de sommeil: mon Théo et moi avions fêté comme il se doit l'arrivée des jumelles plusieurs soirs d'affilée.

     

    3.6.  Jade

     

                           Je me maudis un instant puis retrouvai rapidement mes sensations et mes automatismes.

     

    3.6.  Jade

     

                 La gamine avait profité de la soirée bridge de son aïeule pour organiser une petite fête entre amis.   Ces imbéciles avaient découvert sur le perron un casier de bières accompagné d'un carton :

                         "La bouteille russe.  A votre santé, les jeunes"

            ...et ces petits crétins avaient trouvé la plaisanterie belle.  Ils avaient choisi chacun une bouteille qu'ils avaient vidée cul sec. Malheureusement, sur les douze bouteilles, quatre contenaient un poison mortel - les tests que j'effectuai étaient formels -...

     

    3.6.  Jade

     

                ...et les quatre crétins gisaient six pieds sous terre à présent.  Non mais à se demander ce qui peut bien passer dans la tête des ados.  Moi, je te le dis: ça devrait s'appeler "la sélection naturelle", si t'es assez con pour vider des bouteilles sans savoir d'où elles viennent et avec une étiquette "bouteille russe", ne va pas te plaindre si tu meurs.  Je te jure... Mais où va le monde avec une telle jeunesse?

                             

    3.6.  Jade 

     

                           Inutile de te dire que je n'étais pas en état de supporter le regard de pervers de mon collègue alors que  j'avais découvert une empreinte partielle, sur le carton qui accompagnait les bouteilles, qui n'appartenait à aucun des ados mais se révélait inutilisable.

     

    3.6.  Jade

     

                            "Hé!  Gros vicelard, t'as pas aut' chose à trafiquer que reluquer mon popotin?!  Il y a les parents de quat' jeunes qui attendent qu'on trouve l'assassin de leurs gosses, je te rappelle.  Alors va consulter la base de données, contacte tes indic' ou va retrouver ta mégère pour qu'elle te soulage mais casse-toi de mon soleil!"

     

    3.6.  Jade

     

                                "Oh ben, Lol, t'es un peu tendue du string, là.  Ce doit être les kilos de ta grossesse."

                         Les kilos de ma grossesse?  Les kilos de ma grossesse!  Je lui apprendrais, moi, des kilos de ma grossesse!  Sale mufle!

     

    3.6.  Jade

     

                          Oh misère et si c'était vrai?  Si j'avais vraiment pris des fesses et du bide?

     

    3.6.  Jade

     

    → Retour dans mon chez moi que je kiffe trop depuis que je l'ai aménagé à mon goût.

               Heureusement, il était l'heure de rentrer à la maison, de retrouver mes deux bébés, Vénus et Aphrodite...

     

    3.6.  Jade

     

               ...et mon beau mari en caleçon.  Miam.

     

    3.6.  Jade 

     

                      Comme toujours j'observai la même discipline dès que je rentrais du boulot: décrassage et défoulement.  Il est important de maintenir la lumière à tous les étages et ne point laisser envahir l'ombre; moi qui suis de nature gris foncé, très foncé, je le sais et m'y contrains, je le dois.

     

    3.6.  Jade

     

                      En sortant de la piscine, je me sentis joyeusement ballonnée.

     

    3.6.  Jade

     

                      Ce petit crétin de collègue à la noix avait-il raison?  Avais-je grossi?  Retrouverais-je un jour mon corps de déesse et la ligne de top model spécial lingerie qui était le moins?  Rien n'était moins sûre.  Je jouai la dure, mais vraiment, j'avais beaucoup de chagrin.

     

    3.6.  Jade

     

     → Convocation dans le bureau du chef pour remontage de bretelles 

                  "Lol, j'apprends que vous avez insulté et maltraité l'inspecteur Lorenzo.  Je ne tolérerai aucune inconduite de cette sorte dans mon commissariat!"

                          "Hè! Hé!  Pas si vite, Grand chef, c'est ce petit salopiaud qui devrait être ici à se faire enguirlander comme un sale gosse. Pas moi!"

     

    3.6.  Jade

     

                "Quand je pense qu'il a osé venir pleurer dans vos jupes, je ne sais pas ce qui me retient parce que vous le voyez, celui-là?  Il ne demande qu'une chose, lui faire avaler son dentier à l’inspecteur Lorenzo ouin-ouin-je-ne-peux-pas-me-défendre-tout-seul."

     

    3.6.  Jade

     

                   "Je vais l'envoyer s’empaler sur les branches des étoiles là haut , voilà ce que je vais faire à l'aut' rigolo s'il ose encore..."

     

    3.6.  Jade 

     

               "... ne serait-ce qu'émettre un gargouillis concernant ce corps de rêve qui est le mien.  Comprendo?  Compris?  Faites passer le message."

     

    3.6.  Jade

     

                     "Bon, ce n'est pas tout ça mais on papote-on papote et moi, j'ai un quadruple meurtre sur les bras.  Je vous laisse."

                        "Lol, c'est moi qui tends la laisse, c'est moi qui décide quand on quitte mon bureau ou non.  Vous n'êtes pas dans une cour d'école ici.  Si une seule plainte contre vous aboutit encore sur mon bureau, je vous vire, Lol.  La bleusaille est témoin que je vous ai prévenue.  La procédure est respectée."

     

    3.6.  Jade

     

                      Comme tu le dirais, mon cher François, cela ne s'est pas passé si mal que cela: à peine un petit blâme.  Je fis quelques exercices de respiration afin de canaliser mon énergie et me concentrai à nouveau sur mon affaire.  Je n'étais pas payée à refaire l'éducation de mes chefs et collègues.

     

    3.6.  Jade

     

                              Ce que je savais de l'affaire, c'était que l'assassin n'avait pas ciblé personnellement ses victimes.  Ce qui comptait pour lui c'était s'"amuser" avec un groupe de jeunes et effrayer, frapper les consciences: l'abus d'alcool est dangereux pour la santé: les jeunes, ne jouez pas avec ça.  C'était malin.  J'étais certaine que les ventes de bières et autres boissons alcoolisées avaient déjà chuté: un mal pour un bien.  Bien sûr! Ou alors, c'était l'inverse: une révolution anti-jeune, pousser les jeunes à braver l'interdit et espérer faire le plus de victimes. Aaarff, entre les deux théories, mon cœur balançait.

                              Et ce fut là, devant ce tableau que l'illumination eut lieu.

     

    3.6.  Jade

     

                            Je me précipitai sur ma collègue, scientifique de son état.  Ce n'était pas un médecin à proprement parler mais c'était ce qui s'en rapprochait le plus dans le paquet de gens que j'avais sous la main.

                           "Je suis enceinte? Hein, c'est ça?!  Tous ces kilos que je porte là et qui m'ouvre l'appétit au lieu de me le couper?" 

     

    3.6.  Jade

     

                          " Je ne suis pas docteur, moi.   C'est possible.  C'est vous qui savez à quoi vous occupez vos soirées avec le papa des jumelles.  Et s'il y a une possibilité qu'effectivement... enfin, vous voyez quoi!"

                           Euh si je vois?...Oui, je vois!  Et là: illumination numéro deux.  Je pris mes jambes à mon cou. C'était cela, bien sûr!  Le papa, enfin, je veux dire le grand-père.  C'est à lui que je devais parler.  C'était une telle évidence!  Je lançai un avis de recherche et dégotai le vieux au parc.

                           "Eh, la gosse.  Je n'ai rien à te dire, moi, sur ces jeunes délinquants qui ont trépassé comme des chiens dans le jardin de mon ex femme.  Alors tu files d'ici et je ne raconte rien à ton chef."

                            "D'abord, Monsieur, vous ne me tutoyez pas tant que je ne  vous y autorise pas, ensuite vous respectez mes victimes et enfin, vous me suivez ou je vous mets la honte et les menottes au milieu du parc!"

     

    3.6.  Jade

                       

                    Le gars m'a suivi, évidemment.  Nous nous sommes installés dans la salle d'interrogatoire.  J'étais là comme dans mon jardin; contrairement au tout venant qui se sentait oppressé dès son derrière posé sur la chaise en acier gris.

                   Le gars s'est mis à toussoter nerveusement pour attirer mon attention.

                   "Je vous demande une petite minute; c'est la nounou, elle m'envoie une photo de mes filles.  Elles sont trop mignonnes.  Vraiment craquantes.  Mmmh!  j'en mangerais!"

     

    3.6.  Jade

     

                        J'avais beau être habituée à ma dextérité et ma faculté d'obtenir les aveux, je m'impressionnai quand même, face à Pépé.  Je n'avais aucune preuve, aucun indice, juste mon intuition et il fallut à peine trois minutes trente-six pour que l'ancêtre se mette à table. 

                          "J'ai agi seul"

                       Et sa haine des gosses qui l'avait fait quitter sa femme lorsqu'elle avait accueilli sa petite fille chez elle enraya sa voix et mouilla ses yeux.  Il n'avait pas supporté la déchéance de sa propre fille qui avait sombré dans l'addiction dès ses quinze ans et avait fini sous les coups d'un de ses dealers.  Il voulait éviter à son ex femme de revivre cette déchéance à travers leur petite-fille.  C'était une façon pour lui de la protéger.  Une idée débile d'un homme malade.  Malade de chagrin et de haine.

                        S'il n'y avait pas eu quatre victimes innocentes, j'aurais presque eu de la peine pour lui.

     

    3.6.  Jade

     

                          Cette fois cependant, les aveux de ce pauvre hère ne me suffisaient pas.

                                "Parlez-moi du maestro."

                         L'attitude du vieil homme changea.  Ses épaules se redressèrent, son regard se durcit, ses lèvres se serrèrent.

     

    3.6.  Jade

     

                                    Sa voix martela:

                                    "Je.Ne.Connais.Pas.Le.Maestro.J'ai.Agi.Seul."

                              "Pourtant, Monsieur Connor, je sais.  Je sais que vous avez reçu le feu vert pour porter les bouteilles aux jeunes.  Quelqu'un vous a donné l'autorisation de mener à bien votre projet et celui-ci a donné la date à laquelle vous pouviez exécuter votre crime.  Je le sais."

                                     Ces meurtres étaient le cadeau de naissance de mes filles, il me l'avait écrit.  

                                      "Et celui qui vous a donné son autorisation, c'est le maestro.  Alors, parlez-moi de lui."

     

    3.6.  Jade 

     

                            "Parlez-moi de lui, du maestro, de celui qui vous a autorisé et encouragé à tuer Henry, Juliette, Eve et Spencer."

     

    3.6.  Jade

     

                              "Vous avez agi seul, Monsieur Connor.  Mais vous n'êtes pas le seul coupable.  Laissez-moi vous aider, s'il vous plait."

                                     "Je vous en prie, Mademoiselle, Madame, mon capitaine... Je ne peux pas vous parler de lui.  J'ai agi seul.  J'ai agi seul."

                                    Sa voix était une longue plainte, la plainte d'une bête blessée à mort, la plainte d'un homme qui meurt de trouille.  J'avais déjà compris qu'il ne dirait rien, mais il venait déjà d'en dire plus que je ne l'avais espéré.

     

    3.6.  Jade

     

                                  Je fis silence, le silence lourd, froid, celui qui suspend les respirations, celui qui interminable étire la plus dure des volontés.

                                    "Il est là, il est partout, il est si proche de vous, de moi, des autres.  Il le saurait, il lèverait ses gens contre nous...  Non, rien, je ne sais rien.  Je n'étais pas des leur, je n'ai pas démérité.  J'ai agi seul.  Je vous en supplie.  J'ai agi seul.  SEUL."

     

    3.6.  Jade 

     

                                        "Seul, mais si vous êtes seul, Monsieur Connor, et en face de moi aujourd'hui, c'est parce que lui l'a voulu ainsi.  Sachez-le et dites-le, répétez-le là où vous irez, partout où vous irez!"

     

    3.6.  Jade

     

                                      " Ce n'est pas moi qui vous ai arrêté, Monsieur Connor, c'est le Maestro qui vous a lâché et vendu comme vulgaire chair à canon.  Dites-le-leur à tous.  Le maestro c'est une vulgaire balance, un épouvantail à moineaux que je briserai et celui qui m'aidera sera récompensé comme il se doit.  Dites-le, partout, à tout le monde.  Jade Lol est aux trousses du Maestro et elle le pendra haut et court lorsqu'elle l'aura attrapé."

     

    3.6.  Jade

     

                                  J'avais brisé le silence.  Je n'obtiendrais rien de plus.  L'instant de grâce venait de se briser dans le fracas des sanglots du vieil homme, éperdu et coupable.  L'étincelle de haine avait embrasé mon corps tout entier.  Coupable du meurtre, il était ce vieil homme.  Coupable du meurtre de quatre enfants, innocents, qui avaient toute leur vie devant eux et que cet homme, sans remord, avait tué à l'aveugle.  Il me fallut une triple dose de self control pour ne point lui coller le canon de mon arme sur sa tempe, compter jusqu'à trois et tirer.  La roulette russe c'est aussi drôle que la bouteille russe.

                                      Je me contentai de me lever lentement, de pousser le vieillard derrière les barreaux de sa prison et repousser doucement, très doucement la grille.  

     

    3.6.  Jade

     

                                     Mon travail s'arrêtait là.  J'allais pouvoir rentrer, retrouver ma petite vie confortable, me glisser dans les bras de mon amoureux, dans le regard de mes filles.  Et plus violemment, je penserai alors à ces parents qui ne pourront plus jamais serrer leur enfant dans leurs bras, qui ne pourront plus jamais regarder leur compagnon sans y voir l'ombre de leur gosse assassiné.  Et tout ça, c'était à cause du Maestro et un jour, il payerait.  Parole de Lol.

     → Convocation dans le bureau du chef pour cirage de pompes

                 "Excellent travail, Lol.  Je passerai sous silence le fait que j'apprends que vous vous êtes bien passée de m'informer de votre grossesse..."

                         Rooooh... sale petite collègue scientifique!  Elle n'avait pas su tenir sa langue.

                                  "... et avez passé outre le fait que je refuse de voir mes agents enceintes traîner dans les rues et procéder à des arrestations dans cet état.  

                                    Encore toutes mes félicitations, Lol.  Je suis fière de vous."

     

    3.6.  Jade

     

                 "C'est vrai que je suis vraiment canon, chef, et comme flic, j'assure un max."

     

    3.6.  Jade

     

                           "Euh ... Si ce n'est pas trop vous demander, Grand chef, vous pourriez faire passer le message à  Lorenzo ouin-ouin-je-ne-peux-pas-me-défendre-tout-seul comme quoi ce n'est même pas vrai que je suis grosse: je suis enceinte."

     

    3.6.  Jade

     

                              "Je suis déjà en train de taper la note de service, Lol.  Allez, zou, rentrez chez vous, prenez quelques jours de repos.  Bonne soirée, Lol."

     

    → Retour dans mon chez moi que je kiffe trop et annonce de ma grossesse et confortable rituel  

     

                                     "Chéri, je suis enceinte!"

     

    3.6.  Jade

     

                        "Le récit de l'épopée héroïque de Théo junior ne cessait de résonner dans les corps caverneux de Po-pol, rendant fébrile les milliards de Théo junior qui rêvait, eux aussi, d'entrer dans la légende. Théo junior 2 devait rêver plus fort et mieux que les autres.  Lorsque le signal du départ retentit, il s'envola à la quête du saint ovule, promesse de gloire...  Les éléments étaient avec lui, il joua de sa dextérité et bam!  fusionna dans une gerbe d'étincelle avec l'objet de toutes les convoitises.  Théo junior 2 venait d'entrer dans la légende!"

     

    3.6.  Jade

     

                     Ralalala, mon roudoudou est un orateur hors pair, capable de galvaniser les foules et faire fondre mon petit cœur de beurre.  Quel homme!

     

    3.6.  Jade

     

                 Après le câlin au sujet de mes fantasmes, l'annonce à l'ancêtre de la grande nouvelle, ...

     

    3.6.  Jade

     

                 ... câlin à mes petites fées...,

     

    3.6.  Jade

     

                 ...séance de décrassage plus douce, spéciale femme enceinte.

     

    3.6.  Jade

     

     → Pendant mes congés, trucs de ouf : la famille grandit et s'agrandit

                     Les jumelles grandissent trop vite...

     

    3.6.  Jade

     

                          Et leurs petits pas, à présent, ajoutent de la vie dans ma jolie demeure.

     

    3.6.  Jade

     

                             Et les premières mises au point s'imposent:

                             "Roooh, les filles, les devoirs, les devoirs... 'y a d 'aut' choses dans la vie: un petit plouf dans la piscine avec maman?  ça détendrait vos neurones.  N'allez pas me risquer une méningite hein.  Le travail c'est la santé, ne rien faire, c'est la conserver.  J'en sais quelque chose, hein Théo?  Raconte aux petites la fois où Mamie Lola a appris que j'avais eu trois zéros; qu'est-ce qu'on a ri!  Le rire, ça c'est vraiment bon pour la santé! Les devoirs, c'est berckkk!  Allez on répète avec maman: les devoirs c'est berkkk..."

     

    3.6.  Jade

     

                      Sans doute pour me faire taire, elles m’entraînèrent dans la piscine...

     

    3.6.  Jade

     

                       ...et sans doute lorsque Vénus me dit:

                        "Bon, si j'accepte de faire trois longueurs avec toi, tu me laisseras faire mes devoirs en paix?  Je rentre à l'école demain, je ne veux pas commencer avec du retard, tu comprends, maman?"...

     

    3.6.  Jade

     

                       ... l'accouchement, sous l'effet de l'émotion, se déclencha.  Mais de qui pouvait tenir mes filles?  Pas de moi, en tout cas.  Je remisai tous mes espoirs sur ce petit troisième bout de chou qui allait pointer son nez.

                         "Vas-y, Chou, je vais t'attendre ici."

                          Et je l'entendis fredonner : "Que l'on soit beau, que l'on soit laid, on est tout seul dans son cercueil."

                          Il peut être angoissant, mon mari, parfois.

     

    3.6.  Jade

     

                          A nouveau, c'était Adeline, ma cousine, qui était aux commandes et m'aiderait à mettre au monde mon troisième enfant ou plus.  Je n'en savais encore rien.

     

    3.6.  Jade

     

                      Elle en profita une fois de plus pour me demander de passer voir Esther, un de ces jours, sa grande fille adoptée qui martyrisait sa petite sœur.  Je m'excusai de mon manque d'investissement dans la famille et promis une fois encore de passer chez eux dès que possible.  Vint au monde alors la plus jolie petite chose que je n'ai jamais vue.  Sa beauté était au moins aussi radieuse que celle de ses aînées nées si peu de temps plus tôt.

                    Son prénom s'imposa : Oriane, mon petit lingot d'or, trop mignon.  Et je répétai doucement:

                   "Jade et Oriane."

                   L'un des plus beaux moments de ma vie, pour sûr, que je vivais là.  J'avais déjà accouché une fois, je sais de quoi je parle: la rencontre d'une mère et sa fille, le premier regard et les premiers mots.  L'amour déjà.  Et la certitude qu'on pourrait tuer pour ce petit être si fragile.  Un frisson délicieux me remonta l'échine et quelques larmes perlèrent au coin de mes cils.

     

    3.6.  Jade

     

                      Décidément, la maternité avait fait de moi une femme bien sensible.  Il était temps que je retourne au boulot.

     

    3.6.  Jade

     

     

    → Alors on danse! 

                  Le maestro ne tarda pas à prendre les commandes de mon ordinateur.

                 "Tu changes les règles, Jade.  

                 Je ne suis jamais l'assassin, le voleur, le pilleur, le maître chanteur, tu le sais.

              Et pourtant, tu me cherches et tu vas me trouver, j'en suis sûr.  Nous pourrons alors, mon            cher ange, valser ensemble.

                 Bon retour,

                  Tendrement,

                 El Maestro"            

                 Je ne pus m'empêcher de sourire

                  "Viens, je t'attends, Maestro.  Approche.   Viens te jeter dans mes bras.  Serre-toi contre moi.  Pends-toi à mon cou.  Ce sera ta dernière danse, je te l'ai promis.  Et une Lol tient toujours ses promesses."

     

    3.6.  Jade

     

                       A très bientôt, camarade de galère légacienne.

     

    3.6.  Jade

    Jade

     

     PS : Message de ma grand-mère, Lola Lol à ton grand-père, Romuald Lol

              "Moi, mon cher Romuald, je ne manque pas d'amour.

                Avec tendresse,

    3.6.  Jade

                Lola.

              

    « 3.5. François3.6. François »

  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Août 2015 à 15:23

    Ouah, comme toujours, c'est excitant de lire tes histoires, de se demander qui est ce maestro et de voir naître tout ces bébés... Ouah!

    2
    Pythonroux
    Samedi 29 Août 2015 à 16:16

    superbe chapitre, j'adore vraiment comme tu joues Jade. On est a fond avec elle dans son enquête pour trouver le Maestro.

    3
    Samedi 29 Août 2015 à 23:47

    Les récits de Théo sont toujours plein d'humour. Les jumelles sont devenues magnifiques et voilà une autre petite princesse qui pointe le bout de son nez :)

    Retard rattraper, hâte de découvrir la suite :D

     

    4
    Dimanche 30 Août 2015 à 14:49

    @PrincesseSey, @Pythonroux, @pink merci <3  Merci à vous trois de me suivre.  Je suis vraiment heureuse et ravie que les aventures de Jade vous plaisent.  <3

    5
    Dimanche 30 Août 2015 à 18:43

    J'aime beaucoup cette suite ^^ Et beh, les petites auront peu d'écart comme ça ^^ Bienvenue a Oriane. Et biensur, j'adore son enquête ^^

    6
    Agathe2013
    Lundi 31 Août 2015 à 11:15

    Je casse mon statut de lectrice fantôme pour ajouter un commentaire. J'ai commencé il y a quelques temps ton double légacy et j'adore ! Avec quand même une préférence pour les femmes Lol. Elles sont plus "pétillantes" et un peu plus surprenantes que les hommes Lol. Et avec une nette préférence pour Jade et son caractère bien trempé !


    Merci pour tes histoires qui me font passer un très bon moment yes ....Mais qui est donc Maestro ?!!!


     


     

    7
    Lundi 31 Août 2015 à 11:47

    Excellente mise à jour ! Une fois de plus, je ne sais quel est le moment que je préfère. Ni si je préfère ta plume ou tes images. Les deux vont si bien ensemble qu'il est difficile de les départager.
    Bienvenue à la petite Oriane, et félicitations aux jumelles qui sont ravissantes, et bien malines me semble-t-il ;)

     

    8
    Lundi 31 Août 2015 à 13:41

    Merci beaucoup, Emilie. <3  Il me tarde de découvrir si Oriane ressemblera à Jade.

    Agathe, merci beaucoup à toi.  Je suis très touchée que tu sois sortie de l'ombre. En fait, je dois avouer que moi aussi, j'ai une petite préférence pour les femmes Lol.   Je crois que la grosse différence vient du fait que les femmes Lol osent plus.  Les hommes Lol sont en revanche plus en retenue.  C'est dû au fait qu'ils subissent plus douloureusement les règles du legacy auxquelles ils n'adhèrent pas complètement et ce dès le départ, dès Romuald.  Au fur et à mesure des générations, je pense parvenir à effacer ce trait; ils pourront alors plus s'exprimer et devenir plus pétillants.  

    Quant à l'identité du maestro, elle devrait être dévoilée, si le jeu me le permet, lors de la prochaine lettre de Jade.

    Arya, <3  Venant de toi, tous  ces compliments me touchent d'autant plus.  Merci merci <3

     

    9
    Ptitemu
    Jeudi 3 Septembre 2015 à 12:24

    Le Maestro... J'espère que ce n'est pas Théo... Horrible idée, mais il est fou...

    10
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 13:39

    Hum hum... Je me trompe peut-être, mais toute cette histoire de bouteille russe et de Maestro me fait diablement penser au premier épisode de la série Sherlock :D (que j'adore, cela va sans dire)

    J'ai également A-DO-RE ce chapitre ! :D Tant de moments croustillants ! C'est toujours avec autant de plaisir que tu nous fais valser au gré des aventures des Lol :)

    Jade et son caractère de feu qui débaroulent dans le monde pour mieux le secouer et si besoin lui mettre des coups de pied aux fesses ! C'est juste super ^^ Si Oriane a le même caractère, prions pour que la maison soit encore debout à la 5e génération ! ^^

    11
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 21:11

    Bienvenue a la jolie petite Oriane <3

    Et les jumelles qui deviennent de belles petites fille ^^ bon la maman me fait bien rire, elle ne les poussent pas aux devoir bien au contraire! j'adore ^^

    Et Théo il me fait bien rire lui aussi et surtout euh... qu'est ce qu'il est beau loool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :